« Le sacré chez les anciens Ger­mains, c’est tou­jours une épi­pha­nie. Mais une épi­pha­nie du des­tin, non une théo­pha­nie. »

Régis Boyer
L’Edda poé­tique, édi­tions Fayard, 1992