Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter en faisant un don.

Thème

Citations sur la mort

Lorsque l’on considère l’intervention de la douleur…

« Lorsque l’on consi­dère l’intervention de la dou­leur dans le domaine de la pro­créa­tion, il ne faut pas non plus oublier l’attentat contre les êtres encore à naître, qui pré­sente tous les traits du carac­tère à la fois faible et bes­tial du Der­nier Homme. Un esprit que son manque de dis­cer­ne­ment entraîne à confondre la guerre et le meurtre, ou encore le crime et la mala­die, choi­si­ra for­cé­ment dans la lutte pour l’espace vital la manière de tuer la moins dan­ge­reuse et la plus pitoyable. Dans un uni­vers d’avocats, on n’entend que les doléances des accu­sa­teurs, non celles des êtres muets et sans défense. »

Ernst Jün­ger
Sur la Dou­leur (Über den Schmertz), 1934, trad. Julien Her­vier, édi­tions Le Pas­seur-Ceco­fop, 1994

Sur cette terre labourée par les pieds des chevaux…

« Selon les paroles d’un antique poète : Sur cette terre labou­rée par les pieds des che­vaux, engrais­sée de cadavres humains, par­se­mée d’ossements blan­chis, arro­sée d’une chaude pluie de sang, croissent les mois­sons de la tristesse.” »

Adam Mickie­wicz
Les Slaves, Cours pro­fes­sé Col­lège de France, troi­sième leçon, Comon édi­teur, vol. 1, 1849

L’État dispose du jus belli…

« L’État, uni­té essen­tiel­le­ment poli­tique, dis­pose du jus bel­li, c’est-à-dire de la pos­si­bi­li­té effec­tive de dési­gner l’ennemi, le cas échéant, par une déci­sion qui lui soit propre, et de le com­battre. […] Le jus bel­li implique qu’il en soit dis­po­sé ain­si : il repré­sente cette double pos­si­bi­li­té, celle d’exiger de ses natio­naux qu’ils soient prêts à mou­rir et à don­ner la mort, celle de tuer des êtres humains qui se trouvent dans le camp enne­mi. Mais la tâche d’un État nor­mal est avant tout de réa­li­ser une paci­fi­ca­tion com­plète à l’intérieur des limites de l’État et de son ter­ri­toire, à faire régner « la tran­quilli­té, la sécu­ri­té et l’ordre. »

Carl Schmitt
La notion de poli­tique (Der Begriff des Poli­ti­schen), 1927, édi­tions Cal­mann-Lévy, 1972, trad. Marie-Louise Stein­hau­ser, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Champs clas­siques, 2009

Une promesse et un destin…

« Telle est l’audace para­doxale et pro­vo­cante de cette mort. Il y a en elle quelque chose d’impérieux qui nous somme d’être encore plus agis­sants, encore plus exi­geants. Émane d’elle une éner­gie décu­plée, une force de pro­pa­ga­tion conta­gieuse, comme un invin­cible pou­voir de radia­tion. Elle doit être pour nous sem­blable à un mythe mobi­li­sa­teur et à un mot de passe qui s’adressent aux Euro­péens de sang. Domi­nique Ven­ner a trem­pé le sien pour raf­fer­mir et retrem­per le nôtre. En mou­rant, il a allu­mé une flamme en cha­cun de nous, il nous a trans­mis le flam­beau, il a dépo­sé une étin­celle qui doit mettre le feu à la plaine. Il ne nous laisse pas seule­ment un héri­tage, mais une pro­messe et un des­tin. »

Fran­çois Bousquet
Domi­nique Ven­ner. La flamme se main­tient, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Car­touches, 2023

Je ne suis pas de ceux qui disent que leurs actions ne leur ressemblent pas…

« Je ne suis pas de ceux qui disent que leurs actions ne leur res­semblent pas. Il faut bien qu’elles le fassent, puis­qu’elles sont ma seule mesure, et le seul moyen de me des­si­ner dans la mémoire des hommes, ou même dans la mienne propre ; puisque c’est peut-être l’im­pos­si­bi­li­té de conti­nuer à s’ex­pri­mer et à se modi­fier par l’ac­tion qui consti­tue la dif­fé­rence entre l’é­tat de mort et celui de vivant. »

Mar­gue­rite Yourcenar
Mémoires d’Ha­drien, 1974, édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio, 2014

Je suis bien fâché de différer énormément avec vous sur un objet capital : je veux dire la peine de mort…

« Je suis bien fâché de dif­fé­rer énor­mé­ment avec vous sur un objet capi­tal : je veux dire la peine de mort. Non seule­ment je crois qu’il ne faut pas l’a­bo­lir, mais je crois que toute nation qui l’a­bo­lit se condamne, autant qu’il est en elle, à la seconde place. Les nations du pre­mier ordre ont tou­jours condam­né et, si je ne me trompe, condam­ne­ront tou­jours à mort. ».

Joseph de Maistre
Lettre au prince Kor­lows­ki, 2 (14) février 1816, Œuvres Com­plètes, tome XIII, 1886

Quand l’on ne voit pas de près le visage de sa future victime…

« De puis­sants méca­nismes inhi­bi­teurs évitent que les com­bats ne dégé­nèrent en mas­sacres. Lorenz déplore qu’ils fonc­tionnent moins bien chez l’homme que dans les autres espèces. Certes, ils existent bien, mais le déve­lop­pe­ment des armes modernes ne leur per­met pas d’agir effi­ca­ce­ment. Quand l’on ne voit pas de près le visage de sa future vic­time, tuer devient plus facile : il suf­fit d’appuyer sur une détente. C’est encore plus vrai de nos jours, quand des tech­ni­ciens dirigent, depuis leur pupitre, des engins de mort sur une cible à la manière d’un enfant jouant avec un Game Boy. »

Yves Chris­ten
Kon­rad Lorenz. Un bio­lo­giste au che­vet de la civi­li­sa­tion, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Longue Mémoire, 2023

Je ne tombe pas à genoux…

« Si je tombe, je ne tombe pas à genoux. »

Ezra Pound
« Can­to LXXIV », in Can­tos Pisans, trad. Denis Roche, Édi­tions de l’Herne, 1965

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés

Livres

À l'affiche

Comprendre la stratégie hongroise
Dominique Venner. La flamme se maintient
Sur les chemins noirs
Bienvenue dans le meilleur des mondes. Quand la réalité dépasse la science-fiction
Frédéric Mistral. Patrie charnelle et Provence absolue
Les Indo-Européens
Le soleil et l'acier
L’exil intérieur. Carnets intimes
La société de propagande
Tolkien, l’Europe et la tradition. La civilisation à l’aune de l’imaginaire
Voyage au bout de la nuit
Game over. La révolution antipolitique
Pour un réveil européen. Nature - Excellence - Beauté
Ceux de 14
La hache des steppes
Le japon moderne et l'éthique samouraï
Walter, ce boche mon ami
Les grandes légendes de France
Courage ! manuel de guérilla culturelle
À propos des Dieux. L’esprit des polythéismes
Les Déshérités ou l’urgence de transmettre
L’enracinement
Impasse Adam Smith. Brèves remarques sur l'impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche
Citadelle
Œuvres en prose complètes, tome III
L'Empire du politiquement correct
L’opprobre. Essai de démonologie
La grande séparation
Orthodoxie
Économie et société médiévale
Un samouraï d’Occident. Le Bréviaire des insoumis
Précis de décomposition
L’homme surnuméraire
L'Argent
Les Horreurs de la démocratie
Petit traité sur l’immensité du monde
La Cause du peuple
Histoire et tradition des Européens
Mémoire vive. Entretiens avec François Bousquet
Le déclin du courage
Sire
La France contre les robots
Le regard des princes à minuit
L’œuvre de chair
Service inutile
Traité du rebelle ou le recours aux forêts
Les sentinelles du soir
Athéna à la borne. Discriminer ou disparaître ?