Auteur

John Ronald Reuel Tolkien

John Ronald Reuel Tolkien, né en 1892 à Bloemfontein et mort en 1973 à Bournemouthest, est un écrivain britannique, principalement connu pour ses romans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux. Après la Première Guerre mondiale, il enseigne les langues et la littérature à l’université de Leeds puis d’Oxford. Il y défend l’apprentissage des langues et publie l'essai Du conte de fées (1939), considéré comme crucial dans l’étude de ce genre littéraire. Tolkien écrit également pour son plaisir, élaborant une mythologie autour de langues qu’il invente et de l'univers de la Terre du Milieu. En 1937, la publication du Hobbit fait de Tolkien un auteur pour enfants estimé. Sa suite longtemps attendue, Le Seigneur des anneaux, nettement plus sombre, paraît en 1954-1955 (trois tomes), et devient un véritable phénomène de société à partir des années 1960.

Découvrez 2 citations de John Ronald Reuel Tolkien

Je m’étais assigné une tâche…

« Je m’étais assi­gné une tâche, dont j’ai plei­ne­ment admis l’arrogance et qui m’a fait fré­mir – pour être pré­cis : rendre aux Anglais une tra­di­tion épique et leur pré­sen­ter une mytho­lo­gie qui leur soit propre –, et c’est une chose mer­veilleuse que l’on me dise que j’y suis par­ve­nu, au moins auprès de ceux qui n’ont pas encore le cœur et l’esprit enténébrés. »

John Ronald Reuel Tolkien
Lettres (1981), éd. par Hum­phrey Car­pen­ter et Chris­to­pher Tol­kien, trad. Vincent Fer­ré et Del­phine Mar­tin, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 2005, n° 180.

Puis, les Cavaliers de la Maison du Roi défilèrent autour du tombeau…

« Puis, les Cava­liers de la Mai­son du Roi défi­lèrent autour du tom­beau mon­tés sur des che­vaux blancs, chan­tant en chœur un chant sur Théo­den fils de Then­gel, com­po­sé par son ménes­trel Gléo­wine, qui n’en fit plus d’autre par la suite. Les accents lents des Cava­liers, émurent même les cœurs de ceux qui ne connais­saient pas la langue de ce peuple, mais les paroles du chant firent naître une lueur dans les yeux de ceux de la Marche qui enten­daient de nou­veau le ton­nerre des sabots du Nord et la voix d’Eorl domi­nant le bruit de la bataille dans le Champ de Célé­brant, et l’histoire des rois se pour­sui­vit, le cor de Helm reten­tis­sait dans les mon­tagnes, jusqu’à ce que l’Obscurité tom­bât et que le Roi Théo­den se levât pour tra­ver­ser à che­val l’Ombre jusqu’au feu et mou­rir en splen­deur, tan­dis que le Soleil, reve­nant contre tout espoir, res­plen­dis­sait au matin sur le Mindol-aluin.
Hors du doute, hors des ténèbres, vers le lever du jour
il che­vau­cha, chan­tant dans le Soleil et l’épée hors du fourreau.
Il rani­ma l’espoir, et dans l’espoir il finit,
au-des­sus de la mort, au-des­sus de la peur, au-des­sus du des­tin élevé,
hors de la ruine, hors de la vie, vers une durable gloire. »

J.R.R. Tol­kien
Le Sei­gneur des Anneaux (The Lord of the Rings), 1954 – 1955

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés