« La cité dis­pa­raît, tan­dis que le monde entier s’ur­ba­nise. La cité occi­den­tale était une per­sonne. Aujourd’­hui, l’hy­per­tro­phie urbaine et le cen­tra­lisme éta­tique la dés­in­tègrent en un simple entas­se­ment de gîtes sans âme. »

Nicolás Gómez Dávi­la
Les Hor­reurs de la démo­cra­tie (tiré de Esco­lios a un tex­to implí­ci­to), 1977, trad. Michel Bibard, Édi­tions du Rocher, coll. Ana­to­lia, 2003