Thème

Citations sur la civilisation

Un cycle idéologique s’achève…

« Un cycle idéo­lo­gique s’a­chève. La capa­ci­té de mobi­li­sa­tion d’i­dées popu­la­ri­sées il y a plus de trente ans, et chères aux hommes au pou­voir qui y ont été for­més, est en crise. En témoigne la mon­tée de peurs. Sur fond de fin du monde (que les col­lap­so­logues ou éco­lo­gistes durs nous pro­mettent pour dans trente ans si nous ne nous repen­tons pas et ne nous cor­ri­geons pas), s’af­frontent ceux qui craignent la fin de leur monde, indi­vi­dua­liste, ouvert et cool et ceux qu’ob­sède leur propre dis­pa­ri­tion comme nation, comme civi­li­sa­tion ou comme peuple. »

Fran­çois-Ber­nard Huyghe
L’art de la guerre idéo­lo­gique, édi­tions du Cerf, 2019

Victimes de notre absence de mémoire identitaire…

« Vic­times de notre absence de mémoire iden­ti­taire, nous en sommes res­tés au stade pri­mi­tif de la quête d’efficacité. Nous ana­ly­sons le déclin comme une simple défaillance tech­nique, poli­tique ou struc­tu­relle. Mais cela aura une fin. Face aux grandes épreuves qui viennent, nous n’aurons pas d’autre choix que d’en appe­ler nous aus­si à notre foyer d’énergie spi­ri­tuelle. Celui d’où avait sur­gi l’impulsion pri­mor­diale de notre civi­li­sa­tion voi­ci plu­sieurs mil­lé­naires, et qui a conti­nué d’animer sa meilleure part. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Quand Valéry disait notre civilisation mortelle…

« Quand Valé­ry disait notre civi­li­sa­tion mor­telle, en véri­té elle était déjà morte, et nous répé­tons cette phrase comme un man­tra pour ten­ter de n’être pas mort. On peut le voir par exemple à Sète même, ville natale de Valé­ry, où je suis retour­né, après trente ans, à l’heure de Midi le juste, pour contem­pler une der­nière fois la mer depuis le cime­tière marin, dont je gage que le poème qui porte ce titre n’évoque plus rien pour per­sonne. Sète est aujourd’hui une ville qua­si arabe, comme Béziers, Lunel, La Cour­neuve ou Trappes. »

Richard Millet
Paris bas-ventre. Le RER comme prin­cipe éva­cua­teur du peuple fran­çais, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Dans l’arène, 2021

À force d’avoir tutoyé les dieux…

« À force d’a­voir tutoyé les dieux, Dumé­zil a fini par deve­nir l’un des leurs. Ain­si, l’on ne sau­rait plus, impu­né­ment, le défier, par-delà les années, sans s’at­ti­rer les foudres de ses naïves incon­sé­quences, sauf, lit­té­ra­le­ment, à ren­ver­ser la struc­ture ter­naire des Indo-Euro­péens. »

Aris­tide Leucate
Dumé­zil, édi­tions Par­dès, coll. « Qui suis-je ? », 2021

Notre temps présente tous les caractères du Bas empire expirant…

« Notre temps pré­sente tous les carac­tères du Bas empire expi­rant : en pre­mière ligne, dis­lo­ca­tion de la famille et déna­ta­li­té ; dégra­da­tion fou­droyante des mœurs ; infil­tra­tions bar­bares. Et, paral­lè­le­ment, nébu­leuse de « noyaux de san­té » (Gus­tave Thi­bon), pierre d’attente du monde qui naît, timides indices d’un « retour au réel », ébauche de ce Nou­veau Moyen Âge pro­phé­ti­sé il y a plus de soixante ans par Nico­las Ber­diaeff. »

Ray­mond Delatouche
Le pay­san révol­té : entre­tiens avec Ray­mond Dela­touche, édi­tions Mame, coll. Tra­jec­toires, 1993

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés