La Fille aînée de l’Église n’est pas seule…

« Heu­reu­se­ment, la Fille aînée de l’Église n’est pas seule. La Pro­vi­dence s’est mani­fes­tée avec une force inha­bi­tuelle au cours de l’histoire de notre nation, depuis le bap­tême et le cou­ron­ne­ment de Clo­vis, la sain­te­té de Louis IX, l’onction du sacre, l’ardente volon­té de Louis XIII de consa­crer la France à Notre-Dame de l’As­somp­tion. Avec Jeanne d’Arc, le des­tin éli­ra une per­sonne humble, pour que la France puisse tenir ses pro­messes de fidé­li­té. Une pay­sanne, sans expé­rience mili­taire ou poli­tique, pour réa­li­ser un double exploit inex­pli­cable : chas­ser les enne­mis du royaume en redon­nant à tous les Fran­çais la digni­té per­due et la foi. »

Louis Alphonse de Bour­bon
Mes­sage de Mon­sei­gneur le Duc d’An­jou pour la Fête natio­nale de Jeanne d’Arc, legitimite.fr, 10 mai 2020

Le monde moderne a fait à l’humanité des conditions telles…

« Le monde moderne a fait à l’hu­ma­ni­té des condi­tions telles, si entiè­re­ment et si abso­lu­ment nou­velles, que tout ce que nous savons par l’his­toire, tout ce que nous avons appris des huma­ni­tés pré­cé­dentes ne peut aucu­ne­ment nous ser­vir, ne peut pas nous faire avan­cer dans la connais­sance du monde où nous vivons. Il n’y a pas de pré­cé­dents. »

Charles Péguy
Note conjointe sur M. Des­cartes, 1914, Œuvres en prose com­plètes, Tome III, édi­tions Gal­li­mard, coll. Biblio­thèque de la Pléiade (n° 389), 1992

Les soirs de victoire, on s’imagine qu’il n’y aura plus jamais…

« Les soirs de vic­toire, on s’imagine qu’il n’y aura plus jamais, jamais, jamais de défaite, et le soirs de défaite on s’imagine qu’il n’y aura plus jamais, jamais, jamais de vic­toire. Mais quand on est un vieux sol­dat, Madame Jeanne, on sait ce qu’il en est. […] J’ai tant vu de défaites qui arri­vaient après des vic­toires, et j’ai tant vu, aus­si, de vic­toires qui arri­vaient après des défaites, que je ne crois plus jamais que c’est fini. »

Charles Péguy
Le Mys­tère de la cha­ri­té de Jeanne d’Arc, 1897, deuxième pièce : Les Batailles, IIe par­tie, IVe acte, dans Œuvres poé­tiques et dra­ma­tiques, édi­tions Gal­li­mard, coll. Biblio­thèque de la Pléiade (n° 60), 2014

Il existe au total un fond de pensées helléniques très diversifié…

« Il existe au total un fond de pen­sées hel­lé­niques très diver­si­fié, qui fut dans toute l’Europe, et vingt-sept siècles durant, l’inspirateur de longs débats entre écoles. Plus que les que­relles de doc­trines qui agitent les com­men­ta­teurs, on peut en rete­nir deux leçons déci­sives. Elles sont, aujourd’hui encore, très éclai­rantes dans l’examen des erreurs qui par­sèment les his­toires res­pec­tives des nations euro­péennes.
La pre­mière leçon hérite de l’Iliade, pré­ci­sé­ment de ce pas­sage dans lequel le maître de l’Olympe, en pleine bataille confuse, sai­sit un détail déci­sif : un archer vise le com­bat­tant Hec­tor. Homère note : Cela n’échappa pas (ou lèthé) à la saga­ci­té pru­dente de Zeus”, lequel dévia la flèche. Il y a là une forme ver­bale (ou lèthé) de ce qui, chez les phi­lo­sophes, dési­gne­ra sous une forme nomi­nale la véri­té (alè­théïa). La véri­té, ici, n’est pas un conte­nu doc­tri­nal des­cen­du de cieux incon­nais­sables, mais l’expression d’une sub­ti­li­té d’observation dont le sage sait tirer les bonnes conclu­sions. Toutes les écoles phi­lo­so­phiques antiques s’accordèrent sur ce point : la véri­té est d’abord ce qui, à l’expérience ou à la réflexion, n’échappe pas à un exa­men sub­til et sagace, évi­dem­ment condi­tion­né par les cir­cons­tances du moment. Pen­ser, c’est s’adapter.
Un second point d’accord unit les dif­fé­rentes écoles : l’hubris, la déme­sure, l’excès, est pour elles une faute car­di­nale met­tant en dan­ger non seule­ment ceux qui frayent avec elle, mais aus­si ceux qui les écoutent ou les imitent et, à terme, la Cité elle-même. Toute action, en d’autres termes, doit s’accorder à ses fins par­ti­cu­lières, qui sont pré­cieuses mais limi­tées ; et les actions des uns et des autres n’ont qu’une seule fin géné­rale : la pro­tec­tion et l’accroissement de l’oïkos, de ce bien com­mun suprême qu’est la Cité, mal­heu­reu­se­ment absente des sou­cis euro­péens modernes. »

Jean-Fran­çois Gau­tier
Ce que nous sommes. Aux sources de l’identité euro­péenne, Phi­lippe Conrad dir., édi­tion Ins­ti­tut Iliade / Pierre-Guillaume de Roux, 2018

J’ai choisi l’océan comme terrain de confrontation…

« J’ai choi­si l’océan comme ter­rain de confron­ta­tion, comme ter­rain de bataille, car l’océan, c’est la réa­li­té dans ce qu’elle a de plus dur, de plus exi­geant. Pour lut­ter contre son pou­voir ter­ri­fiant, les valeurs humaines telles que l’intelligence, l’expérience et une inflexible volon­té de vaincre sont mes armes. »

Gérard d’Aboville
Cité dans Car­nets d’aventures, pré­sen­tés par Syl­vain Tes­son, La Guilde euro­péenne du raid / Presses de la Renais­sance, 2007

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés