Thème

Citations sur l'altérité

Il y a au fond trois féminismes…

« Il y a au fond trois fémi­nismes : celui qui défend les femmes et rap­pelle que les valeurs fémi­nines ne sont pas moins res­pec­tables que les valeurs mas­cu­lines – c’est le seul qui soit à la fois légi­time et néces­saire -, celui qui veut mettre les hommes plus bas que terre parce que la Terre doit être déli­vrée du mâle”, et celui qui décrète que tout compte fait il n’y a ni hommes ni femmes : le sexe n’est rien, le genre” est tout. Le mélange des trois abou­tit à des contra­dic­tions. De même qu’il est dif­fi­cile de défendre à la fois la pari­té et la non-mixi­té”, il est assez contra­dic­toire de dire que les hommes sont des porcs”, que les femmes sont des hommes comme les autres” et que le mas­cu­lin n’est qu’une illu­sion. »

Alain de Benoist
« La pas­sion neutre », Élé­ments n°170, février-mars 2018

Il s’agit aussi d’abolir la nature humaine…

« Mais il s’agit aus­si d’abolir la nature humaine. L’homme est car­ni­vore, donc pré­da­teur, donc car­nas­sier, donc agres­seur, donc vio­leur en puis­sance. L’idéal serait qu’il devienne her­bi­vore. On assiste à la condam­na­tion des hommes, non seule­ment parce qu’ils sont des hommes, mais parce qu’ils s’obstinent, en mani­fes­tant leur atti­rance pour l’autre sexe, à témoi­gner du fait que l’espèce humaine est sexuée et qu’il y a en elle du mas­cu­lin et du fémi­nin. »

Alain de Benoist
« La pas­sion neutre », Élé­ments n°170, février-mars 2018

Le refus de reconnaître les particularités des races et des cultures…

« L’androgénie, le refus de recon­naître les par­ti­cu­la­ri­tés des races et des cultures sont les ruis­seaux d’un même fleuve, un mou­ve­ment mon­dial, hui­lé par les enseignes puis­santes, par­fai­te­ment sexistes et racistes, car leur seul objec­tif est de détruire les richesses spé­ci­fiques des sexes et des races. »

Lau­rence Mau­gest
L’égalitarisme : le géno­cide de l’humanité, Polé­mia, 9 juin 2015

Je redoute l’indifférenciation nihiliste…

« Je crois à la grande sagesse et à la pro­fonde intel­li­gence de l’existence de pôles mas­cu­lins et fémi­nins, et je redoute l’indifférenciation nihi­liste à laquelle se livrent les post­fé­mi­nistes qui, par res­sen­ti­ment, cherchent désor­mais moins à s’occuper des femmes et à pro­mou­voir le fémi­nin qu’à haïr les hommes et vou­loir liqué­fier les genres. Je veux croire qu’il est tou­jours beau, bon et heu­reux qu’il y ait des hommes et qu’il y ait des femmes, pour le bon­heur des deux d’ailleurs. »

Julien Roche­dy
Entre­tien à Valeurs Actuelles, 19 décembre 2019

L’expression de la frontière est une question travaillée par nombre de peintres…

« L’expression de la fron­tière est une ques­tion tra­vaillée par nombre de peintres euro­péens depuis le XVe siècle. Pour­quoi ? Tout sim­ple­ment parce que la repré­sen­ta­tion de l’espace, et de l’expérience de l’espace, condi­tionne dans nos cultures toutes les figures dyna­miques du soi et du non-soi, du l’identité et de l’altérité. Il n’y a pas d’identité sans alté­ri­té, et cette dua­li­té est la condi­tion même d’une repré­sen­ta­tion. Une fron­tière, en son essence, n’est pas la marque d’une exclu­sion mais celle d’une rela­tion, d’un lien entre un ici et un ailleurs. »

Jean-Fran­çois Gau­tier
Les fron­tières : un besoin vital face à la méta­phy­sique de l’illimité, allo­cu­tion au sixième col­loque de l’Institut Iliade, Paris, Mai­son de la Chi­mie, 6 avril 2019

Il ne saurait y avoir de politique sans un ennemi réel ou virtuel…

« Elle est [la poli­tique] l’activité sociale qui se pro­pose d’assurer par la force, géné­ra­le­ment fon­dée sur le droit, la sécu­ri­té exté­rieure et la concorde inté­rieure d’une uni­té poli­tique par­ti­cu­lière en garan­tis­sant l’ordre au milieu de luttes qui naissent de la diver­si­té et de la diver­gence des opi­nions et des inté­rêts. […] La guerre est tou­jours latente, non pas parce qu’elle serait une fin en elle-même ou le but de la poli­tique, mais le recours ultime dans une situa­tion sans issue. […] Il ne sau­rait y avoir de poli­tique sans un enne­mi réel ou vir­tuel. »

Julien Freund
L’Essence du poli­tique, édi­tions Sirey, 1965

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés