Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Notre civilisation est un patrimoine…

« Les scé­na­rios qui se pro­filent à l’horizon, du reste, ne laissent aucune place à l’imagination : notre civi­li­sa­tion est un patri­moine à défendre et non un mythe à décons­truire. Le choix doit être clair : il faut à nou­veau consi­dé­rer l’Europe comme notre terre ances­trale, comme une source à laquelle pui­ser pour redé­cou­vrir nos racines, néces­saires pour faire face aux défis déci­sifs qui nous attendent. »

Pie­tro Ciapponi
Les défis de l’Europe. Les racines d’une civi­li­sa­tion et les limites d’une bureau­cra­tie, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Iliade, 2023

Un trésor des identités…

« Une autre opé­ra­tion impor­tante – sur le plan cultu­rel, éco­lo­gique et éco­no­mique – doit être de réin­ves­tir les vil­lages aban­don­nés, un tré­sor des iden­ti­tés locales et du folk­lore, mais aus­si une garan­tie éter­nelle pour la pré­ser­va­tion du pay­sage et du rap­port avec la nature, avec la volon­té de faire per­du­rer la gas­tro­no­mie et le vin. »

Pie­tro Ciapponi
Les défis de l’Europe. Les racines d’une civi­li­sa­tion et les limites d’une bureau­cra­tie, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Iliade, 2023

On naît moderne…

« Ce n’est pas seule­ment un déca­lage, c’est un abîme de moder­ni­té qui nous sépare. On naît moderne, on ne le devient pas. Et nous ne le sommes jamais deve­nus. Ce qui saute aux yeux à Paris, c’est le XIXème siècle. Venu de Los Angeles, on atter­rit dans le XIXème siècle. Chaque pays porte une sorte de pré­des­ti­na­tion his­to­rique, qui en marque presque défi­ni­ti­ve­ment les traits. Pour nous, c’est le modèle bour­geois de 89 et la déca­dence inter­mi­nable de ce modèle qui des­sine le pro­fil de notre pay­sage. Rien n’y fait : tout tourne ici autour du rêve bour­geois du XIXème siècle. »

Jean Bau­drillard
Amé­rique, édi­tions Gras­set, 1986, Le Livre de Poche, coll. Biblio essais, 1988

En fait, la théorie” marxiste est un projet historique”…

« En fait, la théo­rie” mar­xiste est un pro­jet his­to­rique”, ren­du pos­sible, comme tout autre pro­jet, par la liber­té his­to­rique de l’homme, mais voué à sup­pri­mer, avec l’histoire, cette liber­té his­to­rique de l’homme, res­sen­tie et regar­dée comme un mal, comme pri­va­ti­sa­tion de cet être abso­lu où liber­té et néces­si­té, elles-mêmes abso­lues, devraient se confondre. »

Gior­gio Locchi
Wag­ner, Nietzsche et le mythe sur­hu­ma­niste, tra­duit de l’italien par Phi­lippe Baillet et Pier­lui­gi Loc­chi, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

La décadence” intervient chez un peuple lorsque le contenu idéal”…

« La déca­dence” inter­vient chez un peuple lorsque le conte­nu idéal” du sym­bole qu’est le tré­sor a été oublié au pro­fit de son seul conte­nu maté­riel”, qui finit par tom­ber entre les mains d’hommes et de lignée qui n’ont aucun droit à le déte­nir. C’est alors que les peuples cessent d’être des peuples” pour deve­nir popu­lace, masse. »

Gior­gio Locchi
Wag­ner, Nietzsche et le mythe sur­hu­ma­niste, tra­duit de l’italien par Phi­lippe Baillet et Pier­lui­gi Loc­chi, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

L’Europe n’existe que lorsqu’elle cesse d’être l’Occident du monde…

« L’Europe n’existe, et n’est pos­sible, que lorsqu’elle cesse d’être l’Occi­dent du monde. Tant que les Euro­péens ne renon­ce­ront pas à cette logique, tout pro­jet poli­tique aura pour effet de les clouer au des­tin his­to­rique issu de Yalta. »

Gior­gio Locchi
Défi­ni­tions. Les textes qui ont révo­lu­tion­né la culture non conforme, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

La volonté du peuple russe prévaut…

« Chez vous [en Occi­dent], l’image d’un Bill Gates, d’un Mur­doch ou d’un Zucker­berg menot­té est tota­le­ment incon­ce­vable. En Rus­sie, au contraire, un mil­liar­daire est tout à fait libre de dépen­ser son argent, mais pas de peser sur le pou­voir poli­tique. La volon­té du peuple russe – et celle du Tsar, qui en est l’incarnation – pré­vaut sur l’intérêt pri­vé quel qu’il soit. »

Giu­lia­no da Empoli
Le mage du Krem­lin, édi­tions Gal­li­mard, 2022

Sortir de la logique occidentale du gadget…

« Sor­tir de la logique occi­den­tale du gad­get, du débat entre bureau­crates qui confrontent des courbes sta­tis­tiques pour construire un sys­tème qui satis­fasse les exi­gences fon­da­men­tales de l’homme : telle est la mis­sion à laquelle nous nous sommes atte­lés à par­tir de ce moment. La poli­tique des pro­fon­deurs, jour et nuit, sans aucune interruption. »

Giu­lia­no da Empoli
Le mage du Krem­lin, édi­tions Gal­li­mard, 2022

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés