Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Si le conte débute par la formule consacrée…

« Si le conte débute par la for­mule consa­crée il était une fois”, ce qui le place dans une tem­po­ra­li­té ima­gi­naire, il se garde bien de dire il était n’importe où” : com­ment se fait-il que nous recon­nais­sions d’emblée les pay­sages des contes comme étant nôtres ? Les héros se perdent en forêt ou sur la lande, tra­versent des fleuves et côtoient des étangs pois­son­neux, quittent leur pauvre chau­mière et par­viennent, par­fois, dans de somp­tueux palais. Autant de lieux qui, sans être jamais nom­més, nous sont fami­liers : Bro­cé­liande, la Sologne, les rives du Rhin, Chambord… »

Anne-Laure Blanc
Le conte, loin­taine mémoire et per­ma­nence vivante, 3e col­loque annuel de l’Institut Iliade, 18 mars 2017

Être le soir au coin du feu avec un livre…

« Quelle meilleure chose, en effet, que d’être le soir au coin du feu avec un livre, pen­dant que le vent bat les car­reaux, que la lampe brûle ? (…) On se pro­mène immo­bile dans des pays que l’on croit voir, et votre pen­sée, s’enlaçant à la fic­tion, se joue dans les détails ou pour­suit le contour des aven­tures. Elle se mêle aux per­son­nages ; il semble que c’est vous qui pal­pi­tez sous leurs costumes. »

Gus­tave Flaubert
Madame Bova­ry, 1857, Librai­rie Géné­rale Fran­çaise, 1972, coll. Le Livre de Poche, 1978

Le public aime les images de marque…

« Il y a des œuvres illustres qui donnent une idée incom­plète, par­fois même une idée tout à fait fausse, de l’é­cri­vain qui les a faites. C’est même plus fré­quent qu’on ne croit, car le public aime les images de marque” et ne se fatigue pas à aller au-delà. »

Mau­rice Bardèche
Intro­duc­tion de « Madame Bova­ry », Librai­rie Géné­rale Fran­çaise, 1972, coll. Le Livre de Poche, 1978

La publicité n’est pas neutre…

« Pour autant, la publi­ci­té n’est pas neutre : elle acca­pare le temps de cer­veau dis­po­nible” (Le Lay) de ceux qui la subissent dans une direc­tion unique, l’acte d’achat. Au détri­ment du temps qui pour­rait être consa­cré à d’autres acti­vi­tés gra­tuites : lire, culti­ver son jar­din, mar­cher en forêt, bri­co­ler, se dépen­ser phy­si­que­ment, s’occuper de ses enfants, rendre visite à ses parents, ren­con­trer des amis, jouer à des jeux de société. »

Jean-Yves Le Gallou
La socié­té de pro­pa­gande. Manuel de résis­tance au gou­lag men­tal, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Car­touches, 2022

Le conte apporte quatre valeurs…

« Le conte apporte quatre valeurs essen­tielles : celle de quit­ter le réel pour un monde autre mais cré­dible, celle de tendre à l’émer­veille­ment, celle de s’évader tout entier, et celle de pro­cu­rer la joie, de l’enthou­siasme au sens éty­mo­lo­gique du terme, un trans­port, au vu d’une fin joyeuse, une euca­tas­trophe comme le dit Tol­kien. Ain­si, le conte de fées n’est pas l’apanage de la jeu­nesse, l’adulte pou­vant lui aus­si être tou­ché par l’effet pro­cu­ré à la lec­ture du conte. »

Armand Ber­ger
Tol­kien, l’Europe et la tra­di­tion. La civi­li­sa­tion à l’aune de l’imaginaire, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Longue Mémoire, 2022

Je lis beaucoup de Léon Bloy…

« Je lis beau­coup de Léon Bloy, plu­sieurs fois par jour, car cette lec­ture m’ap­porte des élé­ments de récon­fort. J’ai aus­si le sen­ti­ment que cette pré­di­lec­tion étonne les Fran­çais avec qui je parle, et les porte à l’é­tude renou­ve­lée de cet auteur. Je rem­bourse peut-être ain­si, bien modes­te­ment, ce que je reçois de lui. À mon avis, Bloy n’est pas encore un clas­sique, mais il le sera un jour, alors même que d’autres, tel Bar­rès, auront ces­sé de l’être. »

Ernst Jün­ger
Lettre à Carl Schmitt le 8 mars 1943 in Ernst Jün­ger, Carl Schmitt, Cor­res­pon­dance 1930 – 1983, trad. Fran­çois Pon­cet, édi­tions Kri­sis et Pierre-Guillaume De Roux, 2020

Si Plutarque est d’une lecture tellement exaltante…

« Si Plu­tarque est d’une lec­ture tel­le­ment exal­tante, c’est parce que ses per­son­nages, du meilleur au pire, sou­tiennent tous une conti­nuelle noblesse d’attitudes. Ce n’est point mer­veille qu’ils aient four­ni à la tra­gé­die presque tous ses héros, car déjà dans la vie ils étaient en quelque sorte sur la scène, for­més pour jouer cer­tains per­son­nages et rete­nus dans leur rôle par l’attente exi­geante des spectateurs. »

Ber­trand de Jouvenel
Du pou­voir, 1945, édi­tions Hachette, coll. Plu­riel, 1972

Écrire c’est une sorte d’ébénisterie…

« Le manie­ment de cet extra­or­di­naire agen­ce­ment qu’est la langue fran­çaise… Écrire c’est une sorte d’é­bé­nis­te­rie, de menui­se­rie : il y a une gram­maire, il y a une syn­taxe, il y a des mots, il faut que ça s’emboîte, il faut que ça s’emboîte bien, il faut que la colle tienne, etc… C’est toute une affaire. »

Jean Ras­pail
Fes­ti­val Éton­nants Voya­geurs, Saint-Malo, lun­di 23 mai 1994. Avec Michel Déon.

Le meilleur des livres…

« Le meilleur des livres est celui qui ne se contente pas de me pro­cu­rer un plai­sir en venant satis­faire mon attente : au contraire, il la sur­prend, la dépasse, me tire hors de mon état ini­tial ; et c’est en me dépas­sant, à sa lec­ture, que je m’ap­proche de ce que je suis, de ce que je pense, res­sens et vis. Par son ouvrage, l’au­teur ne m’offre pas qu’un diver­tis­se­ment : il aug­mente en moi ma propre liber­té — il m’aug­mente de moi-même, pour­rait-on dire. C’est d’ailleurs là le prin­cipe même de son auto­ri­té l’auc­tor est celui dont le propre est d’au­gere, d’aug­men­ter. Ce que l’au­teur fait croître en moi, ce n’est pas seule­ment un conte­nu de savoir, une quan­ti­té de culture, un capi­tal à entre­te­nir, mais l’être même que je suis. »

Fran­çois-Xavier Bellamy
Les Déshé­ri­tés ou l’urgence de trans­mettre, édi­tions Plon, 2014

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés