Thème

Citations d'un auteur allemand

Le plus insupportable dans une société de masse…

« Ce qui est le plus insup­por­table dans une socié­té de masse, ce n’est pas (ou du moins pas essen­tiel­le­ment) le nombre de gens qui la com­posent, mais le fait que l’espace entre eux a per­du sa capa­ci­té de les réunir, de les relier les uns aux autres et en même temps de les dis­tin­guer. »

Han­nah Arendt
Condi­tion de l’homme moderne (The Human Condi­tion), 1958, trad. Georges Fra­dier, édi­tions Cal­mann-Lévy, 2018

Sont purs tous les sentiments qui vous saisissent et vous élèvent…

« Sont purs tous les sen­ti­ments qui vous sai­sissent et vous élèvent ; impur, le sen­ti­ment qui ne s’empare que d’un seul aspect de votre être et, ain­si, vous déchire. Tout ce que vous pou­vez pen­ser eu égard à votre enfance est bien. Tout ce qui fait de vous plus que ce que vous avez été jusque-là dans vos meilleurs moments est juste. Toute élé­va­tion est bonne lorsqu’elle par­court tout votre sang, lorsqu’elle n’est point ivresse, lorsqu’elle n’est pas trouble mais joie de part en part transparente. »

Rai­ner Maria Rilke
Lettres à un jeune poète (Briefe an einen jun­gen Dich­ter), 1929, trad. Marc Buhot de Lau­nay, édi­tions Gal­li­mard, coll. Poé­sie, 1993

Vous rappelez vous à quel point cette vie a voulu sortir de l’enfance…

« Vous rap­pe­lez vous à quel point cette vie a vou­lu sor­tir de lenfance, aspi­rant aux « grandes choses » ? Je constate aujourd’hui que, à par­tir des grandes choses, elle conti­nue d’aspirer aux plus grandes. C’est pour­quoi elle ne ces­se­ra pas d’être dif­fi­cile, mais c’est aus­si pour­quoi elle ne ces­se­ra de croître. »

Rai­ner Maria Rilke
Lettres à un jeune poète (Briefe an einen jun­gen Dich­ter), 1929, trad. Marc Buhot de Lau­nay, édi­tions Gal­li­mard, coll. Poé­sie, 1993

Et pourtant, ceux-là qui depuis longtemps ne sont plus, ils sont en nous…

« Et pour­tant, ceux-là qui depuis long­temps ne sont plus, ils sont en nous comme une ten­dance, un poids sur notre des­tin, un sang qui court, un com­por­te­ment qui remonte à la nuit des temps. »

Rai­ner Maria Rilke
Lettres à un jeune poète (Briefe an einen jun­gen Dich­ter), 1929, trad. Marc Buhot de Lau­nay, édi­tions Gal­li­mard, coll. Poé­sie, 1993

L’homme d’âge moyen élevé, vacciné, revacciné…

« L’homme d’âge moyen éle­vé, vac­ci­né, revac­ci­né, débar­ras­sé de ses microbes, habi­tué aux médi­ca­ments, a moins de chances d’en sor­tir qu’un autre qui ne sait rien de tous ces remèdes. La basse mor­ta­li­té des époques pai­sibles ne donne pas la mesure de la san­té véri­table ; elle peut, d’un jour à l’autre, faire place à son contraire. Il se peut même qu’elle pro­voque des mala­dies encore incon­nues. Le tis­su des peuples devient fragile. »

Ernst Jün­ger
Trai­té du rebelle ou le recours aux forêts (Der Wald­gang), 1951, trad. Hen­ri Plard, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 1995

La force et la santé demeurent en l’intrépide…

« La force et la san­té demeurent en l’intrépide. Au contraire, la crainte assiège ceux même qui s’arment jusqu’aux dents – et ceux-là plus que les autres. On peut en dire autant de ceux qui nagent dans l’abondance. Les armes, les tré­sors sont impuis­sants à conju­rer les menaces. Ce ne sont que des pis-aller. »

Ernst Jün­ger
Trai­té du rebelle ou le recours aux forêts (Der Wald­gang), 1951, trad. Hen­ri Plard, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 1995

Celui qui gravit les plus hautes montagnes…

« Celui qui gra­vit les plus hautes mon­tagnes, celui-là se rit de toutes les tra­gé­dies, qu’elles soient réelles ou non. »

Frie­drich Nietzsche
Ain­si par­lait Zara­thous­tra – Un livre pour tous et pour per­sonne (Also sprach Zara­thus­tra – Ein Buch für Alle und Kei­nen), 1883 – 1885, trad. Gene­viève Bian­quis, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2006

De là cette chaleur et cette bousculade vers la culture…

« De là cette cha­leur et cette bous­cu­lade vers la culture, ce zèle pour une réforme phi­lo­so­phique de l’éducation et de l’ensemble des formes sociales et poli­tiques de l’humanité, qui font de l’époque de l’Aufklä­rung si sou­vent dépré­ciée une époque si digne d’être hono­rée. Un témoi­gnage impé­ris­sable de cet esprit, nous le pos­sé­dons dans l’hymne magni­fique « À la joie » que l’on doit à Schil­ler et à Bee­tho­ven. Nous ne pou­vons plus entendre cet hymne aujourd’hui qu’avec dou­leur. On ne peut ima­gi­ner contraste plus grand que celui de la situa­tion de ce temps avec notre situa­tion présente. »

Edmund Hus­serl
La crise des sciences euro­péennes et la phé­no­mé­no­lo­gie trans­cen­dan­tale (Die kri­sis der euro­pai­schen wis­sen­schaf­ten und die trans­zen­den­tale phae­no­me­no­lo­gie), 1954, trad. Gérard Gra­nel, édi­tions Gal­li­mard, coll. Tel, 1989

Je lis beaucoup de Léon Bloy…

« Je lis beau­coup de Léon Bloy, plu­sieurs fois par jour, car cette lec­ture m’ap­porte des élé­ments de récon­fort. J’ai aus­si le sen­ti­ment que cette pré­di­lec­tion étonne les Fran­çais avec qui je parle, et les porte à l’é­tude renou­ve­lée de cet auteur. Je rem­bourse peut-être ain­si, bien modes­te­ment, ce que je reçois de lui. À mon avis, Bloy n’est pas encore un clas­sique, mais il le sera un jour, alors même que d’autres, tel Bar­rès, auront ces­sé de l’être. »

Ernst Jün­ger
Lettre à Carl Schmitt le 8 mars 1943 in Ernst Jün­ger, Carl Schmitt, Cor­res­pon­dance 1930 – 1983, trad. Fran­çois Pon­cet, édi­tions Kri­sis et Pierre-Guillaume De Roux, 2020

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés