Ils reviendront, ces Dieux…

« Ils revien­dront, ces Dieux que tu pleures toujours !
Le temps va rame­ner l’ordre des anciens jours. »

Gérard de Nerval
« Del­fi­ca », in Les Chi­mères, 1854, édi­tions Mille et une Nuits, 1999, édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio clas­sique, 2005

La mort, en soi, n’est peut-être pas une chose si horrible…

« La mort, en soi, n’est peut-être pas une chose si hor­rible, après tout. Nous l’au­rons tous. Mais mal­heur à nous si nous savons, même si c’est dans un siècle ou deux siècles, le temps pré­cis où elle viendra. »

Dino Buz­za­ti
Équi­va­lence, in Les nuits dif­fi­ciles, nou­velles, 1971, trad. Michel Sager, édi­tions Robert Laf­font, Coll. Pavillon, 1972

Aimer la corrida…

« Je l’ai dit et répé­té : aimer la cor­ri­da, (plus pro­fon­dé­ment et jus­te­ment expri­mé, aimer les toros) c’est espé­rer, c’est croire à la Terre pro­mise, c’est pas­ser des après-midi à être l’or­pailleur qui, quand le soir tombe, n’a­per­çoit dans son tamis que quelques paillettes d’or. »

Jean Cau
Les Oreilles et la queue, 1961, édi­tions Gal­li­mard, coll. Hors série Connais­sance, 1990

La science elle-même se déploie dans le temps…

« La science elle-même se déploie dans le temps, bien sûr : elle découvre peu à peu de nou­velles connais­sances, de nou­velles véri­tés, qui ajustent l’une après l’autre notre repré­sen­ta­tion du réel. Mais si la science a une his­toire, c’est celle d’un mou­ve­ment vers cette véri­té qui n’en a pas, et dont la néces­si­té est étran­gère à nos décou­vertes. L’his­toire des sciences a un sens, parce que les sciences s’ap­prochent peu à peu dans le temps de ce qui est exté­rieur au temps. Et on peut par­ler de ce che­mi­ne­ment de la science comme d’un pro­grès, si l’on consi­dère ce che­mi­ne­ment par rap­port à l’ob­jec­tif immuable que consti­tue la véri­té, vers laquelle tout cher­cheur tente sim­ple­ment d’avancer.
On ne peut donc par­ler de pro­grès que pour décrire un mou­ve­ment qui se connaît pour but un point d’ar­ri­vée immobile. »

Fran­çois-Xavier Bellamy
Demeure. Pour échap­per à l’ère du mou­ve­ment per­pé­tuel, Édi­tions Gras­set, 2018

L’avenir n’existe pas…

« L’a­ve­nir n’existe pas. Il n’existe abso­lu­ment pas. Cette repré­sen­ta­tion men­tale du temps comme une flèche est un piège intel­lec­tuel ; elle nie la consis­tance du pré­sent en le rédui­sant à n’être que le point de pas­sage vers un ave­nir déjà défi­ni. Or cette flèche est une fic­tion, et l’a­ve­nir n’est pas écrit. Seuls existent le pré­sent, et le pas­sé qui se condense en lui. Le non-encore être” est encore du non-être ; et même le pos­sible doit être créé. En réa­li­té, notre ave­nir ne sera rien d’autre que le résul­tat de nos choix. »

Fran­çois-Xavier Bellamy
Demeure. Pour échap­per à l’ère du mou­ve­ment per­pé­tuel, Édi­tions Gras­set, 2018

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés