Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Thème

Citations sur le passé

La vision-de‑l’histoire” n’est pas seulement interprétation du passé…

« La vision-de‑l’histoire” est tou­jours un aspect fon­da­men­tal d’une Wel­tan­schauung, d’une vision glo­bale du monde : elle n’est pas seule­ment inter­pré­ta­tion du pas­sé, elle est aus­si et avec une force égale (quand bien même cela ne serait qu’implicite) enga­ge­ment dans l’actualité et pro­jet d’ave­nir. »

Gior­gio Locchi
Wag­ner, Nietzsche et le mythe sur­hu­ma­niste, tra­duit de l’italien par Phi­lippe Baillet et Pier­lui­gi Loc­chi, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

Tout ce qui devient historiquement…

« Toute réa­li­té his­to­rique est, dans l’“espace uni­di­men­sion­nel” de la conscience humaine, co-exten­sion de pas­sé, d’actualité et d’ave­nir, elle est pré­sence de tout ce qui devient his­to­ri­que­ment, de même que le « Moi » est à la fois mémoire, action et projet. »

Gior­gio Locchi
Wag­ner, Nietzsche et le mythe sur­hu­ma­niste, tra­duit de l’italien par Phi­lippe Baillet et Pier­lui­gi Loc­chi, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

Le philosophe doit être un artiste…

« Nietzsche n’est pas un phi­lo­sophe comme les autres. Il ne veut pas l’être, et il le pro­clame hau­te­ment. Désor­mais, affirme-t-il, la tâche du phi­lo­sophe ne se borne plus à une simple réflexion sur le pas­sé ni à une orga­ni­sa­tion du savoir. Le phi­lo­sophe doit être un artiste qui fait de l’homme lui-même sa matière pre­mière. Il doit être celui qui assigne des buts à l’humanité et qui, grâce à son œuvre, la contraint à recher­cher les moyens d’y parvenir. »

Gior­gio Locchi
Défi­ni­tions. Les textes qui ont révo­lu­tion­né la culture non conforme, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Ago­ra, 2022

Le passé n’a plus de présent parmi nous…

« Le pas­sé n’a plus de pré­sent par­mi nous : l’u­sur­pa­tion mar­chande ne le sup­por­tait pas vivant, habi­té avec du linge aux fenêtres, qui la contre­di­sait tou­jours : cam­pagnes enchan­tées du temps de la trac­tion ani­male, mœurs et usages curieux de ces contrées loin­taines peintes à la main, quar­tiers per­dus, rues pen­sives, pai­sibles mai­sons d’a­vant l’élec­tri­ci­té, chan­sons qu’on chante, pro­fu­sion des siècles ; qui ne sont plus et qui ne revien­dront jamais : jetés tout vivants qu’ils furent dans la chau­dière du pro­grès. »

Bau­douin de Bodinat
La vie sur Terre. Réflexions sur le peu d’a­ve­nir que contient le temps où nous sommes (1996), Édi­tions de l’En­cy­clo­pé­die des Nui­sances, 2008

Ce sont les témoins muet des âges disparus…

« Par­mi les rochers sans nombre qui cou­ronnent les Vosges et par­sèment leurs flancs, il y a, comme en Bre­tagne, des pierres qui parlent. Debout sur la crête nue des mon­tagnes ou sur la pente abrupte au milieu de vastes sapi­nières, ces men­hirs gigan­tesques dominent des océans de ver­dure. Ce sont les témoins muet des âges dis­pa­rus. Quand, par les nuits sombres, on approche l’oreille des fis­sures du grès cou­vert de mousse, on croit entendre des rires clairs ou des sou­pirs mélo­dieux s’échapper des entrailles de la pierre. Est-ce le vent qui joue dans les volutes de ces vieilles rocailles ? Est-ce le fré­mis­se­ment musi­cal des hautes branches d’un sapin sécu­laire ? Les filles du vil­lage vous diront que c’est la voix des fées qui révèlent le pas­sé et pré­disent l’ave­nir. »

Édouard Schu­ré
Les Légendes de l’Alsace – Pro­me­nades et Sou­ve­nirs, in Revue des Deux Mondes, tome 60, 1883

Ils reviendront, ces Dieux…

« Ils revien­dront, ces Dieux que tu pleures toujours !
Le temps va rame­ner l’ordre des anciens jours. »

Gérard de Nerval
« Del­fi­ca », in Les Chi­mères, 1854, édi­tions Mille et une Nuits, 1999, édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio clas­sique, 2005

La maison commune des morts et des vivants…

« Par­tout on sent que la vieille église est la mai­son com­mune des morts et des vivants, qui joint le pas­sé au pré­sent et à l’avenir. Dans cette dure et triste Bre­tagne, obsé­dée par la mer, image de l’infini maté­riel, qui enfante et dévore, gouffre de vie et de néant, le moindre clo­cher qui se dresse der­rière un coteau évoque un autre infi­ni, celui de l’âme, où rien ne se perd, où tout se réa­lise et s’accomplit. »

Édouard Schu­ré
Les légendes de la Bre­tagne et le génie cel­tique, in Pay­sages his­to­riques de France, Revue des Deux Mondes, tome 106, 1891

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés