Il y a des caméras partout. C’est la manie de notre époque…

« Il y a des camé­ras par­tout. C’est la manie de notre époque. Espion­ner les gens. Les sur­veiller. Et ils en rede­mandent, les cons ! L’impression d’être en sécu­ri­té ! C’est pas ça qui les empê­che­ra d’être volés, vio­lés, bat­tus. Ça aide à retrou­ver les cou­pables il paraît. La belle affaire. Ça ne te rend pas ta gueule, ni ton pognon, ni ta vir­gi­ni­té. »

Erik L’Homme
Déchi­rer les ombres, édi­tions Cal­mann-Lévy, 2018

Les mêmes esprits qui s’étaient estimés assez forts…

« Les mêmes esprits qui s’étaient esti­més assez forts pour tran­cher les liens de l’antique reli­gion des ancêtres étaient à ce point asser­vis par le sor­ti­lège d’idoles bar­bares. L’image qu’ils offraient d’eux-mêmes dans leur aveu­gle­ment était plus répu­gnante que l’ivresse que l’on voit dans le plein jour. Alors qu’ils pen­saient prendre leur vol et s’en fai­saient gloire, ils se vau­traient dans la pous­sière. »

Ernst Jün­ger
Sur les falaises de marbre (Auf den Mar­mork­lip­pen) 1939, trad. Hen­ri Tho­mas, édi­tions Gal­li­mard 1942, coll. L’I­ma­gi­naire, 2017

Notre refus de la transmission…

« Notre refus de la trans­mis­sion a engen­dré ce qui res­semble par­fois à une socié­té d’en­fants sau­vages. Déve­lop­pe­ment des inci­vi­li­tés, dis­ten­sion de tous les liens, consu­mé­risme irres­pon­sable, dif­fi­cul­tés quo­ti­diennes dans la vie en col­lec­ti­vi­té, échec de l’in­ser­tion sociale et de l’en­ga­ge­ment citoyen, rup­ture du dia­logue entre les géné­ra­tions, explo­sion de la délin­quance… Par­tout, nous voyons l’homme dégra­dé, inso­ciable, gros­sier” — par­tout, nous voyons l’homme inhu­main. Au cœur de nos pays déve­lop­pés”, nous avons le sen­ti­ment de voir resur­gir la bar­ba­rie. Et nous n’ar­ri­vons pas à nous l’ex­pli­quer. »

Fran­çois-Xavier Bel­la­my
Les Déshé­ri­tés ou l’urgence de trans­mettre, édi­tions Plon, 2014

L’autre grand défaut de notre temps

« L’autre grand défaut de notre temps, après la fausse liber­té, est le refus de la dif­fé­rence, ce qui va logi­que­ment ensemble. Le refus de la dif­fé­rence, entre bien et mal, entre vie et mort, entre jeu­nesse et vieillesse, entre san­té et mala­die, entre races et entre sexes. Rien à voir avec la supé­rio­ri­té. C’est au Musée de l’homme, à l’école du Pr Rivet que j’ai appris à recon­naître sur un crâne, la race, le sexe et l’âge du mort. Atten­tion. L’absence de dif­fé­rence s’appelle l’indifférence. La bar­ba­rie par l’indifférence existe aus­si. »

Jean-Fran­çois Deniau
His­toires de cou­rage, édi­tions Plon, 2000

Dans le courant des IXe et Xe siècles, les invasions barbares…

« Dans le cou­rant des IXe et Xe siècles, les inva­sions bar­bares sur le ter­ri­toire de l’ancienne Gaule avaient mul­ti­plié mas­sacres et des­truc­tions : hordes sau­vages se suc­cé­dant les unes aux autres comme les flots écu­meux d’un Océan démon­té ; inva­sions sar­ra­sines qui couvrent le Midi de la France, tan­dis que les Hon­grois foulent les marches de l’Est. Par les fleuves arrivent les Nor­mands, jus­qu’au centre du pays, « nageant par l’Océan en manière de pirates ». « Ces étran­gers, écrit le chro­ni­queur Richer, se livraient aux plus cruels sévices ; ils sac­ca­geaient villes et vil­lages et rava­geaient les champs ; ils brû­laient les églises ; puis ils repar­taient en emme­nant une foule de cap­tifs ». Dans le cou­rant des IXe et Xe siècles de notre ère, toutes les villes de France furent détruites : toutes. Ima­gine-t-on les égor­ge­ments, les dépré­da­tions que contient un pareil fait ? […] Alors se fit, dans l’anarchie, le tra­vail de recons­truc­tion sociale où se for­ma la nation fran­çaise ; elle se for­ma autour de la seule force orga­ni­sée qui fût demeu­rée intacte, sous le seul abri que rien ne peut ren­ver­ser, parce qu’il a ses fon­de­ments dans le cœur humain : la famille. Par­mi la tour­mente, la famille se for­ti­fia, elle prit plus de cohé­sion. Autour du chef de famille, « cap d’hostel » diront les méri­dio­naux, se grou­pèrent les reje­tons des branches cadettes. Ain­si la famille gran­dit, devint un petit État. De géné­ra­tion en géné­ra­tion, elle accrut son action sociale jus­qu’à en faire une action poli­tique et avec le temps, de grande enver­gure ; tant et tant qu’elle en arri­va à for­mer l’État lui-même par la trans­for­ma­tion pro­gres­sive en ins­ti­tu­tions publiques de ses ins­ti­tu­tions pri­vées. Telle a été l’origine à la fois humble et gran­diose, simple et magni­fique, modeste et glo­rieuse, de ce qu’on appelle aujourd’­hui la France. Ce tra­vail immense et d’une inima­gi­nable puis­sance et acti­vi­té, se fit dans le cou­rant des IXe-XIe siècles, les plus grands de notre his­toire. Au XIIe siècle, la France est faite par des ins­ti­tu­tions que le peuple s’est don­nées lui-même, pui­sant leur sève dans son propre sang : chaque détail en répond à ses fins, chaque ins­ti­tu­tion a son but, tan­dis que la pra­tique, en ses mani­fes­ta­tions mul­tiples et diverses, s’adapte natu­rel­le­ment au génie natio­nal. »

Frantz Funck-Bren­ta­no
La Renais­sance, édi­tions Fayard, 1935

Des temps sans art ni philosophie dignes…

« Des temps sans art ni phi­lo­so­phie dignes de ce nom peuvent encore être des ères de force ; ce sont les Romains qui nous l’ont appris. »

Oswald Spen­gler
Écrits his­to­riques et phi­lo­so­phiques. Pen­sées, édi­tions Coper­nic, 1980

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés