Thème

Citations sur la dépendance

Citations sur la dépendance : découvrez 3 citations de Sylvain Tesson, Alban de Villeneuve-Bargemont, Serge Mongeau

Je n’ai pas de téléphone portable…

« Je n’ai pas de télé­phone por­table car je trouve d’une inson­dable gou­ja­te­rie d’ap­pe­ler quel­qu’un sans lui en deman­der préa­la­ble­ment l’au­to­ri­sa­tion par voie de cour­rier. Je refuse de répondre au dre­lin” du pre­mier venu. Les gens sont si pres­sés de bri­ser nos silences… J’aime Degas, lan­çant : C’est donc cela le télé­phone ? On vous sonne et vous accou­rez comme un domes­tique.” Les son­ne­ries sec­tionnent le flux du temps, mas­sacrent la pâte de la durée, hachent les jour­nées, comme le cou­teau de cui­si­nier japo­nais le concombre. »

Syl­vain Tes­son
S’a­ban­don­ner à vivre, édi­tions Gal­li­mard, coll. « nrf », 2014, 978−2−07−014424−2, p. 38

Si l’on recherche les causes nombreuses…

« Si l’on recherche les causes nom­breuses de cette misère ain­si géné­ra­li­sée et per­pé­tuée, on est for­cé de recon­naître que la pre­mière et la plus active de toutes se trouve dans le prin­cipe d’une pro­duc­tion presque sans bornes, et d’une concur­rence éga­le­ment illi­mi­tée, qui impose aux entre­pre­neurs d’industrie l’obligation tou­jours crois­sante d’abaisser le prix de la main‑d’œuvre, et aux ouvriers la néces­si­té de se livrer, eux, leurs femmes et leurs enfants, à un tra­vail dont l’excès ne suf­fit pas tou­jours à la plus ché­tive sub­sis­tance. »

Alban de Vil­le­neuve-Bar­ge­mont
Dis­cours à l’Assemblée natio­nale contre le tra­vail des enfants, 22 décembre 1840

Avec le temps, la consommation et la production…

« Avec le temps, la consom­ma­tion et la pro­duc­tion à la chaîne rétré­cissent l’individu, au sens où ses facul­tés inex­pri­mées s’atrophient et le rendent moins capable de diver­si­té, d’originalité, d’adaptation et d’autosuffisance. Sa dépen­dance aux biens fabri­qués et à des ser­vices de plus en plus diver­si­fiés gran­dit. Sa confiance en ses capa­ci­tés dimi­nue ; devant le moindre pro­blème, il fait appel aux experts. Il laisse la conduite des affaires publiques aux poli­ti­ciens, votant tan­tôt pour un par­ti, tan­tôt pour l’autre, mais sans avoir l’impression d’y chan­ger grand chose. Fina­le­ment, il en arrive à avoir si peu confiance en lui et en ses pos­si­bi­li­tés d’influer sur le cours des choses qu’il est désa­bu­sé. Le sen­ti­ment d’impuissance qui l’envahit l’empêche d’envisager même la pos­si­bi­li­té que la situa­tion change. Et quand on se sent ain­si, il faut taire sa conscience ; car la conscience des injus­tices dans le monde, des menaces à la vie, de l’inutilité même de sa vie en même temps que le sen­ti­ment d’impuissance devant les pos­si­bi­li­tés d’y chan­ger quoi que ce soit s’avère une situa­tion into­lé­rable. »

Serge Mon­geau
La sim­pli­ci­té volon­taire, plus que jamais…, 1985, édi­tions Eco­so­cié­té, 2005

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés