Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Aucun européiste”…

« Aucun euro­péiste” moderne, d’ailleurs, ne par­le­ra jamais de l’Europe en tant que civi­li­sa­tion ou enti­té poli­tique struc­tu­rée. Pour les par­ti­sans de l’oligarchie moné­taire, en effet, l’histoire euro­péenne n’existe tout sim­ple­ment pas : il n’est jamais fait aucune men­tion des poèmes épiques d’Homère, des conquêtes de la Grèce clas­sique, de l’esprit de Rome, des hauts faits de Char­le­magne, de la spi­ri­tua­li­té médié­vale, ou des œuvres de la Renais­sance. Nous sommes comme pié­gés dans un éter­nel pré­sent : soit ce qui nous pré­cède n’existe pas, soit ce qui nous pré­cède doit être repro­gram­mé selon les direc­tives d’un nou­veau récit mon­dia­liste. »

Pie­tro Ciapponi
Les défis de l’Europe. Les racines d’une civi­li­sa­tion et les limites d’une bureau­cra­tie, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Iliade, 2023

La vision-de‑l’histoire” n’est pas seulement interprétation du passé…

« La vision-de‑l’histoire” est tou­jours un aspect fon­da­men­tal d’une Wel­tan­schauung, d’une vision glo­bale du monde : elle n’est pas seule­ment inter­pré­ta­tion du pas­sé, elle est aus­si et avec une force égale (quand bien même cela ne serait qu’implicite) enga­ge­ment dans l’actualité et pro­jet d’ave­nir. »

Gior­gio Locchi
Wag­ner, Nietzsche et le mythe sur­hu­ma­niste, tra­duit de l’italien par Phi­lippe Baillet et Pier­lui­gi Loc­chi, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

Tout ce qui devient historiquement…

« Toute réa­li­té his­to­rique est, dans l’“espace uni­di­men­sion­nel” de la conscience humaine, co-exten­sion de pas­sé, d’actualité et d’ave­nir, elle est pré­sence de tout ce qui devient his­to­ri­que­ment, de même que le « Moi » est à la fois mémoire, action et projet. »

Gior­gio Locchi
Wag­ner, Nietzsche et le mythe sur­hu­ma­niste, tra­duit de l’italien par Phi­lippe Baillet et Pier­lui­gi Loc­chi, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

Les philosophes grecs n’approuvaient pas la démocratie…

« L’autre jour à la Chambre, M. Eden a expri­mé sa dou­leur face aux évé­ne­ments en Grèce, la patrie de la démo­cra­tie”. Est-il igno­rant ou de mau­vaise foi ? δημοχρατία n’était pas, en grec, un terme posi­tif, mais presque l’équivalent de loi de rue” ; et il a omis de signa­ler que les phi­lo­sophes grecs (et la Grèce est bien davan­tage la patrie de la phi­lo­so­phie) n’approuvaient pas la démo­cra­tie. Et les grands États grecs, en par­ti­cu­lier Athènes à l’époque de son apo­gée artis­tique et poli­tique, étaient plu­tôt des dic­ta­tures, si elles n’étaient pas des monar­chies mili­taires comme Sparte ! Et la Grèce moderne a aus­si peu de rap­port avec l’ancienne Hel­lade que nous en avons, nous, avec la Bre­tagne d’avant Julius Agricola. »

John Ronald Reuel Tolkien
Lettres (1981), n°94, édi­té par Hum­phrey Car­pen­ter et Chris­to­pher Tol­kien, trad. Del­phine Mar­tin et Vincent Fer­ré, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 2005

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés