Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Thème

Citations sur la féminité

Il y a au fond trois féminismes…

« Il y a au fond trois fémi­nismes : celui qui défend les femmes et rap­pelle que les valeurs fémi­nines ne sont pas moins res­pec­tables que les valeurs mas­cu­lines – c’est le seul qui soit à la fois légi­time et néces­saire -, celui qui veut mettre les hommes plus bas que terre parce que la Terre doit être déli­vrée du mâle”, et celui qui décrète que tout compte fait il n’y a ni hommes ni femmes : le sexe n’est rien, le genre” est tout. Le mélange des trois abou­tit à des contra­dic­tions. De même qu’il est dif­fi­cile de défendre à la fois la pari­té et la non-mixi­té”, il est assez contra­dic­toire de dire que les hommes sont des porcs”, que les femmes sont des hommes comme les autres” et que le mas­cu­lin n’est qu’une illusion. »

Alain de Benoist
« La pas­sion neutre », Élé­ments n°170, février-mars 2018

Le chevalier faisait le serment…

« À par­tir du XIe et pen­dant tout le XIIe siècle, la che­va­le­rie va se déve­lop­per. Le che­va­lier fai­sait le ser­ment de se ser­vir de son épée uni­que­ment pour défendre le faible. C’est une exi­gence de dépas­se­ment extra­or­di­naire. La femme y a joué un rôle non négli­geable, puisque c’est elle qui remet­tait son épée au chevalier. »

Régine Per­noud
His­toire et lumière, édi­tions du Cerf, 1998

La mère n’avait point seulement transmis la vie…

« La mère n’avait point seule­ment trans­mis la vie : elle avait, à ses fils, ensei­gné un lan­gage, elle leur avait confié un bagage si len­te­ment accu­mu­lé au cours des siècles, le patri­moine spi­ri­tuel qu’elle avait elle-même reçu en dépôt, ce petit lot de tra­di­tions, de concepts et de mythes qui consti­tue toute la dif­fé­rence qui sépare New­ton ou Sha­kes­peare de la brute des cavernes. »

Antoine de Saint-Exupéry
Terre des hommes, 1939

La Femme, matelot, c’est le temple de l’humanité…

« La Femme, mate­lot, c’est le temple de l’humanité. C’est dans son ventre qu’un grain de ta semence, que tu ne ver­rais pas seule­ment à l’œil nu, même avec une lunette marine, se trans­forme en un être vivant, comme toi, qui sera un autre toi-même… Un temple comme ça, mate­lot, tu ne le pro­fanes pas !… Ou alors tu deviens moins qu’une bête. »

Hen­ri Vincenot
L’œuvre de chair, édi­tions Denoël, 1984

Et pourquoi tant de désespérance ?…

« Et pour­quoi tant de déses­pé­rance ? C’est peut-être que, après nous avoir ban­de­rillés comme il se doit, Pro­custe a com­men­cé à nous esto­quer au défaut de notre être incar­né, là où la dif­fé­rence est non plus impor­tante mais essen­tielle. Pen­dant des siècles, il a paru évident que rien ne pou­vait être plus dif­fé­rent que l’homme et la femme. Pour les empi­ristes, le sexe, c’é­tait la dif­fé­rence cris­tal­li­sée ; pour les pla­to­ni­sants, c’é­tait l’I­dée même de la différence. »

Vla­di­mir Volkoff
Le com­plexe de Pro­custe, édi­tions Jul­liard – L’Âge d’Homme, 1981

Je redoute l’indifférenciation nihiliste…

« Je crois à la grande sagesse et à la pro­fonde intel­li­gence de l’existence de pôles mas­cu­lins et fémi­nins, et je redoute l’indifférenciation nihi­liste à laquelle se livrent les post­fé­mi­nistes qui, par res­sen­ti­ment, cherchent désor­mais moins à s’occuper des femmes et à pro­mou­voir le fémi­nin qu’à haïr les hommes et vou­loir liqué­fier les genres. Je veux croire qu’il est tou­jours beau, bon et heu­reux qu’il y ait des hommes et qu’il y ait des femmes, pour le bon­heur des deux d’ailleurs. »

Julien Roche­dy
Entre­tien à Valeurs Actuelles, 19 décembre 2019

La voluptueuse, sacrée chair de l’amour…

« La chair, ce n’est pas seule­ment mais c’est aus­si la chair empor­tée par l’ivresse de l’amour.
Ne crai­gnons pas la chair enivrée des amants. Jouissons-en.
Célé­brons la chair exta­siée qui à une autre chair s’accroche et à une autre âme se suspend.
Dans nul autre domaine, ni de la réa­li­té ni de la fan­tai­sie, il ne se passe rien de pareil. Seule­ment dans l’amour et la volup­té. Ce n’est que là que, empor­tés de caresses et ber­cés de trans­ports, l’esprit et la chair s’entrelacent jusqu’à se confondre presque. Ce n’est que dans le luxu­rieux et luxu­riant, dans le sacré amour. »

Javier Por­tel­la
Les esclaves heu­reux de la liber­té, édi­tions David Rein­harc, 2012

L’homme se distingue des autres animaux…

« L’homme se dis­tingue des autres ani­maux sur­tout en ceci : il est le seul qui mal­traite sa femelle, méfait dont ni les loups ni les lâches coyotes ne se rendent cou­pables, ni même le chien dégé­né­ré par la domestication. »

Jack Lon­don
Les Vaga­bonds du rail (The road), 1907, trad. Louis Pos­tif, édi­tions Phé­bus, coll. Libret­to, 2001

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés