Thème

Citations sur le courage

Le courage ne s’exerce plus sur les champs de bataille…

« Le cou­rage ne s’exerce plus sur les champs de bataille, mais dans l’arène média­tique, dans l’arène intel­lec­tuelle, dans l’arène poli­tique. Il n’est plus tant dans l’action que dans le dire. Le dire est l’action, le faire est le verbe. Telle est la per­for­ma­ti­vi­té. Elle est la force entraî­nante du verbe, sa force agis­sante. Le verbe réa­lise lui-même ce qu’il énonce. La parole est alors créa­trice, pro­créa­trice, cocréa­trice. Dire, c’est for­cer l’inertie des choses. Les sor­tir de leur mutisme, de leur immo­bi­lisme. Dire, c’est pro­duire de l’énergie col­lec­tive, de l’enthou­siasme. »

Fran­çois Bousquet
Cou­rage ! Manuel de gué­rilla cultu­relle, édi­tions de La Nou­velle Librai­rie, 2019

Pourquoi jouer sa peau…

« Pour­quoi jouer sa peau ? Parce que la vie s’offre à ceux qui la jouent. Parce que le monde appar­tient à ceux qui prennent le risque de le perdre. Parce qu’il n’y a rien sans rien. Parce que là où il n’y a rien à perdre, il n’y a rien à gagner. Les risques sont à la hau­teur des gains – ou des pertes. Mais en tout bien tout hon­neur, ils doivent être pris indi­vi­duel­le­ment, faute de quoi ils seront ven­ti­lés sur les autres. »

Fran­çois Bousquet
Cou­rage ! Manuel de gué­rilla cultu­relle, édi­tions de La Nou­velle Librai­rie, 2019

La mort, en soi, n’est peut-être pas une chose si horrible…

« La mort, en soi, n’est peut-être pas une chose si hor­rible, après tout. Nous l’au­rons tous. Mais mal­heur à nous si nous savons, même si c’est dans un siècle ou deux siècles, le temps pré­cis où elle viendra. »

Dino Buz­za­ti
Équi­va­lence, in Les nuits dif­fi­ciles, nou­velles, 1971, trad. Michel Sager, édi­tions Robert Laf­font, Coll. Pavillon, 1972

La force et la santé demeurent en l’intrépide…

« La force et la san­té demeurent en l’intrépide. Au contraire, la crainte assiège ceux même qui s’arment jusqu’aux dents – et ceux-là plus que les autres. On peut en dire autant de ceux qui nagent dans l’abondance. Les armes, les tré­sors sont impuis­sants à conju­rer les menaces. Ce ne sont que des pis-aller. »

Ernst Jün­ger
Trai­té du rebelle ou le recours aux forêts (Der Wald­gang), 1951, trad. Hen­ri Plard, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 1995

On n’a rien donné tant qu’on n’a pas tout donné…

« On n’a rien don­né tant qu’on n’a pas tout don­né. À com­men­cer par soi-même : son corps, son esprit et sa joie. Pour cela, for­mons une pha­lange d’hommes inac­ces­sibles au décou­ra­ge­ment, fidèles et inso­lents, radi­caux et intel­li­gents, réa­listes et révo­lu­tion­naires. Don­nons tout et ne leur lais­sons rien ! »

Julien Lan­gel­la
Refaire un peuple. Pour un popu­lisme radi­cal, édi­tions La Nou­velle Libraire, 2021

Une nation n’est saine…

« Une nation n’est saine que si cha­cun s’y regarde comme un homme, non regar­dant der­rière soi, ni pre­nant le vent, ni ron­gé de peur, ni jaune d’ambition, non ten­dant la bouche à la gour­mette de quelque tra­hi­son, mais fidèle à sa parole d’homme, à l’enga­ge­ment avec lequel il est entré dans la vie, à la pro­messe faite non seule­ment à celui qui guide et dans lequel on le recon­naît, mais à tra­vers lui à tous les cama­rades de tra­vail et de combat. »

Mau­rice Bardèche
Qu’est-ce que le fas­cisme ?, édi­tions Les Sept Cou­leurs, 1961, édi­tions Kontre Kul­ture, 2019

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés