Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Les montagnes, chargées de neiges indestructibles…

« Les mon­tagnes, char­gées de neiges indes­truc­tibles, étaient des voies lac­tées toutes proches de mon âme ; et, au-delà du cli­que­tis et de la rumeur de la colonne, je per­ce­vais un silence plus péné­trant que celui de mes livres. O théo­lo­giens, vous igno­rez que vous êtes aus­si des poètes et que vous han­tez les mêmes som­mets éter­nels où par les belles nuits le haut vers lyrique vient accom­plir vos bal­bu­tie­ments essentiels ! »

Pierre Drieu la Rochelle
L’homme à che­val, 1943, édi­tions Gal­li­mard, coll. Folio, 1973

Au carrefour de trois fonctions…

« La reli­gion s’est consti­tuée au car­re­four de trois grandes fonc­tions : comme expli­ca­tion géné­rale du monde, comme com­pré­hen­sion de la nature de l’homme, comme lieu d’expression du sacré. Les sciences phy­siques ont pris le relais dans le pre­mier domaine, les sciences humaines dans le second. Il reste le sacré, pour lequel per­sonne n’est pre­neur. C’est là qu’il faut rebâtir. »

Alain de Benoist
L’exil inté­rieur. Car­nets intimes, Kri­sis / édi­tions La Nou­velle Librai­rie, 2022

J’ai un amour particulier pour la langue latine…

« Auden a affir­mé que pour moi, le nord est une direc­tion sacrée”. Cela n’est pas vrai. Le nord-ouest de l’Europe, où je vis (tout comme la plu­part de mes ancêtres), a mon affec­tion, comme le mérite le foyer de tout homme. J’aime son atmo­sphère et en sais plus sur son his­toire et ses langues que sur celles d’autres régions ; mais ce n’est pas sacré”, ni n’épuise toute mon affec­tion. J’ai par exemple un amour par­ti­cu­lier pour la langue latine, et par­mi ses des­cen­dants, pour l’espagnol. Ces pro­pos ne sont pas vrais de mon his­toire, comme une simple lec­ture des synop­sis le mon­te­rait. Le Nord fut le siège de la place fort du Diable. Le fil du récit débouche sur ce qui res­semble à la réins­tau­ra­tion d’un véri­table Saint Empire Romain dont la capi­tale serait Rome, bien plus qu’à tout ce que pour­rait conce­voir un Nor­dique”. »

John Ronald Reuel Tolkien
Lettres (1981), n°294, édi­té par Hum­phrey Car­pen­ter et Chris­to­pher Tol­kien, trad. Del­phine Mar­tin et Vincent Fer­ré, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 2005

La nature a multiplié ses inépuisables inventions…

« Les sculp­teurs d’au­jourd’­hui feraient bien de redon­ner un peu de sang à leur ins­pi­ra­tion ané­mique en côtoyant les Éoliennes. Où la nature a mul­ti­plié ses inépui­sables inven­tions de monstres, de géants, d’a­rai­gnées tapies, d’orgues cyclo­péens aux tuyaux faus­sés, de sirènes tor­dues, de ruines crou­lantes, de masques dila­tés, d’au­tels consu­més, de flèches de gra­nit, d’af­freuses plaies sup­pu­rantes, de gnomes et d’ogres punis, de cita­delles per­fides et de cathé­drales pro­fa­nées. Et ain­si elle crée dans de très petits espaces des soli­tudes pro­fondes, et dans tous les coins condense ce qui est sa suprême beau­té, c’est-à-dire le mystère. »

Dino Buz­za­ti
L’é­cueil, in Les nuits dif­fi­ciles, nou­velles, 1971, trad. Michel Sager, édi­tions Robert Laf­font, Coll. Pavillon, 1972

Victimes de notre absence de mémoire identitaire…

« Vic­times de notre absence de mémoire iden­ti­taire, nous en sommes res­tés au stade pri­mi­tif de la quête d’efficacité. Nous ana­ly­sons le déclin comme une simple défaillance tech­nique, poli­tique ou struc­tu­relle. Mais cela aura une fin. Face aux grandes épreuves qui viennent, nous n’aurons pas d’autre choix que d’en appe­ler nous aus­si à notre foyer d’énergie spi­ri­tuelle. Celui d’où avait sur­gi l’impulsion pri­mor­diale de notre civi­li­sa­tion voi­ci plu­sieurs mil­lé­naires, et qui a conti­nué d’animer sa meilleure part. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Par la chasse, je fais retour à mes sources nécessaires…

« Avec ou sans arme, par la chasse, je fais retour à mes sources néces­saires : la forêt enchan­tée, le silence, le mys­tère du sang sau­vage, l’ancien com­pa­gnon­nage cla­nique. À mes yeux, la chasse n’est pas un sport. C’est un rituel néces­saire où cha­cun, pré­da­teur ou proie, joue la par­ti­tion que lui impose sa nature. Avec l’enfantement, la mort et les semailles, je crois que la chasse, si elle est vécue dans les règles, est le der­nier rite pri­mor­dial à échap­per par­tiel­le­ment aux défi­gu­ra­tions et mani­pu­la­tions de la moder­ni­té ration­nelle et scientifique. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Les modernes s’imaginent qu’il existe une sorte de nature normale…

« Les modernes, en effet, depuis Rous­seau, s’imaginent qu’il existe une sorte de nature nor­male, à laquelle la culture et la reli­gion seraient venues sur­ajou­ter leurs faux pro­blèmes… Cette illu­sion tou­chante peut les aider à vivre, mais non pas à com­prendre leur vie. Car tous, tant que nous sommes, sans le savoir, menons nos vies de civi­li­sés dans une confu­sion pro­pre­ment insen­sée de reli­gions jamais tout à fait mortes, et rare­ment tout à fait com­prises et pra­ti­quées ; de morales jadis exclu­sives mais qui se super­posent ou se com­binent à l’arrière-plan de nos conduites élé­men­taires ; de com­plexes igno­rés mais d’autant plus actifs ; et d’ins­tincts héri­tés bien moins de quelque nature ani­male que de cou­tumes tota­le­ment oubliées, deve­nues traces ou cica­trices men­tales, tout incons­cientes et, de ce fait, aisé­ment confon­dues avec l’instinct. Elles furent tan­tôt des arti­fices cruels, tan­tôt des rites sacrés ou des gestes magiques, par­fois aus­si des dis­ci­plines pro­fondes éla­bo­rées par des mys­tiques loin­taines à la fois dans le temps et dans l’espace. »

Denis de Rougemont
L’amour et l’Occident, édi­tions Plon, 1939, réédi­tions, 1956, 1972, édi­tions 1018, 2001

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés