Thème

Citations sur la drogue

L’ordre devenait donc une forme de fascisme…

« Jour après jour, mois après mois, au fil de ses doutes, l’ordre deve­nait donc une forme de fas­cisme, l’enseignement une contrainte, le tra­vail une alié­na­tion, la révo­lu­tion un sport gra­tuit, le loi­sir un pri­vi­lège de classe, la mari­jua­na un vul­gaire tabac, la famille un étouf­foir, la consom­ma­tion une oppres­sion, la réus­site une mala­die hon­teuse, le sexe un loi­sir sans consé­quence, la jeu­nesse un tri­bu­nal per­ma­nent, la matu­ri­té une forme nou­velle de séni­li­té, la dis­ci­pline une atteinte à la per­son­na­li­té humaine, la reli­gion chré­tienne… et l’Occident… et la peau blanche… »

Jean Ras­pail
Le Camp des saints, édi­tions Robert Laf­font, 1973

Chaque fois que les règles de l’alternance unique…

« Chaque fois que les règles de l’alternance unique conduisent à confier de nou­veau à un pou­voir de gauche le soin de gérer loya­le­ment le capi­ta­lisme”, on peut être sûr que ce der­nier ne man­que­ra pas de dis­si­mu­ler cette ges­tion libé­rale sous un flux conti­nu de réformes dites socié­tales” (mariage pour tous, vote des étran­gers, dépé­na­li­sa­tion du can­na­bis, lutte contre l’ac­cent cir­con­flexe, etc.). »

Jean-Claude Michéa
Notre enne­mi, le capi­tal. Notes sur la fin des jours tran­quilles, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2017

Le temps du dernier homme est arrivé…

« Le temps du der­nier homme est arri­vé. C’est l’esprit qui nie tout. C’est la déri­sion qui se répand par­tout. C’est l’instant qui prime. Ce sont les para­dis arti­fi­ciels qu’on pro­meut. C’est la culture de mort qu’on met en avant. C’est la viri­li­té qu’on dénigre. C’est la fémi­ni­té qu’on dégrade. C’est la déam­bu­la­tion tou­ris­tique pri­vé de sens.
Qu’est-ce que le der­nier homme ? Un pré­sen­ta­teur de télé­vi­sion qui ricane entre deux shoots ! C’est le petit que pour­raient faire ensemble Yann Bar­thès et Cyril Hanou­na. »

Jean-Yves Le Gal­lou
Après le der­nier homme, l’Européen de demain !, allo­cu­tion au qua­trième col­loque de l’Institut Iliade, Paris, Mai­son de la Chi­mie, 18 mars 2017

Si le monde est menacé de mourir de sa machinerie…

« Si le monde est mena­cé de mou­rir de sa machi­ne­rie, comme le toxi­co­mane de son poi­son favo­ri, c’est que l’homme moderne demande aux machines, sans oser le dire ou peut-être se l’avouer à lui-même, non pas de l’aider à sur­mon­ter la vie, mais à l’esquiver, à la tour­ner, comme on tourne un obs­tacle trop rude. »

Georges Ber­na­nos
Le Che­min de la croix des âmes, édi­tions Gal­li­mard, coll. Blanche, 1948

Le peuple élit non pas qui le soigne…

« Le peuple élit non pas qui le soigne, mais qui le drogue. »

Nicolás Gómez Dávi­la
Car­nets d’un vain­cu (tiré de Esco­lios a un tex­to implí­ci­to), 1977, trad. Alexan­dra Tem­plier, L’Arche édi­teur, coll. Tête-à-tête, 2009

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés