Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

La technologie révolutionne le rapport des individus et des sociétés à la musique…

« La tech­no­lo­gie, avec l’enregistrement et la radio, révo­lu­tionne le rap­port des indi­vi­dus et des socié­tés à la musique et au son. D’une pra­tique natu­relle et vivante dans une écoute col­lec­tive, l’enregistrement a per­mis une écoute arti­fi­cielle indi­vi­duelle, cor­ro­sive pour les liens socié­taux entre­te­nus tra­di­tion­nel­le­ment par la musique. »

Thier­ry DeCruzy
Démon­dia­li­ser la musique. Une réponse au nau­frage musi­cal euro­péen, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Iliade, 2022

Un cycle idéologique s’achève…

« Un cycle idéo­lo­gique s’a­chève. La capa­ci­té de mobi­li­sa­tion d’i­dées popu­la­ri­sées il y a plus de trente ans, et chères aux hommes au pou­voir qui y ont été for­més, est en crise. En témoigne la mon­tée de peurs. Sur fond de fin du monde (que les col­lap­so­logues ou éco­lo­gistes durs nous pro­mettent pour dans trente ans si nous ne nous repen­tons pas et ne nous cor­ri­geons pas), s’af­frontent ceux qui craignent la fin de leur monde, indi­vi­dua­liste, ouvert et cool et ceux qu’ob­sède leur propre dis­pa­ri­tion comme nation, comme civi­li­sa­tion ou comme peuple. »

Fran­çois-Ber­nard Huyghe
L’art de la guerre idéo­lo­gique, édi­tions du Cerf, 2019

Puis-je dire je de cet individu abstrait…

« Puis-je dire je de cet indi­vi­du abs­trait, bon sau­vage et pro­me­neur soli­taire, sans pas­sé, sans ave­nir, sans attaches, sans chair, sur qui est des­cen­du le feu d’une Pen­te­côte qui n’unit point : sa liber­té sou­ve­raine. Le monde moderne l’a vou­lu suf­fi­sant comme un dieu, léger de tous liens et vivant du pré­cieux dérou­le­ment de sa spon­ta­néi­té. Il s’est repré­sen­té le dévoue­ment, la com­mu­nion, le don sous l’image gros­siè­re­ment spa­tiale de l’extériorité et s’est per­sua­dé, en rejoi­gnant son égoïsme fon­cier par une habile déli­ca­tesse morale, que tout rap­port avec l’autre est une odieuse contrainte […]. On veut l’individu si léger et inté­rieur à lui-même que ses propres déci­sions l’importunent. Il sent peser même son poids, sa volon­té lui est à charge et avec elle toute fidé­li­té à une épais­seur de temps. »

Emma­nuel Mounier
« Pour une réha­bi­li­ta­tion de la com­mu­nau­té », in Kri­sis n°16, juin 1994

Cette science du droit n’est pas concentrée sur l’individu…

« Cette science du droit n’est pas concen­trée sur l’individu. Elle ne fait pas de robin­son­nades. Héri­tière de la phi­lo­so­phie réa­liste de l’Antiquité, elle envi­sage l’individu tel qu’il est, situé dans un groupe. Le droit est rela­tion aux autres, avec qui nous com­mu­ni­quons par l’intermédiaire du par­tage des choses extérieures. »

Michel Vil­ley
Le droit et les droits de l’homme, Presses Uni­ver­si­taires de France, coll. Qua­drige, 2014

Si on dit que le monde n’est composé que d’individus…

« Une fois que l’on pro­clame que l’indi­vi­du est supé­rieur au col­lec­tif, il lui est supé­rieur en tout. Si on dit que le monde n’est com­po­sé que d’individus, alors il est natu­rel que tout ce qui reste de dis­tinc­tions soit pro­gres­si­ve­ment balayé : il n’y a plus lieu de faire de dif­fé­rence entre Afri­cains et Euro­péens, car tous ne sont que des indi­vi­dus ; il n’y a plus lieu de faire de dif­fé­rence entre hommes et femmes, car tous ne sont que des indi­vi­dus abstraits. »

Guillaume Tra­vers
Entre­tien au site La Droite de demain, 15 février 2021

Une nouvelle Révolution ? Nous y sommes prêts…

« Une nou­velle Révo­lu­tion ? Nous y sommes prêts. Mieux encore, nous la vou­lons, et enten­dons l’insuffler. Pré­ci­sé­ment au moment où s’achèvent et s’épuisent de nom­breux cycles his­to­riques et idéo­lo­giques, dont prin­ci­pa­le­ment celui de la moder­ni­té mar­chande, indi­vi­dua­liste et libé­rale” impo­sée par les Lumières. »

Gré­goire Gambier 
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (conclu­sion), Oli­vier Eichen­laub dir., édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Iliade, 2020

La Liberté a supprimé les libertés…

« Le pre­mier reproche à adres­ser à la Révo­lu­tion et à la Répu­blique nais­sante est d’avoir inver­sé le sens des mots. La Liber­té a sup­pri­mé les liber­tés ; la socié­té ancienne repo­sant sur les soli­da­ri­tés a été peu à peu sacri­fiée à tous les égoïsmes et à l’individualisme alors même qu’étaient prô­nées l’égalité et la fra­ter­ni­té. Deux siècles après Louis XVI, la socié­té n’a jamais été aus­si écla­tée. Elle est à reconstruire ! »

Louis Alphonse de Bourbon
Mes­sage de Mon­sei­gneur le Duc d’Anjou à l’occasion de la messe en mémoire de Louis XVI, legitimite.fr, 19 jan­vier 2020.

La formulation peut-être la plus claire du concept de communauté…

« La for­mu­la­tion peut-être la plus claire du concept de com­mu­nau­té est due à Fer­di­nand Tön­nies, qui oppose com­mu­nau­té” (Gemein­schaft) et socié­té” (Gesell­schaft). La com­mu­nau­té est orga­nique, carac­té­ri­sée par des liens qui la font pri­mer sur l’individu. Son fon­de­ment psy­cho­lo­gique est une volon­té orga­nique” (Wesen­wille) fon­dée sur l’habitude ou sur une soli­da­ri­té spon­ta­née. À l’inverse, la socié­té résulte de l’action des indi­vi­dus, sa base maté­rielle est le contrat, et son sup­port psy­cho­lo­gique la volon­té ration­nelle” (Kür­wille) et utilitaire.

Guillaume Tra­vers
Capi­ta­lisme moderne et socié­té de mar­ché. L’Europe sous le règne du mar­ché, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Longue Mémoire, 2020

Au fur et à mesure que les identités communautaires et politiques reculent…

« Il appa­raît clai­re­ment que, au fur et à mesure que les iden­ti­tés com­mu­nau­taires et poli­tiques reculent, elles ne sont pas rem­pla­cées par d’hypothétiques iden­ti­tés indi­vi­duelles auto­dé­ter­mi­nées, mais par des iden­ti­tés com­mer­ciales. »

Guillaume Tra­vers
Capi­ta­lisme moderne et socié­té de mar­ché. L’Europe sous le règne du mar­ché, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Longue Mémoire, 2020

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés