Le livre
Pour un réveil européen. Nature - Excellence - Beauté

Pour un réveil européen. Nature - Excellence - Beauté

Auteur : Collectif
Édi­teur : La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade (2020)

Vivre, aimer, ser­vir, com­battre, trans­mettre, conscients de notre double voca­tion d’héritiers et de refon­da­teurs : tel est l’appel au grand réveil des Euro­péens que lancent les auteurs de ce livre, membres ou amis de l’Institut Iliade. Les douze cha­pitres de l’ouvrage nous invitent ain­si à une réflexion actua­li­sée sur les trois impé­ra­tifs de la triade homé­rique défi­nie par Domi­nique Venner.

Recon­naître la nature comme socle, c’est res­pec­ter les équi­libres natu­rels et renouer avec la dimen­sion com­mu­nau­taire de nos tra­di­tions pour rebâ­tir la cité sur le fon­de­ment de notre identité.

Recher­cher l’excellence comme but, c’est culti­ver l’exigence envers soi-même et tendre à se dépas­ser pour renouer le fil de la conti­nui­té avec « ce que nous sommes », sous une forme tou­jours renou­ve­lée, depuis des millénaires.

Viser la beau­té comme hori­zon, c’est rompre avec l’utilitarisme bour­geois et refu­ser l’extension du domaine de la lai­deur, c’est adop­ter une éthique de la tenue et suivre la voie des « cœurs aven­tu­reux », déter­mi­nés à ré-enchan­ter notre monde et retrou­ver le sens sacré.

Il n’y a aucune fata­li­té au déclin des peuples et des nations d’Europe. Lorsque les lumières s’éteignent, les torches doivent s’embrasser !

Ont par­ti­ci­pé à cet ouvrage : Jean-Phi­lippe Anto­ni • Alain de Benoist • Anne-Laure Blanc • Thi­baud Cas­selPhi­lippe Conrad • Oli­vier Eichen­laub • Paul Épar­vier • Gré­goire Gam­bierJean-Fran­çois Gau­tierJean-Yves Le Gal­louHen­ri Leva­vas­seur • Alix Mar­min • Rémi Sou­lié • Guillaume Tra­vers.

Post­face d’Alain de Benoist.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 15 citations extraites du livre

Une nouvelle Révolution ? Nous y sommes prêts...

« Une nou­velle Révo­lu­tion ? Nous y sommes prêts. Mieux encore, nous la vou­lons, et enten­dons l’insuffler. Pré­ci­sé­ment au moment où s’achèvent et s’épuisent de nom­breux cycles his­to­riques et idéo­lo­giques, dont prin­ci­pa­le­ment celui de la moder­ni­té mar­chande, indi­vi­dua­liste et libé­rale” impo­sée par les Lumières. »

Gré­goire Gambier 
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (conclu­sion), Oli­vier Eichen­laub dir., La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

L’entrée en décadence se manifeste par le sentiment de la défaite...

« L’entrée en déca­dence se mani­feste par le sen­ti­ment de la défaite, inté­rio­ri­sée au point de rendre insup­por­table le far­deau de l’homme blanc” pour­tant magni­fié par Kipling. La suite logique, c’est l’abandon de soi, le renon­ce­ment, le déshon­neur et fina­le­ment la mort. Après avoir bais­sé les yeux, on baisse les bras. Avant d’accepter le Grand Rem­pla­ce­ment, on accepte le Grand Effa­ce­ment – on renonce à être soi-même. On com­mence par mettre genou à terre et l’on finit par tendre son cou au cou­teau des égor­geurs, dont l’ardeur au mas­sacre s’en trouve évi­dem­ment décuplée. »

Gré­goire Gambier 
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (conclu­sion), Oli­vier Eichen­laub dir., La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

L’honneur : ne jamais faillir aux normes qu’on s’est fixées...

« L’honneur : ne jamais faillir aux normes qu’on s’est fixées. L’image que l’on se fait de soi devient vraie dès l’instant qu’on s’y conforme de façon durable. Dès lors, que ce soit une image” ou une réa­li­té” importe peu ; les deux termes sont confondus. »

Alain de Benoist
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (post­face), La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

Toute existence est tragique...

« Toute exis­tence est tra­gique, toute affir­ma­tion est tra­gique, toute l’histoire est tra­gique. Ce qui se passe n’a pas d’autre sens que celui que nous lui don­nons. Contre­par­tie : tout reten­tit sur tout. Nos gestes les plus infimes ont une consé­quence dans les par­ties les plus recu­lées de l’univers. »

Alain de Benoist
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (post­face), La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

La vertu n’est pas un moyen se rapportant à quelque fin dernière...

« La ver­tu n’est pas un moyen se rap­por­tant à quelque fin der­nière. Elle est à elle-même sa propre fin – sa propre récom­pense. La recon­quête inté­rieure ou recon­quête de soi : point de départ de toute quête comme de toute conquête. Éta­blir sur soi un empire sou­ve­rain. Obéir au Maître qui est en nous, à l’instant même où nous com­man­dons à l’Esclave qui est en nous. »

Alain de Benoist
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (post­face), La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

Faire passer son devoir avant ses passions...

« Faire pas­ser son devoir avant ses pas­sions ; ses pas­sions, avant ses inté­rêts. Accom­plir de bonnes actions” pour gagner son salut, c’est encore ser­vir ses inté­rêts. Faire ce qu’on doit, non ce qu’on aime. Mais cela néces­site un appren­tis­sage : l’homme a besoin de règles pour se bâtir parce qu’il est per­pé­tuel­le­ment mal­léable. Le tra­vail comme ser­vice, le devoir comme destin. »

Alain de Benoist
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (post­face), La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

Il n’y a de piété vraie que la piété filiale...

« Il n’y a de pié­té vraie que la pié­té filiale, élar­gie aux ancêtres, à la lignée et au peuple. Nos ancêtres dis­pa­rus ne sont ni spi­ri­tuel­le­ment morts ni pas­sés dans un autre monde. Ils sont à nos côtés, en foule invi­sible et bruis­sante. Ils nous entourent aus­si long­temps que leur sou­ve­nir est per­pé­tué par leur des­cen­dance. Par-là se jus­ti­fient le culte des ancêtres et le devoir de faire res­pec­ter leur nom. »

Alain de Benoist
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té (post­face), La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés