Auteur

Gilbert K. Chesterton

Gilbert Keith Chesterton (1874-1936) est un écrivain anglais dont l’œuvre, protéiforme, est marquée par la défense du christianisme et la pensée politique. Il est principalement connu pour ses œuvres apologétiques comme Orthodoxie ou L'Homme éternel et la série romanesque mettant en scène le père Brown.

Découvrez 22 citations de Gilbert K. Chesterton

En matière de langage…

« En matière de lan­gage, qui est l’ob­jet prin­ci­pal de la lit­té­ra­ture, il est clair que les mots se dégradent per­pé­tuel­le­ment. Ils cessent de dire ce qu’ils signi­fient ou de signi­fier ce qu’ils disent ; ils com­mencent tou­jours par signi­fier quelque chose qui non seule­ment est tout à fait dif­fé­rent, mais encore beau­coup moins défi­ni et beau­coup moins fort. Et dans cette chute des sym­boles choi­sis par l’homme, pour­rait bien se trou­ver un sym­bole de sa propre chute. Il a une dif­fi­cul­té à maî­tri­ser sa langue, non seule­ment en tant qu’or­gane de la parole, mais dans le sens de lan­gage par­lé. Presque tou­jours s’il n’y prête pas atten­tion, ce lan­gage s’af­fole ou, pire encore, s’af­fai­blit. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
À bâtons rom­pus, pro­pos débri­dés, trad. Mau­rice Le Péchoux, Édi­tions L’Âge d’Homme, 2010

Le conte de fées…

« Le conte de fées envi­sage ce qu’un homme saint d’es­prit ferait dans un monde de fous. Le roman réa­liste et pru­dent d’au­jourd’­hui envi­sage ce qu’un homme essen­tiel­le­ment fou ferait dans un monde insi­gni­fiant. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
Ortho­doxie, 1908, trad. Lucien d’A­zay, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2010

Que la plus belle femme du monde ait vécu…

« En face de la Crète et de l’Archipel, quelque part sur la côte ionienne, il y eût une ville — nous dirions aujourd’hui une bour­gade, ou même un vil­lage —, for­ti­fiée. Elle fut Ilion, elle devint Troie, et son nom ne pas­se­ra jamais. Un poète qui peut-être fut men­diant et chan­teur des rues, qui peut-être ne savait ni lire ni écrire et que la tra­di­tion dit aveugle, fit un poème de la guerre des Grecs contre cette ville afin de recon­qué­rir la plus belle femme du monde. Que la plus belle femme du monde ait vécu dans une petite ville nous paraît légen­daire ; que le plus beau poème du monde ait été com­po­sé par quelqu’un qui n’avait jamais vu de ville plus grande est un fait his­to­rique. On dit que ce poème est tar­dif, et que la culture pri­mi­tive était sur son déclin lorsqu’il fut écrit ; on se demande alors ce qu’elle pro­dui­sait dans toute sa force. Quoiqu’il en soit, il est vrai que ce poème, qui fut notre pre­mier poème, pour­rait aus­si être notre der­nier chant. Il pour­rait être le pre­mier et le der­nier mot de l’homme simple mor­tel sur sa propre des­ti­née telle qu’il l’a peut voir. Que le monde périsse païen et le der­nier homme fera bien s’il chante l’Iliade et meurt. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
The Ever­las­ting Man (L’Homme éter­nel), édi­tions Hod­der & Stough­ton, 1925

Le monde moderne est parvenu à un curieux état de rituel ou de routine…

« Le monde, par­ti­cu­liè­re­ment le monde moderne, est par­ve­nu à un curieux état de rituel ou de rou­tine, dans lequel il a tort même lors­qu’il a rai­son, pour­rions-nous pra­ti­que­ment dire. Dans une large mesure, il conti­nue à faire des choses rai­son­nables, mais il cesse rapi­de­ment d’a­voir le moindre mobile rai­son­nable de les faire. Il nous ser­monne inlas­sa­ble­ment sur le carac­tère mori­bond de la tra­di­tion ; et il ne se sou­tient encore que de la vie de la tra­di­tion. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
La Chose, trad. Pierre Gugliel­mi­na, cha­pitre « Sur le cou­rage et l’in­dé­pen­dance », édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2015

L’homme révolté moderne…

« L’homme révol­té moderne ne sert pra­ti­que­ment plus l’ob­jet de sa révolte. En se rebel­lant contre tout, il a per­du le droit de se rebel­ler contre quoi que ce soit. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
Ortho­doxie, 1908, trad. Lucien d’A­zay, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2010

La poésie est saine…

« La poé­sie est saine parce qu’elle flotte avec aisance sur une mer infi­nie ; la rai­son s’évertue à tra­ver­ser cette mer infi­nie, et dès lors à la déli­mi­ter. Il en résulte un épui­se­ment men­tal, pareil à l’é­pui­se­ment men­tal de M. Holl­bein. Tout accep­ter est un exer­cice ; tout com­prendre est une rude épreuve. Le poète n’as­pire qu’à l’exal­ta­tion et à l’ex­pan­sion, à un monde où il puisse s’é­tendre. Le poète ne demande qu’à lever sa tête jus­qu’aux cieux. C’est le logi­cien qui cherche à faire entrer le ciel dans sa tête. Et c’est sa tête qui se fend. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
Ortho­doxie, 1908, trad. Lucien d’A­zay, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2010

On pourrait définir la tradition…

« On pour­rait défi­nir la tra­di­tion comme une exten­sion du droit de vote au pas­sé. Elle consiste à accor­der le droit de suf­frage à la plus obs­cure de toutes les classes, celle de nos ancêtres. C’est la démo­cra­tie des morts. La tra­di­tion refuse de se sou­mettre à la petite oli­gar­chie arro­gante de ceux qui ne font que se trou­ver par hasard sur terre. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
Ortho­doxie, 1908, trad. Lucien d’A­zay, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2010

Ces gens modernes…

« Ces gens modernes entendent sim­ple­ment par acti­vi­té men­tale un train express rou­lant de plus en plus vite le long des mêmes rails en direc­tion de la même gare ; ou bien de plus en plus de wagons accro­chés pour être conduits à la même des­ti­na­tion. La notion qui a dis­pa­ru de leurs esprits est celle du mou­ve­ment volon­taire, même pour atteindre le même but. Ils ont fixé non seule­ment les fins, mais les moyens. Ils ont impo­sé non seule­ment les doc­trines, mais les mots. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
La Chose, trad. Pierre Gugliel­mi­na, cha­pitre « Sur le cou­rage et l’indépendance », édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2015

Un grand journal ne peut se payer le luxe de critiquer les grands magasins…

« Deux fois dans ma vie un rédac­teur-en-chef m’a dit qu’il n’o­sait pas impri­mer ce que j’a­vais écrit de peur d’of­fen­ser les annon­ceurs de son jour­nal. […] En ces deux occa­sions il me refu­sa la liber­té d’ex­pres­sion parce que j’a­vais écrit que les grands maga­sins qui béné­fi­cient de la publi­ci­té que l’on sait étaient en réa­li­té pires que les petits maga­sins. C’est la une des choses, et elle est digne d’être rele­vée, qu’un homme n’a désor­mais plus le droit de dire ; peut-être même la seule chose qui lui soit réel­le­ment inter­dite. Si j’a­vais atta­qué le gou­ver­ne­ment, on aurait trou­vé cela très bien ; si j’a­vais atta­qué Dieu, on aurait trou­vé cela encore mieux. Si j’a­vais cri­ti­qué le mariage, le patrio­tisme ou la morale publique, j’au­rais eu droit à la pre­mière page de la presse domi­ni­cale. Mais un grand jour­nal ne peut se payer le luxe de cri­ti­quer les grands maga­sins, étant un grand maga­sin à sa manière et en passe de deve­nir lui-même un mono­pole. »

Gil­bert Keith Ches­ter­ton
Plai­doyer pour une pro­prié­té anti­ca­pi­ta­liste, 1926, trad. Gérard Jou­lié, édi­tions de l’Homme Nou­veau, 2010

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés