Le livre
Un samouraï d’Occident. Le Bréviaire des insoumis

Un samouraï d’Occident. Le Bréviaire des insoumis

Auteur : Domi­nique Ven­ner
Édi­teur : édi­tions Pierre-Guillaume de Roux (2013)

Pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : « Nous avons le confort, le savoir, l’o­pu­lence. Mais nos villes ne sont plus des villes et nos anciennes patries ne sont plus ce qu’elles étaient. L’ex­ci­ta­tion des caprices les plus fous fait implo­ser notre civi­li­té. L’argent est deve­nu l’é­ta­lon exclu­sif de toute valeur. Sous les appa­rences de la démo­cra­tie, nous ne sommes pas libres. Les causes remontent loin. Mais l’his­toire n’est jamais immo­bile. Le moment est venu pour les Fran­çais et les Euro­péens de se réveiller et de se libé­rer. Com­ment ? Cer­tai­ne­ment pas en replâ­trant ce qui nous a conduits où nous sommes. À défaut de pos­sé­der une reli­gion à laquelle nous amar­rer, nous avons en par­tage depuis Homère une riche mémoire occul­tée, dépôt de toutes les valeurs sur les­quelles refon­der notre future renais­sance. Devant le vide sous nos pieds, la vora­ci­té démente du sys­tème finan­cier, les menaces d’un conflit de civi­li­sa­tion sur notre sol, ce « Bré­viaire » pro­pose de réveiller notre mémoire et d’ou­vrir des pistes neuves pour pen­ser, vivre et agir autre­ment, per­mettre à cha­cun de se recons­truire dans la fidé­li­té à des modèles supé­rieurs. » Domi­nique Ven­ner, 12 mai 2013. Ce livre-tes­ta­ment réson­ne­ra d’une force toute par­ti­cu­lière et éclai­re­ra peut-être le geste ultime de Domi­nique Ven­ner. À l’heure où il n’est plus en mesure de nous répondre.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 15 citations extraites du livre

Délivrez la patrie, vos enfants, vos femmes...

« Déli­vrez la patrie, vos enfants, vos femmes, les demeures des dieux et les tom­beaux de vos aïeux ! Main­te­nant, c’est le suprême com­bat !” Eschyle, dans sa tra­gé­die Les Perses (à la bataille de Sala­mine (-480) s’adressant aux grecs pour les encou­ra­ger à repous­ser les enva­his­seurs). »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Le fondement de l’organisation sociale...

« Le fon­de­ment de l’organisation sociale et de la paix civile est l’unité eth­nique de la cité et le res­pect des lois, garan­tis par les Anciens et par la force. Les hommes sont heu­reux dans une socié­té heu­reuse, celle qui res­semble tou­jours à elle-même, où l’on se marie, comme les aïeux se sont mariés, où l’on laboure et on mois­sonne comme on a tou­jours labou­ré et mois­son­né. Les indi­vi­dus passent mais la cité demeure. »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

« Donner des chants », autrement dit des poèmes, cela signifie transcender le malheur...

« Si les dieux ont infli­gé la mort à tant d’hommes, c’est pour don­ner des chants aux gens de l’avenir”, L’Iliade (VIII, 579 – 580). Don­ner des chants”, autre­ment dit des poèmes, cela signi­fie trans­cen­der le mal­heur en œuvre d’art et en beau­té. Le mal­heur est ain­si ren­ver­sé en son contraire. »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Aux Européens, le poète fondateur [Homère] rappelle qu’ils ne sont pas nés d’hier...

« Aux Euro­péens, le poète fon­da­teur [Homère] rap­pelle qu’ils ne sont pas nés d’hier. Il leur lègue le socle de leur iden­ti­té, la pre­mière expres­sion par­faite d’un patri­moine éthique et esthé­tique qu’il tenait lui-même en héri­tage et qu’il a subli­mé de façon que l’on dirait divine. Les prin­cipes qu’il a fait vivre par ses per­son­nages n’ont pas ces­sé de renaître jusqu’à nous, mon­trant que le fil secret de notre tra­di­tion ne pou­vait être rom­pu. Ain­si l’avenir prend-il racine dans la mémoire du pas­sé. »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Dans un fameux passage de l’Iliade le poète décrit la phalange achéenne...

« Dans un fameux pas­sage de l’Iliade le poète décrit la pha­lange achéenne : « La lance fait un rem­part à la lance, le bou­clier au bou­clier, cha­cun étayant l’autre ; l’écu s’appuie sur l’écu, le casque sur le casque, le guer­rier sur le guer­rier. » Ce n’est pas seule­ment la pré­fi­gu­ra­tion de l’ordre hopli­tique que l’on entre­voit ici, mais sur­tout l’expression de ce qu’est une com­mu­nau­té soli­daire où chaque membre peut se repo­ser sur les autres, où la déser­tion d’un seul anéan­ti­rait ins­tan­ta­né­ment le tout indis­so­ciable. Pas ques­tion de « contrat » ici, mais d’obligations mutuelles ins­crites dans le pacte fon­da­teur du clan, de la tri­bu, de la cité et de la pha­lange. »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Je souhaite qu’à l’avenir, au clocher de mon village...

« Je sou­haite qu’à l’avenir, au clo­cher de mon vil­lage comme à ceux de nos cathé­drales, on conti­nue d’entendre la son­ne­rie apai­sante des cloches. Mais je sou­haite plus encore que changent les invo­ca­tions enten­dues sous leurs voûtes. Je sou­haite que l’on cesse d’implorer le par­don et la pitié pour en appe­ler à la vigueur, à la digni­té et à l’énergie. Je sou­haite que vienne de l’intérieur une nou­velle Réforme dans l’esprit d’un retour à nos sources authen­tiques dont le pape Benoît XVI a ouvert les pers­pec­tives dans son dis­cours de Ratis­bonne en 2006. »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

L’insoumis est en rapport intime avec la légitimité...

« L’insoumis est en rap­port intime avec la légi­ti­mi­té. Il se défi­nit contre ce qu’il per­çoit comme illé­gi­time. Face à l’imposture ou au sacri­lège, il est à lui-même sa propre loi par fidé­li­té à la légi­ti­mi­té bafouée. Cela signi­fie être à soi-même sa propre norme par fidé­li­té à une norme supé­rieure. S’en tenir à soi-même devant le néant. L’insoumission relève d’abord de l’esprit avant de recou­rir aux armes. »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Mais viser l’excellence ne se confond pas avec le vulgaire...

« Mais viser l’excellence ne se confond pas avec le vul­gaire com­pé­ti­tion pour la réus­site, les hon­neurs ou l’argent. La com­pé­ti­tion n’est pas le but. Elle est le sti­mu­lant. Cette dif­fé­rence per­met de dis­tin­guer entre l’authenticité et son contraire, la fier­té, la vani­té. »

Domi­nique Ven­ner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés