Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Sortir de l’enfance, c’est franchir un mur…

« Sor­tir de l’en­fance, c’est fran­chir un mur. On se hisse plus ou moins adroi­te­ment. On passe la tête. On découvre un pay­sage dif­fé­rent et on saute de l’autre côté parce qu’il n’y a plus rien d’autre à faire que sauter. »

Jean Ras­pail
L’Île bleue, édi­tions Robert Laf­font, 1988

Vous rappelez vous à quel point cette vie a voulu sortir de l’enfance…

« Vous rap­pe­lez vous à quel point cette vie a vou­lu sor­tir de lenfance, aspi­rant aux « grandes choses » ? Je constate aujourd’hui que, à par­tir des grandes choses, elle conti­nue d’aspirer aux plus grandes. C’est pour­quoi elle ne ces­se­ra pas d’être dif­fi­cile, mais c’est aus­si pour­quoi elle ne ces­se­ra de croître. »

Rai­ner Maria Rilke
Lettres à un jeune poète (Briefe an einen jun­gen Dich­ter), 1929, trad. Marc Buhot de Lau­nay, édi­tions Gal­li­mard, coll. Poé­sie, 1993

Je ne regretterai rien et surtout pas cette époque de merde…

« On est tous cer­tains de caner, non ? Et puis j’ai été gâté. Venant d’où je viens, l’en­fance, le divorce de mes parents, les pen­sions, l’ar­mée, tout ce que j’ai vécu ensuite a été for­mi­dable. Je par­ti­rai tran­quille, je ne regret­te­rai rien et sur­tout pas cette époque de merde. »

Alain Delon
Ce n’est pas à 83 piges que je vais pas­ser à gauche !, entre­tien au Jour­nal du Dimanche, Sté­phane Joly, 18 mai 2019

Les totalitarismes du XXe siècle s’intéressaient…

« Les tota­li­ta­rismes du XXe siècle s’intéressaient prin­ci­pa­le­ment à l’embrigadement de la jeu­nesse, enten­dez les ado­les­cents ou les enfants de plus de 10 ans. Le tota­li­ta­risme du XXIe siècle va plus loin. L’enfant est édu­qué – réédu­qué plu­tôt – dès l’école pri­maire, la mater­nelle, voire la crèche. À tra­vers des livres et des exer­cices visant à nier les dif­fé­rences de sexe et d’origine par exemple. »

Jean-Yves Le Gallou
Seize thèses sur la socié­té de pro­pa­gande, Polé­mia, 15 juin 2019

Ces questions s’aiguisent avec le temps…

« Ces ques­tions s’ai­guisent avec le temps, sur­tout cer­tains soirs, quand la vita­li­té et par­fois le cou­rage dimi­nuent. La ten­ta­tion du décou­ra­ge­ment plane, comme un aigle qui tourne autour de sa proie, en cercles rap­pro­chés. C’est alors que l’on se tourne vers cet enfant que l’on a été, débor­dant d’un appé­tit de vivre que rien ne sem­blait pou­voir ras­sa­sier, grave de la véri­té de la vie. Sur­tout, pense-t-on en soi-même, faites que je ne le déçoive pas. »

Hélie Denoix de Saint Marc
Les sen­ti­nelles du soir, édi­tions les arènes, 1999

On marche une certaine nuit…

« On marche une cer­taine nuit de l’année dans la neige, laquelle est cra­quante, sous les étoiles, vers des mai­sons de bois illu­mi­nées. Et si tu entres dans leur lumière après ta route et colles ton visage aux car­reaux, tu découvres de cette clar­té qu’elle vient d’un arbre. Et l’on te dit que c’est une nuit qui a le goût des jouets de bois ver­nis et une odeur de cire. Et l’on te dit des visages de cette nuit-là qu’ils sont extra­or­di­naires. Car ils sont l’attente d’un miracle. Et tu vois tous les vieux qui fixent les yeux des enfants, et se réparent à de grands bat­te­ments de cœur. Car il va pas­ser dans ces yeux d’enfants quelque chose d’insaisissable qui n’a point de prix. Car tu as bâti toute l’année par l’attente et sur­tout par tes airs enten­dus et tes allu­sions secrètes et l’immensité de ton amour. »

Antoine de Saint-Exupéry
Cita­delle, édi­tions Gal­li­mard, 1948

La maturité de l’homme : cela veut dire retrouver…

« La matu­ri­té de l’homme : cela veut dire retrou­ver le sérieux que l’on avait au jeu, étant enfant. »

Frie­drich Nietzsche
Par-delà le bien et le mal – Pré­lude d’une phi­lo­so­phie de l’a­ve­nir (Jen­seits von Gut und Böse – Vor­spiel einer Phi­lo­so­phie der Zukunft), 1886, trad. Patrick Wot­ling, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2000

C’est pour préserver ce qui est neuf et révolutionnaire…

« C’est pour pré­ser­ver ce qui est neuf et révo­lu­tion­naire dans chaque enfant que l’éducation doit être conser­va­trice, c’est-à-dire assu­rer la conti­nui­té du monde’. »

Han­nah Arendt
« La crise de l’é­du­ca­tion », La crise de la culture. Huit exer­cices de pen­sée poli­tique, 1968, trad. Col­lec­tif (édi­tions de Patrick Lévy), édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio essais, 1989

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés