Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Auteur

Joseph de Maistre

Joseph de Maistre (1753-1821) est une figure majeure de la pensée contre-révolutionnaire. Écrivain, philosophe, magistrat et homme politique savoyard, il s’est notamment opposé au rationalisme de son temps, affirmant la primauté de la société sur l’individu.

Découvrez 7 citations de Joseph de Maistre

La gloire, l’honneur, la renommée d’un grand homme…

« La gloire, l’hon­neur, la renom­mée d’un grand homme sont une pro­prié­té de la nation qui l’a pro­duit. Elle doit en être jalouse et défendre ce dépôt sacré. C’est par ses grands hommes qu’elle est célèbre elle-même ; pour le prix de la gloire qu’elle en reçoit, elle doit au moins pro­té­ger leur cendre et faire res­pec­ter leur mémoire ».

Joseph de Maistre
Obser­va­tions cri­tiques sur une édi­tion des lettres de Mme de Sévi­gné, Œuvres Com­plètes, tome VIII, Vitte et Per­rus­sel, 1884

L’homme porte en lui deux juges plus ou moins intègres…

« L’homme porte en lui deux juges plus ou moins intègres : la conscience, et le goût, qui est aus­si une espèce de conscience, sur­tout si on le prend, comme je le fais ici dans son accep­tion la plus éten­due, car le goût n’est que la conscience du beau, comme la conscience n’est que le goût du bon ».

Joseph de Maistre
Lettre à l’A­mi­ral Tchit­cha­gof, 6 mai 1810 (n.s.), Œuvres Com­plètes, tome XI, Vitte et Per­rus­sel, 1885

Ce qui est éprouvé en Europe depuis la renaissance des lettres…

« Or ce qui est éprou­vé en Europe depuis la renais­sance des lettres, c’est que les années de la pre­mière jeu­nesse étaient consa­crées à l’é­tude des auteurs grecs et latins ; car pour sen­tir et pour imi­ter ensuite le beau, il faut, dans la lit­té­ra­ture comme dans les arts, consul­ter l’antique, et cette étude n’ap­prend pas seule­ment à bien par­ler, mais à bien pen­ser, parce qu’en lisant les anciens on n’ap­prend pas seule­ment ce qu’il y a de plus élo­quem­ment écrit, mais ce qu’il y a de plus sage­ment pen­sé ».

Joseph de Maistre
Quatre cha­pitres sur la Rus­sie, Œuvres Com­plètes, tome VIII, Vitte et Per­rus­sel, 1884

Je suis bien fâché de différer énormément avec vous sur un objet capital : je veux dire la peine de mort…

« Je suis bien fâché de dif­fé­rer énor­mé­ment avec vous sur un objet capi­tal : je veux dire la peine de mort. Non seule­ment je crois qu’il ne faut pas l’a­bo­lir, mais je crois que toute nation qui l’a­bo­lit se condamne, autant qu’il est en elle, à la seconde place. Les nations du pre­mier ordre ont tou­jours condam­né et, si je ne me trompe, condam­ne­ront tou­jours à mort. ».

Joseph de Maistre
Lettre au prince Kor­lows­ki, 2 (14) février 1816, Œuvres Com­plètes, tome XIII, 1886

Le caractère, les opinions, et surtout les langues, constituent l’unité des nations…

« Le carac­tère, les opi­nions, et sur­tout les langues, consti­tuent l’u­ni­té des nations dans l’ordre moral ; et dans l’ordre phy­sique même, elles sont des­si­nées par des carac­tères émi­nem­ment dis­tinc­tifs. On voit au pre­mier coup d’œil que tous les nez tar­tares doivent habi­ter ensemble, et que l’œil d’une Chi­noise n’est pas fait pour s’ou­vrir à côté de celui d’une Italienne ».

Joseph de Maistre
Dis­ser­ta­tion sur le mot patrie, lettre à M. l’A­mi­ral Tchit­cha­gof, 1er (15) sep­tembre 1810, Œuvres Com­plètes, tome XI, 1885

C’est au milieu des forêts et des glaces du Nord que nos gouvernements ont pris naissance…

« C’est au milieu des forêts et des glaces du Nord que nos gou­ver­ne­ments ont pris nais­sance. C’est là qu’est né le carac­tère euro­péen ; et quelques modi­fi­ca­tions qu’il ait reçues depuis, sous les dif­fé­rents paral­lèles de l’Eu­rope, nous sommes encore tous frères, durum genus ».

Joseph de Maistre
De la sou­ve­rai­ne­té du peuple, PUF, coll. Ques­tions, 1992

Une constitution qui est faite pour toutes les nations n’est faite pour aucune…

« Mais une consti­tu­tion qui est faite pour toutes les nations, n’est faite pour aucune : c’est une pure abs­trac­tion, une œuvre sco­las­tique faite pour exer­cer l’esprit d’après une hypo­thèse idéale, et qu’il faut adres­ser à l’homme dans les espaces ima­gi­naires où il habite. »

Joseph de Maistre
Consi­dé­ra­tions sur la France, dans Œuvres, édi­tions Robert Laf­font, coll. Bou­quins, 2007
Cité par Marc Froi­de­font dans Joseph de Maistre. La nation contre les droits de l’homme, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Longue mémoire, 2023

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés

Livres

À l'affiche

Le soleil et l'acier
L’exil intérieur. Carnets intimes
La société de propagande
Tolkien, l’Europe et la tradition. La civilisation à l’aune de l’imaginaire
Voyage au bout de la nuit
Game over. La révolution antipolitique
Pour un réveil européen. Nature - Excellence - Beauté
Ceux de 14
La hache des steppes
Le japon moderne et l'éthique samouraï
Walter, ce boche mon ami
Les grandes légendes de France
Courage ! manuel de guérilla culturelle
À propos des Dieux. L’esprit des polythéismes
Les Déshérités ou l’urgence de transmettre
L’enracinement
Impasse Adam Smith. Brèves remarques sur l'impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche
Citadelle
Œuvres en prose complètes, tome III
L'Empire du politiquement correct
L’opprobre. Essai de démonologie
La grande séparation
Orthodoxie
Économie et société médiévale
Un samouraï d’Occident. Le Bréviaire des insoumis
Précis de décomposition
L’homme surnuméraire
L'Argent
Les Horreurs de la démocratie
Petit traité sur l’immensité du monde
La Cause du peuple
Histoire et tradition des Européens
Mémoire vive. Entretiens avec François Bousquet
Le déclin du courage
Sire
La France contre les robots
Le regard des princes à minuit
L’œuvre de chair
Service inutile
Traité du rebelle ou le recours aux forêts
Les sentinelles du soir
Athéna à la borne. Discriminer ou disparaître ?