Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Des nations entières qui ne sont faites que de morts…

« Il y a aujourd’­hui des nations entières qui ne sont faites que de morts. Des cen­taines de mil­lions de cadavres. Et ils tra­vaillent, construisent, inventent, se donnent un mal ter­rible, sont heu­reux et contents. Mais ce sont de pauvres morts. À l’ex­cep­tion d’une micro­sco­pique mino­ri­té qui leur fait faire ce qu’elle veut, aimer ce qu’elle veut, croire en ce qu’elle veut. Comme les zom­bis des Antilles, les cadavres res­sus­ci­tés par les sor­ciers et envoyés tra­vailler aux champs. »

Dino Buz­za­ti
Chez le méde­cin, in Les nuits dif­fi­ciles, nou­velles, 1971, trad. Michel Sager, édi­tions Robert Laf­font, coll. Pavillon, 1972

Ignoble civilisation de masse…

« Éteints, nive­lés, asser­vis. Ils dési­rent tous la même chose, ils font le même dis­cours, ils pensent tous la même chose, exac­te­ment la même. Ignoble civi­li­sa­tion de masse. »

Dino Buz­za­ti
Chez le méde­cin, in Les nuits dif­fi­ciles, nou­velles, 1971, trad. Michel Sager, édi­tions Robert Laf­font, coll. Pavillon, 1972

Ils regardent la télévision, garent leur voiture…

« Ils regardent la télé­vi­sion, garent leur voi­ture, se consacrent à un tra­vail peu fati­gant et par­fai­te­ment ennuyeux ; quelques décen­nies ain­si, un ou deux emprunts, les vacances au bord de la mer et leur vie est ter­mi­née, avant même qu’ils ne s’en rendent compte, une vie inté­gra­le­ment gâchée, le seul crime vrai­ment impardonnable. »

Giu­lia­no da Empoli
Le mage du Krem­lin, édi­tions Gal­li­mard, 2022

La soumission ne paie jamais…

« Les pro­gres­sistes blancs battent leur coulpe pour faire leur auto­cri­tique et res­ter du côté des gen­tils, des « alliés » aux mino­ri­tés, plu­tôt que de sem­bler être dans le camp des racistes. Cette ser­vi­li­té ne leur sera d’aucune aide ; la sou­mis­sion ne paie jamais et il leur sera deman­dé tou­jours plus de contri­tion. »

Georges Guis­card
Le pri­vi­lège blanc. Qui veut faire la peau aux Euro­péens ?
, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Iliade, 2021

Le fric qui efface paysages et pays est un phénomène bactérien…

« Le fric qui efface pay­sages et pays est un phé­no­mène bac­té­rien, cor­rup­teur et des­truc­teur. Aux biens natu­rels, au plai­sir de l’œuvre per­son­nelle, il sub­sti­tue ses fan­tasmes qui se suc­cèdent sur l’écran de télé qu’on offre au peuple en guise de vie. Les vraies richesses qui sont le fruit de la terre ou le don de l’homme, le fric si prompt à nous en pri­ver, est impuis­sant à nous les don­ner. Vrai­ment, où va le fric ? Ques­tion stu­pide : au fric. »

Ber­nard Charbonneau
Il court, il court le fric…, édi­tions Opales, 1996

S’amuser signifie être d’accord…

« C’est dans le diver­tis­se­ment, dans l’amusement, dans l’avachissement ludique, que les digues de la rai­son cèdent et que le cer­veau se rend dis­po­nible pour les grandes mul­ti­na­tio­nales, qu’en somme la régres­sion se sub­sti­tue à la subli­ma­tion : s’amuser signi­fie être d’accord”. »

Bap­tiste Rappin
Tu es déjà mort ! Les leçons dog­ma­tiques de Ken le sur­vi­vant, Les édi­tions Ova­dia, coll. Les car­re­fours de l’être, 2019

La dénonciation des puissances d’argent…

« La dénon­cia­tion des puis­sances d’argent fait oublier celle qu’exerce celui qui à chaque ins­tant nous concerne. La cri­tique du capi­tal dis­pense de s’interroger sur les vices et les ver­tus de l’économie moné­taire dont il n’est qu’un ava­tar, sur l’infection sub­tile que la mise en valeur”, la magie des prix, le jeu des pièces et des billets exercent dans l’esprit de chaque individu. »

Ber­nard Charbonneau
Il court, il court le fric…, édi­tions Opales, 1996

La liquidation de l’agriculture et des campagnes par l’agrochimie…

« La liqui­da­tion de l’agriculture et des cam­pagnes par l’agrochimie signi­fie qu’elle est en train d’effacer les der­nières traces de para­dis sur terre : ce qui reste de nature et de biens gra­tuits, d’autarcie per­son­nelle ou fami­liale, de joie et d’espaces libres dont on peut dis­po­ser sans pas­ser à la caisse. »

Ber­nard Charbonneau
Il court, il court le fric…, édi­tions Opales, 1996

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés