Thème

Citations sur l'enracinement

La collectivité a ses racines dans le passé…

« […] La col­lec­ti­vi­té a ses racines dans le pas­sé. Elle consti­tue l’unique organe de conser­va­tion pour les tré­sors spi­ri­tuels amas­sés par les morts, l’unique organe de trans­mis­sion par l’intermédiaire duquel les morts puissent par­ler aux vivants. Et l’unique chose ter­restre qui ait un lien direct avec la des­ti­née éter­nelle de l’homme, c’est le rayon­ne­ment de ceux qui ont su prendre une conscience com­plète de cette des­ti­née, trans­mis de géné­ra­tion en génération. »

Simone Weil
L’enracinement, 1943, édi­tions Gal­li­mard, 1949

Dès le début de son action…

« Dès le début de son action, Pearse avait com­pris que les hommes qui veulent retrou­ver leurs racines doivent d’abord hono­rer ceux qui les ont pré­cé­dés sur cette voie magni­fique et ingrate du retour vers soi-même. »

Jean Mabire
Patrick Pearse, une vie pour l’Irlande, édi­tions Terre et Peuple, 1998

La véritable géographie homérique…

« La véri­table géo­gra­phie homé­rique réside dans cette archi­tec­ture : la patrie, le foyer, le royaume. L’île d’où l’on vient, le palais où l’on règne, l’alcôve où l’on aime, le domaine où l’on bâtit. On ne sau­rait se mon­trer fier de son propre reflet si l’on ne peut pas se pré­tendre de quelque part. »

Syl­vain Tesson
Un été avec Homère, Édi­tions des Équa­teurs, 2018

Le déracinement déracine tout…

« Le déra­ci­ne­ment déra­cine tout, sauf le besoin de racines. »

Chris­to­pher Lasch
Culture de masse ou culture popu­laire ? (Mass Culture Recon­si­de­red ?), in demo­cra­cy, octobre 1981, édi­tions Flam­ma­rion, coll. Cli­mats, 2001

Que retient-on de ces premiers chants de l’Odyssée ?…

« Que retient-on de ces pre­miers chants de l’Odyssée ?
La vie nous impose des devoirs.
Il importe d’abord de ne pas trans­gres­ser la mesure du monde.
S’il faut répa­rer un for­fait com­mis, il ne faut pas dévier de sa course ni renier les objec­tifs fixés.
Enfin, ne jamais oublier l’individu que l’on est, ni l’endroit d’où l’on vient, ni l’endroit où l’on va. »

Syl­vain Tesson
Un été avec Homère, Édi­tions des Équa­teurs, 2018

Le pays n’est pas un slogan : ce n’est qu’un petit…

« Le pays n’est pas un slo­gan : ce n’est qu’un petit mot modeste, mais c’est aus­si la poi­gnée de terre où leur âme s’enracine. L’État, la nation sont des concepts flous, mais ils savent ce que pays veut dire. Le pays, c’est un sen­ti­ment que la plante est capable d’éprouver. »

Ernst Jün­ger
La Guerre notre Mère (Der Kampf als inneres Erleb­nis), 1922, trad. Jean Dahel, édi­tions Albin Michel, 1934

Il serait vain de se détourner du passé…

« Il serait vain de se détour­ner du pas­sé pour ne pen­ser qu’à l’avenir. C’est une illu­sion dan­ge­reuse de croire qu’il y ait même là une pos­si­bi­li­té. L’opposition entre l’avenir et le pas­sé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien ; c’est nous qui pour le construire devons tout lui don­ner, lui don­ner notre vie elle-même. Mais pour don­ner il faut pos­sé­der, et nous ne pos­sé­dons d’autre vie, d’autre sève, que les tré­sors héri­tés du pas­sé et digé­rés, assi­mi­lés, recréés par nous. De tous les besoins de l’âme humaine, il n’y en a pas de plus vital que le passé. »

Simone Weil
L’enracinement, 1943, édi­tions Gal­li­mard, 1949

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés