Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Auteur

Christopher Gérard

Né à New York en 1962, Christopher Gérard a étudié les langues anciennes à l'Université de Bruxelles où il vit et enseigne aujourd’hui. De 1992 à 2001, il dirige la revue Antaios, consacrée aux traditions polythéistes, qui ambitionnait de prendre la suite de la revue du même nom fondée en 1959 par Mircea Eliade et Ernst Jünger. Il a publié une traduction commentée du Contre les Galiléens de l'empereur Julien et des romans remarqués : Le Songe d'Empédocle, Maugis, La source pérenne, Le Prince d’Aquitaine.

Découvrez 6 citations de Christopher Gérard

Face à la décadence, trois genres de réaction révèlent un type d’homme…

« Face à la déca­dence, trois genres de réac­tion révèlent un type d’homme : les uns, la majo­ri­té, acceptent sans bron­cher de ne pas voir ce qui les tue et fré­missent ou ricanent si d’aventure un éveillé tente de leur ouvrir les yeux. Cynisme ou per­ver­sion, une mino­ri­té jouit des déca­dences comme s’il était pos­sible de ne pas être englou­ti par la mon­tée des eaux d’égout. Une autre mino­ri­té, les purs, refuse les fata­li­tés trom­peuses ; elle prend les armes et com­bat. »

Chris­to­pher Gérard
Pré­face au Chant des alouettes de Thi­baud Cas­sel, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2017

L’Inde part à la conquête du monde sous l’étendard écarlate de Shiva…

« Sans pose ni com­plexe, Ven­ner rejoint le cou­rant qui, de Bal­zac à Déon, main­tient et res­taure un type de pos­ture face à l’adversité, ces auteurs qui savent la pré­émi­nence du pole­mos héra­cli­téen – le conflit, père de toutes choses. Et qui refusent le déses­poir, conscients que l’histoire, dont l’ironie est féroce, sur­pren­dra tou­jours les esprits oublieux des tra­di­tions ances­trales. L’Inde part à la conquête du monde sous l’étendard écar­late de Shi­va, l’islam sous celui de Maho­met ; la Chine réap­prend Confu­cius. Quand rede­vien­drons-nous homé­riques ? »

Chris­to­pher Gérard
Quo­li­bets – Jour­nal de lec­ture, édi­tions L’Âge d’Homme, 2013

Les Dieux n’accordent aucune récompense. C’est l’éthique…

« Les Dieux n’accordent aucune récom­pense. C’est l’éthique de l’honneur qui com­mande de trans­mettre un nom sans tâche, d’être fidèle à la parole don­née et de res­pec­ter les contrats. Vio­ler ceux-ci n’est pas pécher, mais com­mettre une faute qui se paie tou­jours au prix fort. La faute suprême est celle que les Grecs nomment hybris : la déme­sure, dic­tée par l’orgueil, qui pousse l’aveugle à aller à l’encontre de l’ordre cos­mique. Les plus ter­ribles exemples d’hybris ne sont-ils pas aujourd’­hui ces tota­li­ta­rismes qui, à force de vou­loir « chan­ger l’homme », n’ont fait que l’avilir ? »

Chris­to­pher Gérard
Par­cours païen, Édi­tions L’Âge d’Homme, 2000

L’Occidental n’est que le rouage d’un système qui le broie…

« L’Occidental n’est que le rouage d’un sys­tème qui le broie. L’Européen, lui, est l’hé­ri­tier d’une civi­li­sa­tion trente fois mil­lé­naire qui va des fresques de Las­caux à la fusée Ariane, des poi­gnards de bronze aux chas­seurs Rafale. L’Européen est le frère de Faust et de Don Qui­chotte. Il a été peintre à Alta­mi­ra, musi­cien à Ver­sailles ; il a chan­té l’Odyssée et Beo­wulf ! Il a accla­mé Eschyle et Racine, il a bâti les cathé­drales gothiques et les cen­trales nucléaires ! Sa terre est faite de landes et de forêts, de rivières et de mon­tagnes, toutes bruis­santes de fées, de génies et de lutins ! Oui, je suis un Euro­péen, mieux un Vieil-Européen ! »

Chris­to­pher Gérard
Le Songe d’Empédocle, Édi­tions L’Âge d’Homme, 2003

Le monde n’est pas plus désenchanté qu’il y a dix mille ans…

« Le monde n’est pas plus désen­chan­té qu’il y a dix mille ans. Un cou­cher de soleil en forêt, la contem­pla­tion de la lune dans une clai­rière ennei­gée, un grand feu, demeurent des expé­riences du sacré. C’est plu­tôt le regard de cer­tains contem­po­rains qui est épui­sé, ce sont les ins­tincts qui leur font défaut. »

Chris­to­pher Gérard
La source pérenne, Édi­tions L’Âge d’Homme, 2007

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés