Thème

Citations sur l'harmonie

Les Anciens et les médiévaux habitaient un cosmos…

« Les Anciens et les médié­vaux habi­taient un cos­mos, c’est-à-dire, au sens pre­mier du terme grec, un ensemble ordon­né et har­mo­nieux, où il reve­nait à l’homme de jouer sa propre par­tie. Les Modernes se trouvent pla­cés dans un uni­vers sans qua­li­tés” – démo­ra­li­sé”, pour reprendre l’expression de Rémi Brague – qu’ils sont appe­lés à exploi­ter pour satis­faire leurs dési­rs. À l’exploitation de la nature, les Verts entendent sub­sti­tuer sa pro­tec­tion : on pré­tend tout chan­ger, mais le para­digme ges­tion­naire demeure. »

Oli­vier Rey
L’écologie ne se résume pas à la trot­ti­nette et aux éoliennes, entre­tien au Figa­ro, pro­pos recueillis par Alexandre Devec­chio, 10 juillet 2020

La beauté du torero est la plus classique…

« La beau­té du tore­ro est la plus clas­sique : elle sup­pose élé­gance, har­mo­nie des mou­ve­ments, per­fec­tion des formes, équi­libre des masses. Le tore­ro crée des formes, œuvres humaines, à par­tir de chaos – la charge natu­relle d’un tau­reau. Immo­bile, il met, d’un geste, de l’ordre là où il n’y avait que désordre et mou­ve­ment. »

Fran­cis Wolff
50 rai­sons de défendre la cor­ri­da, édi­tions Fayard, coll. Mille et une nuits, 2010

Tout ce qui avait été construit de beau dans l’histoire de Paris a été défiguré…

« Tout ce qui avait été construit de beau dans l’his­toire de Paris a été défi­gu­ré. On a trou­vé le moyen de bâtir des tours qui gâchent la moindre pers­pec­tive. Quand on est devant l’École mili­taire (Louis XV) ou les Inva­lides (Louis XIV), on aper­çoit der­rière la hideuse tour Mont­par­nasse qui nous guette. Sans peuple et avec des règle­ments urba­nistes hideux, je crois qu’on peut dire que Paris, c’est fou­tu. »

Alain Pau­card
Du Paris d’Au­diard au Paris de Dela­noë, par Alain Pau­card, entre­tien au Figa­ro, par Eugé­nie Bas­tié, 11 juillet 2014

L’homme n’est pas en règle avec la loi…

« L’homme n’est pas en règle avec la loi pour s’être abs­te­nu de la vio­ler, il faut qu’il la défende. Pour se mettre à l’unisson des har­mo­nies célestes, il doit éta­blir l’ordre en lui-même et hors de lui ; c’est par l’active éner­gie de la lutte qu’on imite les dieux. »

Louis Ménard
De la morale avant les phi­lo­sophes, 1860, édi­tions Hachette Livre, 2013

L’opulence des polyphonies européennes…

« L’opulence des poly­pho­nies euro­péennes a témoi­gné en faveur des ambi­tions des créa­teurs qui les ont ser­vies : mettre en place un monde esthé­tique dans lequel sons simul­ta­nés et sons suc­ces­sifs sont insé­pa­rables les uns des autres, comme devraient l’être les habi­tants des cités d’Europe. Même la ther­mo­dy­na­mique de Boltz­mann, qui tente de conte­nir dans une seule uni­té de gaz stable les mou­ve­ments incon­trô­lables des par­ti­cules indi­vi­duelles de ce gaz, ne pour­rait appri­voi­ser une telle mul­ti­pli­ci­té d’événements. La géné­ro­si­té esthé­tique l’emporte à l’évidence sur l’ambition cal­cu­la­trice. Ain­si allaient les com­po­si­teurs euro­péens, jusqu’à une époque récente où les nuages lourds des déci­bels ampli­fiés n’emportaient pas encore dans leurs orages téta­ni­sants la sub­ti­li­té des har­mo­nies concer­tantes. »

Jean-Fran­çois Gau­tier
Ce que nous sommes. Aux sources de l’identité euro­péenne, Phi­lippe Conrad dir., édi­tion Ins­ti­tut Iliade / Pierre-Guillaume de Roux, 2018

Une civilisation est, me semble-t-il…

« Une civi­li­sa­tion est, me semble-t-il, une sorte d’é­tat de grâce ou l’au­to­ri­té tuté­laire, au lieu d’é­touf­fer ses aspi­ra­tions, offre à l’homme de la Cité, pro­tec­tion et liber­té. Par pro­tec­tion”, j’en­tends un cer­tain nombre de règles de vie en socié­té qui restreignent nos liber­tés les plus anar­chiques, pour que s’é­pa­nouissent la spi­ri­tua­li­té dans cer­tains cas, dans d’autres la créa­tion artis­tique (expres­sion très géné­rale) qui est une des nobles aspi­ra­tions de l’homme sur cette terre. Même les artistes les plus athées, les plus dépour­vus de spi­ri­tua­li­té sont encore des croyants, ou alors, c’est que leur œuvre est sans âme. L’é­qui­libre à trou­ver entre la main de velours et l’ou­ver­ture à toutes les créa­tions et un des plus dif­fi­ciles pro­blèmes de ces der­niers siècles. On en connait peu d’exemples depuis l’An­ti­qui­té, je par­le­rais volon­tiers, dans ce cas, d’har­mo­nie, une har­mo­nie qui pour les bien­heu­reux pos­sé­dés par la foi se nimbe du mys­tère de la poé­sie, puis, pour les autres, est le ter­rain idéal de la spé­cu­la­tion esthé­tique et phi­lo­so­phique. »

Michel Déon
L’Herne Déon, Cahier diri­gé par Lau­rence Tacou, Édi­tions de l’Herne, 2009

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés