Thème

Citations sur l'enracinement

Contre la mondialisation, quintessence du non-lieu…

« Contre la mon­dia­li­sa­tion, quin­tes­sence du non-lieu, qui pousse à la déter­ri­to­ria­li­sa­tion et au déles­tage des attaches sym­bo­liques, le peuple des lais­sés-pour-compte plé­bis­cite le lieu comme pre­mière com­po­sante du lien. Le vil­lage cou­tu­mier contre le vil­lage pla­né­taire. Le vil­lage comme capi­tal social et cultu­rel pro­tec­teur à l’heure où l’É­tat ne pro­tège plus. Être, c’est habi­ter. Com­prendre que per­sonne n’échappe tota­le­ment à la marque des ori­gines, à l’imprégnation de l’enfance et à la conta­gion des paysages. »

Patrick Buis­son
La Cause du peuple, édi­tions Per­rin, 2016

L’assise de la France…

« L’assise de la France tient à ce dépôt mil­lé­naire, elle tient à ce qu’elle existe autant par des mil­lions d’hommes vivants que par un mil­liard d’hommes morts. La vraie assise, la voi­là. Quand on est du même champ, alors on est pour tou­jours du même temps. »

Phi­lippe de Villiers
Les cloches son­ne­ront-elles encore demain ?, Albin Michel, 2016

Alors que l’on croyait le peuple naturellement attaché à l’émancipation…

« Décep­tion inat­ten­due et cruelle : alors que l’on croyait le peuple natu­rel­le­ment atta­ché à l’é­man­ci­pa­tion (étant l’op­pri­mé et la vic­time dans l’his­toire, il ne pou­vait être que com­plice de cette idéo­lo­gie qui le déli­vrait), voi­là qu’en masse il s’a­vise de jouer le traître et de prendre la défense de l’en­ra­ci­ne­ment. Même décep­tion que celle qui advint à Lénine en son temps. On ne se demande pas pour­quoi cette félo­nie. Mais bien plu­tôt, on pense que l’on a affaire à un mau­vais peuple, et l’é­lite com­mence à l’a­go­nir d’in­jures en le décri­vant comme un ramas­sis d’apostats. »

Chan­tal Delsol
Popu­lisme, les demeu­rés de l’his­toire, édi­tions du Rocher, 2015

Les Français ont sous leurs pieds…

« Les Fran­çais ont sous leurs pieds le sol qui contient pro­por­tion­nel­le­ment aux vivants le plus grand nombre de morts : 15 mil­liards de tombes pèsent plus lourd que 50 mil­lions de vivants. »

Pierre Chau­nu
His­toire des sen­si­bi­li­tés des Fran­çais à la France, Robert Laf­font, 1982

Naître sans héritage, grandir sans apanage, mourir…

« Naître sans héri­tage, gran­dir sans apa­nage, mou­rir sans lignage, c’est le lot de l’homme de pas­sage, de l’homme sans ancrage. L’homme de rien. Qui ne trouve rien en arri­vant, qui ne laisse rien en par­tant. Qui, fina­le­ment, n’aime rien. Rien que lui-même, ses pul­sions et appétences. »

Phi­lippe de Villiers
Les cloches son­ne­ront-elles encore demain ?, Albin Michel, 2016

La France n’est pas un espace aléatoire…

« La France n’est pas un espace aléa­toire. Une ter­ra nul­lius. On ne peut pas en dis­po­ser comme d’une feuille blanche. Le par­che­min est déjà écrit. Il est char­gé de signes, de cica­trices, de tes­ta­ments, de belles inten­tions. Il vient enlu­mi­ner nos pauvres vies. On ne tra­verse pas la France comme une plaine sablon­neuse sans fin. On y séjourne en ses pérennités. »

Phi­lippe de Villiers
Les cloches son­ne­ront-elles encore demain ?, Albin Michel, 2016

Un pays peut perdre sa richesse, il n’en meurt pas…

« Un pays peut perdre sa richesse, il n’en meurt pas. Il peut perdre ses liber­tés, être acca­blé d’impôts, détruire ses pay­sages, aban­don­ner sa sou­ve­rai­ne­té même, il n’en meurt pas. De tout cela, il peut se rele­ver. Mais s’il perd son iden­ti­té, qu’il ne sait plus ce qu’il est, d’où il vient, où est sa vraie richesse, alors il meurt. »

Phi­lippe de Villiers
Les cloches son­ne­ront-elles encore demain ?, Albin Michel, 2016

Il remarqua que le soleil se couchait loin dans le nord…

« Il remar­qua que le soleil se cou­chait loin dans le nord. Il lui revint à l’esprit qu’on appro­chait du sol­stice et, voyez comme vont les choses, il pen­sa tout à coup aux feux de la Saint Jean qu’il aurait aimé sau­ter en tenant Eve par la main. »

Hen­ri Vincenot
Le pape des escar­gots, édi­tions Denoël, 1972

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés