Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Un cycle idéologique s’achève…

« Un cycle idéo­lo­gique s’a­chève. La capa­ci­té de mobi­li­sa­tion d’i­dées popu­la­ri­sées il y a plus de trente ans, et chères aux hommes au pou­voir qui y ont été for­més, est en crise. En témoigne la mon­tée de peurs. Sur fond de fin du monde (que les col­lap­so­logues ou éco­lo­gistes durs nous pro­mettent pour dans trente ans si nous ne nous repen­tons pas et ne nous cor­ri­geons pas), s’af­frontent ceux qui craignent la fin de leur monde, indi­vi­dua­liste, ouvert et cool et ceux qu’ob­sède leur propre dis­pa­ri­tion comme nation, comme civi­li­sa­tion ou comme peuple. »

Fran­çois-Ber­nard Huyghe
L’art de la guerre idéo­lo­gique, édi­tions du Cerf, 2019

La grande peur politique…

« L’in­com­pré­hen­sion dont font preuve les adver­saires est incom­pré­hen­sible. Ce doit être un ana­chro­nisme, une aller­gie à la véri­té, l’an­ti-pen­sée ou l’an­ti-moder­ni­té, une pure néga­ti­vi­té. Tout fonc­tionne donc sur le prin­cipe de la dys­to­pie : ima­gi­ner ce qui se pro­dui­rait demain si nous ne savions réagir main­te­nant. La grande peur poli­tique ou grande peur cli­ma­tique, sont deve­nues les der­nières pas­sions admis­sibles de ceux qui ne veulent être jugés que sur des enne­mis et des périls. »

Fran­çois-Ber­nard Huyghe
L’art de la guerre idéo­lo­gique, édi­tions du Cerf, 2019

Influence : Stratégie indirecte visant à obtenir…

« Influence : Stra­té­gie indi­recte visant à obte­nir d’autrui un assen­ti­ment ou un com­por­te­ment, soit par le pres­tige de son image, soit par une forme quel­conque de per­sua­sion ou de for­ma­tage” des cri­tères de juge­ment, soit, enfin, par la média­tion d’alliés ou de réseau. »

Fran­çois-Ber­nard Huyghe
Maîtres du faire croire, de la pro­pa­gande à l’influence, édi­tions Vui­bert, coll. Com­prendre les médias, 2008

Désinformation…

« Dés­in­for­ma­tion : Mot se prê­tant à un usage abu­sif, sur­tout lorsqu’il finit par dési­gner toute opi­nion dif­fu­sée par les médias et que l’on croit fausse ou biai­sée. La dés­in­for­ma­tion consiste à pro­pa­ger déli­bé­ré­ment des infor­ma­tions fausses pour influen­cer une opi­nion et affai­blir un adversaire. »

Fran­çois-Ber­nard Huyghe
Maîtres du faire croire, de la pro­pa­gande à l’influence, édi­tions Vui­bert, coll. Com­prendre les médias, 2008

Le plus pénible du monde moderne…

« Le témoi­gnage le plus impor­tant et le plus pénible du monde moderne, celui qui ras­semble peut-être tous les autres témoi­gnages que cette époque se trouve char­gée d’assumer […] est le témoi­gnage de la dis­so­lu­tion, de la dis­lo­ca­tion ou de la confla­gra­tion de la com­mu­nau­té. »

Jean-Luc Nan­cy
La com­mu­nau­té dés­œu­vrée, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 2004

Il existe bien deux patries…

« Il existe bien deux patries. L’une est la terre des pères, le pays de la nais­sance et de l’éducation. Celle-ci a tou­jours exis­té. L’autre est récente. Elle date des Lumières et de la Révo­lu­tion. Elle repré­sente l’idéologie révo­lu­tion­naire. Les paroles de la Mar­seillaise expriment son idéal. La pre­mière est la France. La seconde n’est pas la France, mais la France est son sup­port et son instrument. »

Jean de Viguerie
Les deux patries, Domi­nique Mar­tin Morin édi­teur, 2017

La France réelle…

« On a cru de bonne foi que la patrie de la Révo­lu­tion c’était la France. On a pen­sé que l’État, même chan­gé par les ins­ti­tu­tions nou­velles, pour­rait ser­vir à nou­veau la France réelle et le bien com­mun. Ce fut une grande méprise et le début d’une confu­sion d’esprit qui dure encore aujourd’hui. »

Jean de Viguerie
Les deux patries, Domi­nique Mar­tin Morin édi­teur, 2017

Gouverné par les robots…

« Le pou­voir ne rési­de­ra plus dans l’homme mais dans la machine, et un homme, choi­si au hasard, pour­ra la faire fonc­tion­ner. […] Dans un monde gou­ver­né par les robots, il ne s’agit que d’une ques­tion de temps avant que le som­met même ne soit rem­pla­cé par un robot. »

Giu­lia­no da Empoli
Le mage du Krem­lin, édi­tions Gal­li­mard, 2022

Ça n’est jamais fini, et quand bien même ça le serait, tout recommencera…

« J’ai péché, j’ai cro­qué le fruit défen­du, j’ai abju­ré mon Dieu, j’ai per­du cette vie, mais il y en a une autre. Tout n’est pas per­du. Notre sacri­fice n’aura pas été vain. Reste la lampe sous le bois­seau, demeurent nos enfants, qui nous rachè­te­ront, qui nous ven­ge­ront. Ça n’est jamais fini, et quand bien même ça le serait, tout recom­men­ce­ra. »

Fran­çois Bousquet
Cou­rage ! Manuel de gué­rilla cultu­relle, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, 2019

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés