Auteur

Ernst Jünger

Ernst Jünger, né le 29 mars 1895 à Heidelberg et mort le 17 février 1998 à Riedlingen, est un écrivain allemand. Il a participé aux deux guerres mondiales, d'abord dans les troupes de choc au cours de la Première Guerre mondiale, puis comme officier de l'administration militaire d'occupation à Paris à partir de 1941. Devenu célèbre après la publication de ses souvenirs de la Première Guerre mondiale dans Orages d'acier en 1920, il a été une figure intellectuelle majeure de la Révolution conservatrice à l'époque de Weimar, mais s'est tenu éloigné de la vie politique à partir de l'accession des nazis au pouvoir. Jusqu'à la fin de sa vie à plus de cent ans, il a publié des récits et de nombreux essais ainsi qu'un journal des années 1939 à 1948 puis de 1965 à 1996. Parmi ses récits, Sur les falaises de marbre (1939) est l'un des plus connus.

Découvrez 69 citations d’Ernst Jünger

Quand du haut de notre siège…

« Quand du haut de notre siège éle­vé nous regar­dions les séjours que l’homme a bâtis pour y cacher sa vie, son bon­heur, ses nour­ri­tures, ses reli­gions, alors tous les siècles fon­daient à nos yeux en une seule réa­li­té. Et les morts, comme si les tombes s’é­taient ouvertes, sur­gis­saient invi­si­ble­ment. Ils nous envi­ronnent dès que notre regard se pose avec amour sur une terre à l’an­tique culture, et tout comme leur héri­tage est vivant dans la pierre et dans le sillon, leur âme très ancienne est pré­sente sur les terres et les cam­pagnes. »

Ernst Jün­ger
Sur les falaises de marbre (Auf den Mar­mork­lip­pen) 1939, trad. Hen­ri Tho­mas, édi­tions Gal­li­mard 1942, coll. L’I­ma­gi­naire, 2017

Telles sont les caves au-dessus desquelles s’élèvent les fiers châteaux…

« Telles sont les caves au-des­sus des­quelles s’élèvent les fiers châ­teaux de la tyran­nie et c’est au-des­sus d’elles que nous voyons mon­ter l’encens de leurs fêtes : puantes cavernes d’un genre sinistre, où de toute éter­ni­té l’engeance réprou­vée se délecte lugu­bre­ment à souiller la liber­té et la digni­té humaine. »

Ernst Jün­ger
Sur les falaises de marbre (Auf den Mar­mork­lip­pen) 1939, trad. Hen­ri Tho­mas, édi­tions Gal­li­mard 1942, coll. L’I­ma­gi­naire, 2017

Nous vivions dans l’insolence de notre force et fréquentions la table des puissants…

« Nous vivions dans l’insolence de notre force et fré­quen­tions la table des puis­sants de ce monde. […] Il est des temps de déca­dence, où s’efface la forme en laquelle notre vie pro­fonde doit s’accomplir. Arri­vés dans de telles époques, nous vacillons et tré­bu­chons comme des êtres à qui manque l’équilibre. Nous tom­bons de la joie obs­cure à la dou­leur obs­cure, le sen­ti­ment d’un manque infi­ni nous fait voir pleins d’attraits l’avenir et le pas­sé. Nous vivons ain­si dans des temps écou­lés ou dans des uto­pies loin­taines, cepen­dant que l’instant s’enfuit. Sitôt que nous eûmes conscience de ce manque, nous fîmes effort pour y parer. Nous lan­guis­sions après la pré­sence, après la réa­li­té, et nous serions pré­ci­pi­tés dans la glace, le feu ou l’éther pour nous déro­ber à l’ennui. Comme tou­jours, là où le doute s’accompagne de plé­ni­tude, nous fîmes confiance à la force, et n’est-elle pas l’éternel balan­cier qui pousse en avant les aiguilles, indif­fé­rente au jour et à la nuit ? Nous nous mîmes donc à rêver de force et de puis­sance, et des formes qui, s’ordonnant intré­pi­de­ment, marchent l’une sur l’autre dans le com­bat de la vie, prêtes au désastre comme au triomphe. »

Ernst Jün­ger
Sur les falaises de marbre (Auf den Mar­mork­lip­pen) 1939, trad. Hen­ri Tho­mas, édi­tions Gal­li­mard 1942, coll. L’I­ma­gi­naire, 2017

Ce jour le plus court est aussi celui où commence la remontée…

« Ce jour le plus court est aus­si celui où com­mence la remon­tée. Le soleil entre dans sa course annuelle. Nous avons sur­vé­cu à la nuit d’hiver et espé­rons un temps nou­veau, un temps de bon­heur. Nous fai­sons des cadeaux aux enfants, à nos proches : c’est ain­si que le grand Astre nous a, une fois encore, fait don de la lumière. »

Ernst Jün­ger
Graffiti/Frontalières, 1960, trad. Hen­ri Plard, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 1977

Les catastrophes éprouvent à quelle profondeur hommes et peuples demeurent enracinés…

« Les catas­trophes éprouvent à quelle pro­fon­deur hommes et peuples demeurent enra­ci­nés dans leurs ori­gines. Qu’une racine, du moins, puisent direc­te­ment au sol nour­ri­cier – la san­té et les chances de sur­vie en dépendent, alors même que la civi­li­sa­tion et ses assu­rances ont dis­pa­ru. »

Ernst Jün­ger
Trai­té du rebelle ou le recours aux forêts (Der Wald­gang), 1951, trad. Hen­ri Plard, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 1995

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés