Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Ils sont bêtes, mais c’est pour faire rire…

« Ils sont bêtes, mais c’est pour faire rire. Ils ne savent rien, mais ils ont réponse à tout. Ils n’ont rien à dire, mais ils parlent tout le temps. Tout chez eux est incor­rect, sauf leurs idées. Ils n’ont que des amis car ils peuvent détruire ceux qui ne le sont pas. Ils ont tou­jours rai­son car ils sont applau­dis sur com­mande. Ils n’ont peur de rien, sauf de l’audimat.
Ils sont ani­ma­teurs de talk-shows ou de rea­li­ty-shows. Ils passent en prime time tous les jours ou toutes les semaines. Ils invitent les intel­lec­tuels, les artistes et les hommes poli­tiques, mais ils s’invitent aus­si entre eux. Ils disent ce qu’il faut pen­ser, ce qu’il faut aimer et ce qu’il faut détes­ter. Ce sont les grands prêtres de la pen­sée unique. »

Bru­no Mégret
L’Autre scé­na­rio pour la France et l’Europe, Édi­tions Cité liber­té, 2006

En matière de langage…

« En matière de lan­gage, qui est l’ob­jet prin­ci­pal de la lit­té­ra­ture, il est clair que les mots se dégradent per­pé­tuel­le­ment. Ils cessent de dire ce qu’ils signi­fient ou de signi­fier ce qu’ils disent ; ils com­mencent tou­jours par signi­fier quelque chose qui non seule­ment est tout à fait dif­fé­rent, mais encore beau­coup moins défi­ni et beau­coup moins fort. Et dans cette chute des sym­boles choi­sis par l’homme, pour­rait bien se trou­ver un sym­bole de sa propre chute. Il a une dif­fi­cul­té à maî­tri­ser sa langue, non seule­ment en tant qu’or­gane de la parole, mais dans le sens de lan­gage par­lé. Presque tou­jours s’il n’y prête pas atten­tion, ce lan­gage s’af­fole ou, pire encore, s’affaiblit. »

Gil­bert Keith Chesterton
À bâtons rom­pus, pro­pos débri­dés, trad. Mau­rice Le Péchoux, Édi­tions L’Âge d’Homme, 2010

On ne saurait refonder l’action politique…

« On ne sau­rait refon­der l’ac­tion poli­tique sans s’ar­ra­cher men­ta­le­ment à tout ce qui inhibe la parole publique, sans se révol­ter contre l’é­touf­fe­ment de la liber­té d’ex­pres­sion, sans se révol­ter non plus contre ce qui empêche l’ac­tion publique. Il est pro­ba­ble­ment néces­saire de sor­tir de la mytho­lo­gie pro­gres­siste pour renouer avec un débat poli­tique qui ne dis­qua­li­fie pas à l’a­vance ceux qui confessent leur scep­ti­cisme devant la dyna­mique de la moder­ni­té. »

Mathieu Bock-Côté
L’Em­pire du poli­ti­que­ment cor­rect, Les Édi­tions du cerf, 2019

Quand la liberté d’expression se ramène en fait à la liberté de propagande…

« Quand la liber­té d’expression se ramène en fait à la liber­té de pro­pa­gande pour les orga­ni­sa­tions de ce genre, les seules par­ties de l’âme humaine qui méritent de s’exprimer ne sont pas libres de la faire. Ou elles le sont à un degré infi­ni­té­si­mal, à peine davan­tage que dans le sys­tème tota­li­taire. »

Simone Weil
La per­sonne et le sacré, 1943, édi­tions Gal­li­mard, coll. Espoir, 1957, R&N Édi­tions, 2016

La discrimination est à l’origine l’action de distinguer des objets…

« La dis­cri­mi­na­tion, on rou­git de le rap­pe­ler, est à l’origine, et lit­té­ra­le­ment, l’action de dis­tin­guer des objets de pen­sée, ou de dis­cer­ner les choses les unes des autres. Il n’y a donc pas un pro­pos, dans quelque langue que ce soit, il n’y a pas une phrase issue d’une pen­sée un peu construite, qui ne soit, en son essence, dis­cri­mi­na­toire. La parole ne s’énonce que pour dis­tin­guer ou dif­fé­ren­cier. Toute opi­nion est un tri. Toute remarque, même la plus éva­sive, com­mence par écar­ter ce dont elle ne parle pas et que, par consé­quent, elle dis­cri­mine”. »

Phi­lippe Muray
Causes tou­jours, édi­tions Des­cartes & Cie, 2013

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés