Thème

Citations sur la maison

La notion de foyer devrait être au centre…

« La notion de foyer devrait être au centre d’un éco­lo­gie véri­table. Le mot éco­lo­gie dérive lui-même du grec oikos, qui signi­fie demeure, mai­son “. L’écologie véri­table doit remettre le foyer domes­tique au cœur de la vie sociale afin de rééqui­li­brer le désen­cas­tre­ment (pour reprendre la for­mule de Karl Polay­ni dans La Grande Trans­for­ma­tion) de l’économie de la socié­té. »

Eugé­nie Bas­tié
« Pour un sou­ve­rai­nisme vert », Front Popu­laire n°1, été 2020

Le plus important est d’avoir sous nos yeux…

« Disons tout de suite, par paren­thèse, que je sais qu’il y a un pro­blème démo­gra­phique à résoudre, et qu’il faut loger les gens. Mais qu’on ne me dise pas que c’est le plus impor­tant ; le plus impor­tant est d’a­voir sous nos yeux un monde dont l’as­pect ne nous fasse pas vomir. On doit pou­voir construire de belles mai­sons. Les géné­ra­tions qui nous ont pré­cé­dés l’ont fait ; sommes-nous donc si imbé­ciles, si inca­pables, que nous ne sachions plus le faire… »

Jean Gio­no
Les ter­rasses de l’île d’Elbe, 1976, édi­tions Gal­li­mard, coll. L’I­ma­gi­naire, 2017

Il regardait ses pieds…

« Il regar­dait ses pieds qui pas à pas le rap­pro­chaient de sa mai­son. En Rus­sie aus­si il regar­dait ses pieds en mar­chant dans la steppe ; aus­si en Alba­nie, en Pologne, en Alle­magne. Même les pas qui l’avaient éloi­gné étaient des pas pour reve­nir. De temps à autre il levait les yeux pour regar­der la route qu’il lui res­tait à faire : les petites lignes droites lui sem­blaient très longues et les mon­tagnes encore bien loin. »

Mario Rigo­ni Stern
Sen­tiers sous la neige (Sen­tie­ri soto la neve), 1998, trad. Monique Bac­cel­li, édi­tions La Fosse aux ours, 2000

L’univers est formé de mondes étagés…

« Pour cha­cun d’entre nous, l’univers est for­mé de mondes éta­gés, dont le centre com­mun est la mai­son ances­trale. On apprend à les connaître gra­duel­le­ment, au fur et à mesure que l’on s’enhardit à s’éloigner un peu plus du sanc­tuaire fami­lial. On est heu­reux tant que, ain­si loin qu’on soit, on conserve des attaches avec lui. Au contraire, le jour où l’on perd toutes rela­tions avec la mai­son”, on a le cœur bou­le­ver­sé : tout est désor­mais chan­gé dans la vie. »

Hen­ri Vin­ce­not
Récits des friches et des bois, édi­tions Anne Car­rière, 1997

Un héroïsme sans drapeaux ni tambours…

« Un héroïsme sans dra­peaux ni tam­bours. Sem­blable à l’enfantement, il se mani­feste dans le silence du quo­ti­dien et des tâches sacrées par les­quelles, chaque jour, les femmes font renaître la vie au sein d’un foyer. Oui, il y a une sacra­li­té des gestes quo­ti­diens des femmes, parce que ces gestes renou­vellent la vie par les tra­vaux de la mai­son, le soir aux enfants, la pré­pa­ra­tion des repas, l’attention à la toi­lette, toutes choses par les­quelles un foyer existe ou non, et par les­quelles la trans­mis­sion de la tra­di­tion s’effectue par exem­pla­ri­té. »

Domi­nique Ven­ner
Le Choc de l’Histoire, Via Roma­na, 2011

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés