Le livre
Économie médiévale et société féodale. Un temps de renouveau pour l’Europe

Économie médiévale et société féodale. Un temps de renouveau pour l’Europe

Auteur : Guillaume Tra­vers
Édi­teur : La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Longue Mémoire (2020)

Pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : Après la chute de l’Empire romain d’Occident, l’Europe se rétré­cit, livrée aux inva­sions, à l’insécurité, au déli­te­ment de ses ins­ti­tu­tions. Le féo­da­lisme, mélange d’attachement à la terre et de ser­ments liant les hommes, fut la réponse du Moyen Âge à l’effondrement, et la source d’un renou­veau éblouis­sant : édi­fi­ca­tion des cathé­drales et essor urbain, finan­ce­ment des croi­sades et de la Recon­quis­ta. Les ins­ti­tu­tions féo­dales euro­péennes – vas­sa­li­té, cor­po­ra­tions, inter­dit de l’usure, douanes inté­rieures, etc. – ont été cari­ca­tu­rées par les Modernes. Leur esprit est ici res­ti­tué : celui d’un monde de com­mu­nau­tés plus que d’individus, subor­don­né à des valeurs spi­ri­tuelles et guer­rières plu­tôt qu’à des inté­rêts maté­riels. Entrer dans la socié­té féo­dale, c’est donc trou­ver un contre-modèle au capi­ta­lisme libé­ral.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 8 citations extraites du livre

L’économie médiévale se caractérise...

« L’économie médié­vale se carac­té­rise (…) par un esprit spé­ci­fique : le refus de valo­ri­ser la richesse pour elle-même, et la réti­cence à l’idée de pro­fit. (…) Le Moyen Âge per­pé­tue la vision, héri­tée des peuples indo-euro­péens, d’un ordre social orga­ni­sé autour de trois fonc­tions : une pre­mière fonc­tion sacer­do­tale (rela­tive au sacré), une deuxième fonc­tion guer­rière, et une troi­sième fonc­tion éco­no­mique”, rela­tive à la pro­duc­tion et à la fécon­di­té. (…) À cet ordon­nan­ce­ment fonc­tion­nel de la socié­té cor­res­pond une hié­rar­chie nette des valeurs : la richesse, asso­ciée à la troi­sième fonc­tion, est peu de chose à côté des valeurs sacrées et guer­rières, asso­ciées aux deux pre­mières fonc­tions. Ain­si, les figures tuté­laires du Moyen Âge sont le saint (pre­mière fonc­tion) et le che­va­lier (deuxième fonc­tion), non le riche. »

Guillaume Tra­vers
Éco­no­mie médié­vale et socié­té féo­dale. Un temps de renou­veau pour l’Eu­rope, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Longue Mémoire, 2020

Là où les échanges monétaires ont une nature impersonnelle...

« Là où les échanges moné­taires ont une nature imper­son­nelle et abs­traite (un écu reste le même, qu’il soit ver­sé comme salaire à une per­sonne A ou B), les échanges non-moné­taires carac­té­ris­tiques du féo­da­lisme sont per­son­nels et concrets : ils lient entre eux des hommes par­ti­cu­liers et des lignées spé­ci­fiques. »

Guillaume Tra­vers
Éco­no­mie médié­vale et socié­té féo­dale. Un temps de renou­veau pour l’Eu­rope, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Longue Mémoire, 2020

L’économie médiévale est un contre-modèle au capitalisme libéral...

« L’économie médié­vale est un contre-modèle au capi­ta­lisme libé­ral. Elle fonde ses ins­ti­tu­tions sur la terre plus que sur la richesse mobi­lière, les rap­ports entre les hommes sur des liens per­son­nels (vas­sa­li­té, ser­ments, etc.), non sur les méca­nismes imper­son­nels du mar­ché (concur­rence et libre-échange). Elle est for­te­ment ter­ri­to­ria­li­sée, loca­li­sée, et le com­merce loin­tain y est l’exception plu­tôt que la règle. Elle pense la divi­sion du tra­vail non comme l’aboutissement ex post d’un pro­ces­sus d’échanges libres, mais ex ante, de manière fonc­tion­nelle. Enfin, l’économie médié­vale pense les prix non comme résul­tant du libre jeu des inté­rêts indi­vi­duels (offre et demande), mais comme reflé­tant une forme de jus­tice dans les rela­tions inter­per­son­nelles (“juste prix”). »

Guillaume Tra­vers
Éco­no­mie médié­vale et socié­té féo­dale. Un temps de renou­veau pour l’Eu­rope, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Longue Mémoire, 2020

L'immense entreprise des croisades...

« L’im­mense entre­prise des croi­sades ne peut se com­prendre comme une entre­prise avant tout éco­no­mique : il s’a­git de mettre en branle une com­bi­nai­son de valeurs reli­gieuses et guer­rières. Bref, une grande par­tie de la richesse excé­den­taire n’est pas consom­mée, mais consu­mée en vue de fins supé­rieures. »

Guillaume Tra­vers
Éco­no­mie médié­vale et socié­té féo­dale. Un temps de renou­veau pour l’Eu­rope, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Longue Mémoire, 2020

La corporation est une communauté de vie...

« La cor­po­ra­tion n’est pas indé­pen­dante du corps poli­tique, mais en est un com­po­sant fonc­tion­nel. À ce titre éga­le­ment, la com­mu­nau­té de métiers ne limite pas son rôle aux seuls aspects éco­no­miques, mais s’in­tègre dans la vie sociale et reli­gieuse : chaque cor­po­ra­tion a son saint patron, ses propres fêtes (ce qui explique que juifs et musul­mans en soient exclus). Pour ses membres, la cor­po­ra­tion est une com­mu­nau­té de vie ; elle joue, dans le monde urbain, le rôle rem­pli par la com­mu­nau­té vil­la­geoise dans le monde rural. »

Guillaume Tra­vers
Éco­no­mie médié­vale et socié­té féo­dale. Un temps de renou­veau pour l’Eu­rope, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Longue Mémoire, 2020

Ainsi, don et contre-don d'un côté...

« Ain­si, don et contre-don d’un côté, et prêt à inté­rêt de l’autre, sont deux formes de cré­dit qui obéissent à des logiques oppo­sées : l’une est une forme de cré­dit qui mani­feste et per­pé­tue l’exis­tence de liens com­mu­nau­taires ; l’autre est une forme de cré­dit qui les nie. »

Guillaume Tra­vers
Éco­no­mie médié­vale et socié­té féo­dale. Un temps de renou­veau pour l’Eu­rope, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Longue Mémoire, 2020

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés