Le livre
Le camp des Saints

Le camp des Saints

Auteur : Jean Ras­pail
Édi­teur : édi­tions Robert Laf­font (1973, rééd. 3 février 2011)

Le mot de l’au­teur : Dans la nuit, au midi de notre pays, cent navires se sont échoués, char­gés d’un mil­lion d’im­mi­grants. Ils viennent cher­cher l’es­pé­rance. Ils ins­pirent la pitié. Ils sont faibles… Ils ont la puis­sance du nombre. Ils sont l’Autre, c’est-à-dire mul­ti­tude, l’a­vant-garde de la mul­ti­tude. À tous les niveaux de la conscience uni­ver­selle, on se pose alors la ques­tion : que faire ? Il est trop tard.
Paru pour la pre­mière fois en 1973, Le Camp des Saints, qui est un roman, relève en 2011 de la réa­li­té. Nous sommes, tous, les acteurs du Camp des Saints. C’est notre des­tin que ce livre raconte, notre incons­cience et notre acquies­ce­ment à ce qui va nous dis­soudre.
C’est pour­quoi, en guise de pré­face à cette nou­velle édi­tion, dans un texte inti­tu­lé Big Other, j’ai vou­lu, une der­nière fois, mettre un cer­tain nombre de points sur les i. J. R.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 4 citations extraites du livre

Les rats ne lâcheront pas le fromage...

« Eh oui ! Pour tou­jours. Les rats ne lâche­ront pas le fro­mage occi­dent” qu’après l’avoir dévo­ré en entier et comme il était de grasse et belle taille, ce n’est pas pour demain. Ils y sont encore. »

Jean Ras­pail
Le camp des Saints, édi­tions Robert Laf­font, 1973

C’est le mot 'vérité' qui compte...

« C’est le mot véri­té” qui compte. Nous vivons une époque où seule la véri­té fait peur. C’est un mot mys­té­rieux. On ne sait pas ce qu’il cache. On ne veut pas savoir. On l’évite. Mais il fait peur. Et le moment venu, chez les peuples sains, il se trouve par­fois un nombre suf­fi­sant de types qui ont tel­le­ment la trouille qu’ils se retournent au lieu de s’enfuir et font face à leur peur et lui courent des­sus pour en détruire la cause. C’est ce que j’espère. Sans trop y croire. Pen­sez-vous que ce pays soit encore un pays sain ? »

Jean Ras­pail
Le camp des Saints, édi­tions Robert Laf­font, 1973

C’est vrai que la France, c’est le produit d’un superbe brassage...

« C’est vrai que la France, c’est le pro­duit d’un superbe bras­sage, sur fond de sauce gal­lo-romaine, de Francs, de Bur­gondes, de Vikings, de Wisi­goths, de Ger­mains, puis d’Alsaciens, de Basques, de Cata­lans, de Juifs d’Alsace et de Lor­raine et du Com­tat-Venais­sin, de Corses, de Fla­mands, de Bre­tons, de Pro­ven­çaux, d’Écossais, de Savoyards, d’Occitans, enfin d’Italiens, d’Espagnols, de Polo­nais, de Por­tu­gais, mais c’était l’Europe qui s’était invi­tée chez elle. Rien que l’Europe. Les voi­là, les Fran­çais de souche ! »

Jean Ras­pail
Le camp des Saints, édi­tions Robert Laf­font, 1973

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés