Auteur

Nicolás Gómez Dávila

Nicolás Gómez Dávila, né le 18 mai 1913 à Bogota (Colombie) et mort le 17 mai 1994 dans la même ville, est un écrivain et moraliste colombien. Issu de l’élite colombienne, il consacra sa vie de bibliophile à la composition d’une œuvre dont la renommée ne lui importait guère. De fait, sa réputation n'a commencé à croître véritablement qu'au début des années 1980, grâce à la reconnaissance d’auteurs européens tels que Botho Strauss, Ernst Jünger, ou Jean Raspail. Dans son œuvre, composée essentiellement des monumentales Scolies pour un texte implicite, Gómez Dávila n’épargne aucun camp politique. Il défend une anthropologie pessimiste, fondée sur une étude approfondie de Thucydide et de Jacob Burckhardt, ainsi que les structures hiérarchiques qui doivent ordonner la société, l'Église et l'État.

Découvrez 20 citations de Nicolás Gómez Dávila

Aujourd’hui, pour scandaliser qui que ce soit…

« Aujourd’hui, pour scan­da­li­ser qui que ce soit, il suf­fit de lui pro­po­ser de renon­cer à quelque chose. »

Nicolás Gómez Dávila
Car­nets d’un vain­cu (tiré de Esco­lios a un tex­to implí­ci­to), 1977, trad. Alexan­dra Tem­plier, L’Arche édi­teur, coll. Tête-à-tête, 2009

Le mythe corrige la précision du concept…

« Le mythe cor­rige la pré­ci­sion du concept. »

Nicolás Gómez Dávila
Car­nets d’un vain­cu (tiré de Esco­lios a un tex­to implí­ci­to), 1977, trad. Alexan­dra Tem­plier, L’Arche édi­teur, coll. Tête-à-tête, 2009

Le peuple élit non pas qui le soigne…

« Le peuple élit non pas qui le soigne, mais qui le drogue. »

Nicolás Gómez Dávila
Car­nets d’un vain­cu (tiré de Esco­lios a un tex­to implí­ci­to), 1977, trad. Alexan­dra Tem­plier, L’Arche édi­teur, coll. Tête-à-tête, 2009

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés