Le livre
Œuvres en prose complètes. Tome III

Œuvres en prose complètes. Tome III

Auteur : Charles Péguy
Édi­teur : édi­tions Gal­li­mard, coll. La Pléiade (17 sep­tembre 1992)

Pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : Ce der­nier volume ras­semble les œuvres de la matu­ri­té intel­lec­tuelle, de juillet 1909 à août 1914. Un réper­toire des per­son­na­li­tés, une biblio­gra­phie et un index géné­ral viennent par­ache­ver l’en­semble. Péguy, tour­men­té par un amour inter­dit, découvre que le réel est la « varia­bi­li­té même ». Aus­si l’a­na­lyse ne peut que mul­ti­plier les points de vue pour recueillir cet inces­sant écou­le­ment, comme le note avec jus­tesse Robert Burac : « Tout cet arse­nal de paral­lé­lismes en séries, d’a­jouts de res­sour­ce­ment, de paren­thèses, de dis­jonc­tions, de cita­tions […], ces jeux et ces déca­lages per­pé­tuels de l’hu­mour et de l’i­ro­nie, du para­doxe et de l’oxy­more, de la sus­pen­sion et de la sur­prise, ce constant recou­pe­ment du texte et des textes par le texte et cette confu­sion des genres, voi­là par quoi Péguy brise la linéa­ri­té de l’é­cri­ture et fait har­mo­nieu­se­ment réson­ner toutes ses voix. » Très cer­tai­ne­ment, pour Péguy, le style répond aus­si à une inten­tion méta­phy­sique.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 3 citations extraites du livre

Le monde moderne a fait à l'humanité des conditions telles...

« Le monde moderne a fait à l’hu­ma­ni­té des condi­tions telles, si entiè­re­ment et si abso­lu­ment nou­velles, que tout ce que nous savons par l’his­toire, tout ce que nous avons appris des huma­ni­tés pré­cé­dentes ne peut aucu­ne­ment nous ser­vir, ne peut pas nous faire avan­cer dans la connais­sance du monde où nous vivons. Il n’y a pas de pré­cé­dents. »

Charles Péguy
Note conjointe sur M. Des­cartes, 1914, Œuvres en prose com­plètes, Tome III, édi­tions Gal­li­mard, coll. Biblio­thèque de la Pléiade (n° 389), 1992

L'argent est maître sans limitation ni mesure...

« Pour la pre­mière fois dans l’his­toire du monde l’argent est maître sans limi­ta­tion ni mesure. Pour la pre­mière fois dans l’his­toire du monde l’argent est seul en face de l’es­prit. (Et même il est seul en face des autres matières.)
Pour la pre­mière fois dans l’his­toire du monde l’argent est seul devant Dieu. »

Charles Péguy
Note conjointe sur M. Des­cartes et la phi­lo­so­phie car­té­sienne, 1914, in Œuvres com­plètes, Tome IX : Œuvres post­humes, édi­tions de la Nou­velle Revue Fran­çaise, 1924

L'argent est le maître de l'homme d’État...

« Le monde moderne a créé une situa­tion nou­velle, nova ab inte­gro. L’argent est le maître de l’homme d’État comme il est le maître de l’homme d’affaires. Et il est le maître du magis­trat comme il est le maître du simple citoyen. Et il est le maître de l’État comme il est le maître de l’é­cole. Et il est le maître du public comme il est le maître du pri­vé. »

Charles Péguy
Note conjointe sur M. Des­cartes et la phi­lo­so­phie car­té­sienne, 1914, in Œuvres com­plètes, Tome IX : Œuvres post­humes, édi­tions de la Nou­velle Revue Fran­çaise, 1924

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés