Thème

Citations sur Sparte

Ils se savaient Hellènes face aux Barbares…

« Le chant spar­tiate (« Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes ») est dans sa sim­pli­ci­té l’hymne abré­gé de toute patrie. Les Athé­niens, les Spar­tiates, les Thé­bains, les Égi­nois, les Milé­siens et les citoyens des autres cités ne se pen­saient pas Grecs mais ils se savaient Hel­lènes face aux Bar­bares. »

Jean-Yves Le Gal­lou
Pour un réveil euro­péen. Nature – Excel­lence – Beau­té, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, Coll. Iliade, 2020

La primauté du soldat se retrouve partout…

« La pri­mau­té du sol­dat se retrouve par­tout chez les Aztèques comme à Sparte. Les mar­chands s’y enri­chissent hon­teu­se­ment et en cachette. Leurs enfants ne peuvent se marier qu’entre eux : tan­dis que, dans le cor­tège du triomphe, le sol­dat marche à côté de l’Em­pe­reur, n’ayant que ses lau­riers et sa char­rue. »

Mau­rice Bar­dèche
Sparte et les Sudistes, édi­tions Les Sept Cou­leurs, 1969

Avant tout, Sparte est une certaine idée du monde…

« Avant tout, Sparte est une cer­taine idée du monde et une cer­taine idée de l’homme. C’est pour cela qu’elle fait peur. Sparte croît que fina­le­ment, c’est l’épée qui décide. Qu’on ne peut échap­per à son ver­dict. Que le nombre des vais­seaux et les marbres des por­tiques, que les palais et les soie­ries et les somp­tueuses litières, que le pres­tige et l’éclat ne sont que des giran­doles, des marottes de cris­tal, des lam­pions qu’une tem­pête peut éteindre et bri­ser tout à coup : qu’il faut être prêt pour cette tem­pête. Qu’on n’a point de liber­té sans cela et que les cités qui oublient que la liber­té se défend à chaque ins­tant, qu’elle se gagne à chaque ins­tant, sont déjà sans le savoir des cités esclaves. Le culte de l’énergie, du cou­rage et de la force, ne sont que des consé­quences de cette concep­tion de la cité. »

Mau­rice Bar­dèche
Sparte et les Sudistes, édi­tions Les Sept Cou­leurs, 1969

Malheureux les peuples qui n’ont plus d’histoire…

« Mal­heu­reux les peuples qui n’ont plus d’histoire et perdent la mémoire ! Car avoir une his­toire, c’est en avoir deux, la sienne et la grande. Si on perd la grande, on perd la petite. Avoir une his­toire, c’est avoir deux vies, celle qu’on tra­verse et celle qu’on reçoit. Celle qu’on pro­longe et celle qui vous sur­plombe. Il y avait à Sparte un hymne qui était l’abrégé de toute patrie : Nous sommes ce que vous fûtes, nous serons ce que vous êtes.” »

Phi­lippe de Vil­liers
Les cloches son­ne­ront-elles encore demain ?, Albin Michel, 2016

L’essentiel d’un destin que résuma aux Thermopyles…

« L’essentiel d’un des­tin que résu­ma aux Ther­mo­pyles l’épitaphe de Simo­nide : obéir à une loi. Il est admis en Grèce que Lacé­dé­mone repré­sente par excel­lence cette chose toute grecque, igno­rée du reste du monde orien­tal et qui fonde non seule­ment la cité, mais la science et la phi­lo­so­phie : le règne de la loi, et, plus encore, l’héroï­sa­tion de la loi. La loi oppose un être abs­trait, ration­nel et fixe à la domi­na­tion per­son­nelle et arbi­traire d’un homme. C’est ce que dans Héro­dote Déma­rate apprend à Xerxès : « La loi est pour eux un maître abso­lu ; ils la redoutent beau­coup plus que tes sujets ne te craignent. Ils obéissent à ses ordres, et ses ordres, tou­jours les mêmes, leur défendent la fuite. » Cette figure vivante de la loi qu’on aper­çoit au pied du Tay­gète donne à Sparte, dans l’hellénisme reli­gieux et calme du temps des guerres médiques, une pres­tige, une auto­ri­té, un pri­mat ana­logues à ceux que reçoivent Delphes de la Pythie, et Olym­pie de l’Altis. Être sou­mis à la loi c’est durer par elle, selon elle, et Sparte c’est la chose qui dure.
Thu­cy­dide attri­bue le secret de sa puis­sance à ce fait que depuis quatre cent ans elle est régie par la même consti­tu­tion. Repré­sen­tants de la loi les Spar­tiates sont pour­tant les enne­mis de la tyran­nie, et c’est en inter­ve­nant dans les villes contre les tyrans qu’ils s’habituent à inter­ve­nir dans les affaires des cités. Seuls d’ailleurs par­mi les Grecs ils ont conser­vé l’ancienne royau­té homé­rique, en la divi­sant pour lui enle­ver sa force d’agression inté­rieure et de tyran­nie. Toutes les magis­tra­tures, héré­di­taires ou col­lec­tives res­tant col­lé­giales, l’un réside vrai­ment dans la loi, et dans la loi seule. »

Albert Thi­bau­det
La cam­pagne avec Thu­cy­dide, 1922

Au-dessus de la guerre du Péloponnèse se lève…

« Au-des­sus de la guerre du Pélo­pon­nèse se lève ce type par­fait et plein, l’hoplite, l’homme pesam­ment armé qui ramasse soli­de­ment sur lui toute la sub­stance de la cité, qui trans­porte là où il se bat un frag­ment authen­tique de sa muraille, ou qui même, et plus pure­ment, est, comme le citoyen de Sparte, la seule muraille qu’elle juge digne de la défendre. »

Albert Thi­bau­det
La cam­pagne avec Thu­cy­dide, 1922

Les deux mots qui reviennent sans doute le plus souvent…

« Les deux mots qui reviennent sans doute le plus sou­vent dans les vieilles chro­niques euro­péennes ce sont ceux de volon­té et d’honneur. L’espoir, par contre, n’a pas de sens. Ce qui compte, c’est d’accomplir ce qui doit être accom­pli et non pas ce qui doit abou­tir à un suc­cès.
Je retrou­vais dans toute cette morale de l’antique Hyper­bo­rée un cer­tain goût pour les causes déses­pé­rées. Une atti­tude de per­pé­tuel défi, où le goût du risque s’exaltait jusqu’à dépas­ser toutes les limites du pos­sible. Les guer­riers spar­tiates de Léo­ni­das aux Ther­mo­pyles res­tent, en ce sens, de purs Hyper­bo­réens. Le bien s’identifie avec l’action d’éclat, qui prend une valeur en soi-même. Ce qui compte, ce n’est pas le plai­sir, mais le devoir. Non pas la sou­mis­sion à un autre que soi-même mais la liber­té de s’imposer une conduite conforme à l’imprescriptible hon­neur de sa lignée et de son clan. »

Jean Mabire
Thu­lé : le soleil retrou­vé des Hyper­bo­réens, édi­tions Robert Laf­font, 1977

Je me sens peu de goût pour défendre les militaires indéfendables…

« Je me sens peu de goût pour défendre les mili­taires indé­fen­dables. Leurs insuf­fi­sances sont les causes pre­mières de l’antimilitarisme. Il me suf­fit d’éveiller mes propres sou­ve­nirs. Durant les trente mois pas­sés sous l’uniforme pen­dant la guerre d’Algérie, j’ai connu peu d’hommes de qua­li­té. En fait de guer­riers, j’ai sur­tout ren­con­tré des fonc­tion­naires timo­rés. Cette armée était une remar­quable machine à tuer les voca­tions. Chez les cadres, en dehors de ful­gu­rantes excep­tions, la mol­lesse du carac­tère, l’apathie intel­lec­tuelle et même le débraillé phy­sique sem­blaient la règle. En des­sous, se traî­nait en mau­gréant un bétail sale et avi­né. Cette cari­ca­ture d’armée était à l’image de la socié­té. Les choses ne se sont pas amé­lio­rées.

Mais il y avait des excep­tions. Là, bat­tait le cœur véri­table de l’Armée. Les paras n’étaient pas seuls à don­ner le ton. Il arri­va qu’au sein du régi­ment « cul de plomb » le plus loque­teux, une com­pa­gnie, voire une sec­tion tran­chât, par la seule grâce d’un offi­cier ou d’un sous-offi­cier dif­fé­rent. Ceux-là avaient trans­for­mé les bidasses en hommes. Tel est le miracle de la socié­té mili­taire, si malade fût-elle. Tout y est pos­sible pour des tem­pé­ra­ments forts et ima­gi­na­tifs.

Depuis trente ans et plus, l’armée pro­pose aux lec­teurs de ses affiches « un métier, un ave­nir ». Du temps de Mont­luc ou du Maré­chal de Saxe, les ruti­lants ser­gents-recru­teurs pro­met­taient l’aventure et la gloire. Rien n’interdirait d’actualiser. Quand elle a des chefs capables, l’Armée offre aux jeunes hommes tout juste sor­tis de l’adolescence les grandes vacances des ser­vi­tudes civiles. Plus de profs, plus de patrons, plus de fac­tures ni de per­cep­teur. L’anti-« métro-bou­lot-dodo ». Le plai­sir d’être jeunes, souples, agiles et forts. Le régi­ment, c’est la bande, avec ses rites et ses lois.

Dans les socié­tés indus­trielles bour­geoises ou socia­listes qui sécrètent un égal ennui, l’homme de guerre, dans son iso­le­ment, son inso­lence, est seul à por­ter une part de rêve. À condi­tion d’être lui-même, le sol­dat de métier exerce une fas­ci­na­tion à laquelle même ses détrac­teurs n’échappent pas. Mais qu’il s’abandonne au cou­rant, à la fai­blesse d’être ordi­naire, qu’il dépose ses orgueilleuses pré­ro­ga­tives, il n’est plus qu’un fonc­tion­naire de sta­tut médiocre et mépri­sé. Les mili­taires qui veulent assu­mer leur condi­tion se trouvent néces­sai­re­ment en rup­ture avec l’esprit des socié­tés uti­li­taires sou­mises aux seuls impé­ra­tifs éco­no­miques. Les hommes de guerre viennent d’un autre temps, d’un autre ciel. Ce sont les der­niers fidèles d’une aus­tère reli­gion. Celle du cou­rage et de la mort.

Ils sont de l’espèce qui se rase pour mou­rir. Ils croient à la rédemp­tion de l’homme par la ver­tu de l’exercice et du pas caden­cé. Ils cultivent la forme phy­sique et la belle gueule. S’offrant le luxe de réveils pré­coces dans les matins gla­cés et des marches haras­santes pour la joie de s’éprouver. Ce sont les der­niers poètes de la gra­tui­té abso­lue.

Le pri­vi­lège moral de l’armée réside tout entier dans une dif­fé­rence accep­tée, entre­te­nue, culti­vée. Sa phi­lo­so­phie tra­gique ne tourne pas aux vents de la mode ou des majo­ri­tés poli­tiques. Elle ne varie jamais. Elle est propre à son état, à sa des­ti­na­tion qui est la guerre. Guerre clas­sique ou guerre sub­ver­sive, car sa voca­tion est de veiller sur la Cité, même quand celle-ci s’abandonne. Les divi­sions sibé­riennes qui bri­sèrent l’offensive alle­mande devant Mos­cou, en décembre 1941, ne devaient rien à Marx, mais beau­coup à Clau­se­witz. Si les troupes nord-viet­na­miennes ont conquis Saï­gon, ce n’est point le fait de leurs ver­tus com­mu­nistes, mais de leurs qua­li­tés mili­taires. En revanche, on peut juger des effets de la mode per­mis­sive du libé­ra­lisme avan­cé sur la risible et inutile armée hol­lan­daise.

De bons apôtres nul­le­ment inno­cents prêchent, au nom des mœurs nou­velles, la répu­dia­tion par l’Armée de ce qui lui reste d’esprit mili­taire. C’est bien visé. De cette façon, il n’y aurait plus de Défense. Plus la socié­té change, plus l’Armée évo­lue dans ses arme­ments, sa stra­té­gie, son orga­ni­sa­tion, plus l’esprit mili­taire doit être ren­for­cé. Il est la seule réponse jamais inven­tée par l’homme face à la guerre. Pour les gar­diens des empires et des nations, Sparte la divine, chère au vieil Homère, reste le maître éta­lon. »

Domi­nique Ven­ner
revue Item, décembre 1977

Je m’avançais vers Athènes avec une espèce de plaisir qui…

« Ce n’est pas dans le pre­mier moment d’une émo­tion très vive que l’on jouit le plus de ses sen­ti­ments. Je m’avançais vers Athènes avec une espèce de plai­sir qui m’ôtait le pou­voir de la réflexion ; non que j’éprouvasse quelque chose de sem­blable à ce que j’avais sen­ti à la vue de Lacé­dé­mone. Sparte et Athènes ont conser­vé jusque dans leurs ruines leur dif­fé­rent carac­tère : celles de la pre­mière sont tristes, graves, soli­taires, celle de la seconde sont riantes, légères, habi­tées. À l’aspect de la patrie de Lycurgue, toutes les pen­sées deviennent sérieuses, mâles et pro­fondes ; l’âme for­ti­fiée semble s’élever et s’agrandir. Devant la ville de Solon, on est comme enchan­té par les pres­tiges du génie ; on a l’idée de l’homme consi­dé­ré comme un être intel­li­gent et immor­tel. Les sen­ti­ments de la nature humaine pre­naient à Athènes quelque chose d’élégant qu’ils n’avaient point à Sparte. L’amour de la patrie et de la liber­té n’étaient point pour les Athé­niens un ins­tinct aveugle mais un sen­ti­ment éclai­ré, fon­dé sur ce goût du beau dans tous les genres que le ciel leur avait si libé­ra­le­ment dépar­ti ; enfin, en pas­sant des ruines de Sparte aux ruines d’Athènes je sen­tis que j’aurais vou­lu mou­rir avec Léo­ni­das et vivre avec Péri­clès. »

Fran­çois-René de Cha­teau­briand
Iti­né­raires de Paris à Jéru­sa­lem, en pas­sant par la Grèce, et en reve­nant par l’É­gypte, la Bar­ba­rie et l’Es­pagne, 1811, édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio clas­sique, 2005

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés