Auteur

Nicolás Gómez Dávila

Nicolás Gómez Dávila, né le 18 mai 1913 à Bogota (Colombie) et mort le 17 mai 1994 dans la même ville, est un écrivain et moraliste colombien. Issu de l’élite colombienne, il consacra sa vie de bibliophile à la composition d’une œuvre dont la renommée ne lui importait guère. De fait, sa réputation n'a commencé à croître véritablement qu'au début des années 1980, grâce à la reconnaissance d’auteurs européens tels que Botho Strauss, Ernst Jünger, ou Jean Raspail. Dans son œuvre, composée essentiellement des monumentales Scolies pour un texte implicite, Gómez Dávila n’épargne aucun camp politique. Il défend une anthropologie pessimiste, fondée sur une étude approfondie de Thucydide et de Jacob Burckhardt, ainsi que les structures hiérarchiques qui doivent ordonner la société, l'Église et l'État.

Découvrez 20 citations de Nicolás Gómez Dávila

Le progressiste libéral exige que l’histoire se comporte en accord avec les postulats de sa raison…

« Le pro­gres­siste libé­ral exige que l’histoire se com­porte en accord avec les pos­tu­lats de sa rai­son, puisque c’est la liber­té qui la crée ; et comme sa liber­té engendre aus­si les causes qu’il défend, aucun fait ne peut pri­mer sur le droit que la liber­té établit. »

Nicolás Gómez Dávila
Le Réac­tion­naire authen­tique (El reac­cio­na­rio autén­ti­co), 1995, trad. Michel Bibard, Édi­tions du Rocher/Anatolia, 2005

Nous devons nous forger…

« À par­tir du moment où plus rien ne mérite le res­pect dans notre socié­té, nous devons nous for­ger dans la soli­tude de nou­velles loyau­tés silencieuses. »

Nicolás Gómez Dávila
Le Réac­tion­naire authen­tique (El reac­cio­na­rio autén­ti­co), 1995, trad. Michel Bibard, Édi­tions du Rocher/Anatolia, 2005

Se rebeller contre l’inévitable…

« Se rebel­ler contre l’i­né­vi­table et se rési­gner à l’é­vi­dence : c’est ce qui carac­té­rise l’homme moderne. »

Nicolás Gómez Dávila
Le Réac­tion­naire authen­tique (El reac­cio­na­rio autén­ti­co), 1995, trad. Michel Bibard, Édi­tions du Rocher/Anatolia, 2005

Les vérités ne se trouvent pas…

« Les véri­tés ne se trouvent pas à la cir­con­fé­rence d’un cercle dont le centre serait l’homme. Les véri­tés se dressent dans un pay­sage tour­men­té que l’homme par­court en sui­vant les méandres d’un sen­tier sinueux qui les découvre, les cache, et fina­le­ment les expose en pleine vue ou les fait disparaître. »

Nicolás Gómez Dávila
Les Hor­reurs de la démo­cra­tie (tiré de Esco­lios a un tex­to implí­ci­to), 1977, trad. Michel Bibard, Édi­tions du Rocher/Anatolia, 2003

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés