Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Il mourait sur un champ de bataille sans gloire…

« Tout autour de lui, dans l’immensité et le désordre, s’étendait le pays pour lequel il souf­frait. Il allait lui don­ner sa vie. Mais ce grand pays, qu’il était prêt à contes­ter au point de se détruire lui-même, ferait-il seule­ment atten­tion à sa mort ? Il n’en savait rien ; et tant pis. Il mou­rait sur un champ de bataille sans gloire, un champ de bataille où ne pou­vait s’accomplir aucun fait d’armes : le lieu d’un com­bat spirituel. »

Yukio Mishi­ma
Patrio­tisme, 1961, in La mort en été, trad. Geof­frey W. Sargent puis Domi­nique Aury, édi­tions Gal­li­mard 1983, coll. Folio, 1988

Il faudra bien un jour dans ce pays que ça craque…

« – Tu penses comme moi. Il fau­dra bien un jour dans ce pays que ça craque.
– Si nous par­lons du même pays, je pense même que ça craque depuis les der­niers Valois. »

Michel Audiard
Alain Delon et Daniel Cec­cal­di dans Mort d’un pour­ri (film), 1977, in Audiard par Audiard, édi­tions René Châ­teau, 2005

La justice, c’est comme la Sainte-Vierge…

« La jus­tice, c’est comme la Sainte-Vierge, si on ne la voit pas de temps en temps, le doute s’installe. »

Michel Audiard
Phi­lippe Noi­ret dans Pile ou Face (film), 1980, in Audiard par Audiard, édi­tions René Châ­teau, 2005

L’autorité conduit souvent à l’isolement…

« L’autorité conduit sou­vent à l’isolement qui conduit les empe­reurs sur les rochers et les céli­ba­taires dans les cuisines. »

Michel Audiard
Dans Les Bons Vivants (film), 1965, in Audiard par Audiard, édi­tions René Châ­teau, 2005

Oui, on sortira de cette torpeur…

« Oui, on sor­ti­ra de cette tor­peur qui, pour un tel peuple, est la honte ; et quand la France sera réveillée, quand elle ouvri­ra les yeux, quand elle dis­tin­gue­ra, quand elle ver­ra ce qu’elle a devant elle et à côté d’elle, elle recu­le­ra, cette France, avec un fré­mis­se­ment ter­rible, devant ce mons­trueux for­fait qui a osé l’épouser dans les ténèbres et dont elle a par­ta­gé le lit.
Alors l’heure suprême sonnera. »

Vic­tor Hugo
Napo­léon le Petit, 1852, 7ème édi­tion, Jules Het­zel et Cie édi­teurs, 1870

Il faut se garder du piège de la division…

« Il faut se gar­der du piège de la divi­sion fon­dée sur le refus de com­prendre et d’accepter ce que fait le voi­sin selon la logique sui­vante : celui qui en fait moins ( ou qui agit autre­ment que moi ) est un lâche”. Celui qui en fait plus que moi (ou choi­sit des formes d’action plus spec­ta­cu­laires) est un extré­miste”. Pen­ser cela, c’est per­mettre au sys­tème de sau­cis­son­ner ses oppo­sants. Il ne faut pas entrer dans ce jeu. À cha­cun son éco­sys­tème. À cha­cun de res­pec­ter l’écosystème du voisin. »

Jean-Yves Le Gallou
Manuel de lutte contre la dia­bo­li­sa­tion, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Car­touches, 2020

D’où me diabolises-tu ?…

« D’où parles-tu, cama­rade ?” est l’une des meilleures armes dia­lec­tiques de l’extrême gauche trots­kyste pour dis­qua­li­fier des adver­saires. Une arme à retour­ner ain­si contre les tenants du poli­ti­que­ment cor­rect : d’où me dia­bo­lises-tu ? »

Jean-Yves Le Gallou
Manuel de lutte contre la dia­bo­li­sa­tion, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Car­touches, 2020

Il y a des conformistes extrémistes et des hétérodoxes modérés…

« La plu­part des per­sonnes sou­te­nant des opi­nions radi­cales ou hété­ro­doxes peuvent le faire en demeu­rant ration­nelles, rai­son­nables et non dog­ma­tiques. A contra­rio, bien des gens s’exprimant au nom de cou­rants poli­tiques majo­ri­taires le font sou­vent de manière arro­gante, bru­tale et fer­mée à tout com­pro­mis. Bref, il y a des confor­mistes extré­mistes et des hété­ro­doxes modérés. »

Jean-Yves Le Gallou
Manuel de lutte contre la dia­bo­li­sa­tion, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Car­touches, 2020

La diabolisation…

« La dia­bo­li­sa­tion d’aujourd’hui est une tech­nique de mani­pu­la­tion des esprits. Elle vise à inter­dire la des­crip­tion des faits ou l’expression de cer­taines idées en dis­qua­li­fiant celui qui les rap­porte, en l’accusant de racisme”, d’“extrémisme”, de déra­page” ou de pro­vo­ca­tion”. La dia­bo­li­sa­tion est l’arme majeure du ter­ro­risme intel­lec­tuel. De la domi­na­tion cultu­relle par les pro­gres­sistes”. Et de l’abaissement de l’Europe et des Euro­péens par la culpa­bi­li­té et la repen­tance. »

Jean-Yves Le Gallou
Manuel de lutte contre la dia­bo­li­sa­tion, édi­tions La Nou­velle Librai­rie, coll. Car­touches, 2020

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés