Thème

Citations sur la vanité

Je suis né gentilhomme…

« Je suis né gen­til­homme. Selon moi, j’ai pro­fi­té du hasard de mon ber­ceau, j’ai gar­dé cet amour plus ferme de la liber­té qui appar­tient prin­ci­pa­le­ment à l’aris­to­cra­tie dont la der­nière heure est son­née. L’aristocratie a trois âges suc­ces­sifs : l’âge des supé­rio­ri­tés, l’âge des pri­vi­lèges, l’âge des vani­tés ; sor­tie du pre­mier, elle dégé­nère dans le second et s’éteint dans le dernier. »

Fran­çois-René de Chateaubriand
Mémoires d’outre-tombe, 1849 – 1850, Livre pre­mier, texte éta­bli par Edmond Biré, Gar­nier frères édi­teur, 1910

La misère de l’homme…

« La misère de l’homme ne consiste pas seule­ment dans la fai­blesse de sa rai­son, l’in­quié­tude de son esprit, le trouble de son cœur ; elle se voit encore dans un cer­tain fond ridi­cule des affaires humaines. Les révo­lu­tions sur­tout découvrent cette insuf­fi­sance de notre nature : si vous les consi­dé­rez dans l’en­semble, elles sont impo­santes ; si vous péné­trez dans le détail, vous aper­ce­vez tant d’i­nep­tie et de bas­sesse, tant d’hommes renom­més qui n’é­taient rien, tant de choses dites l’œuvre du génie qui furent l’œuvre du hasard, que vous êtes éga­le­ment éton­né et de la gran­deur des consé­quences et de la peti­tesse des causes. »

Fran­çois-René de Chateaubriand
Pen­sées, réflexions et maximes, Pour­rat frères édi­teurs, 1836

Tant de lâcheté, de faiblesse…

« Rares sont ceux qui, comme nous ici au front, voient s’é­crou­ler tant de façades, rares sont ceux qui, comme nous, ont vu tant de bas­sesse, tant de lâche­té, de fai­blesse, d’é­goïsme, de vani­té, mais rares sont ceux qui, comme nous, ont vu tant de digni­té et de noblesse morale. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Dans les faits, plus la prétention de l’économie à sortir

« Dans les faits, plus la pré­ten­tion de l’économie à sor­tir de la mai­son pour deve­nir mon­diale se tra­duit par des normes, des règles et des formes uniques, plus la réa­li­té s’en éloigne, plus la véri­té s’enfuit comme du sable entre les doigts de ceux qui savent bien que les règles et les formes sont tout ce dont la vie s’échappe. […] Vu depuis le monde qui vient, notre sys­tème du monde est d’abord carac­té­ri­sé par la naï­ve­té de la rai­son, qui le conduit à balayer ce qu’il ne com­prend pas, à consi­dé­rer insi­gni­fiant et même inexis­tant ce qu’il n’explique pas, même si des siècles ou des mil­lé­naires l’ont vali­dé, comme si ce qui paraît ne pas avoir de sens ne fai­sait pas sens. Croire que ce qui est bon pour nous l’est pour les autres abou­tit à pro­mettre à ceux qui ne l’ont pas vécue qu’ils pour­ront repro­duire la sin­gu­lière aven­ture de l’Europe et de l’Occident : le simple bon sens suf­fit pour sen­tir la vani­té, plus encore, la faute de cette promesse. »

Her­vé Juvin
Le ren­ver­se­ment du monde. Poli­tique de la crise, édi­tions Gal­li­mard, 2010

L’Iliade n’est pas seulement le poème de la guerre de Troie…

« L’Iliade n’est pas seule­ment le poème de la guerre de Troie, c’est celui de la des­ti­née telle que la per­ce­vaient nos ancêtres boréens, qu’ils soient grecs, celtes, ger­mains, slaves ou latins. Le Poète y dit la noblesse face au fléau de la guerre. Il dit le cou­rage des héros qui tuent et meurent. Il dit le sacri­fice des défen­seurs de leur patrie, la dou­leur des femmes, l’adieu du père à son fils qui le conti­nue­ra, l’accablement des vieillards. Il dit bien d’autres choses encore, l’ambition des chefs, leur vani­té, leurs que­relles. Il dit encore la bra­voure et la lâche­té, l’amitié, l’amour et la ten­dresse. Il dit le goût de la gloire qui tire les hommes à la hau­teur des dieux. Ce poème où règne la mort dit l’amour de la vie et aus­si l’honneur pla­cé plus haut que la vie, et qui rend plus fort que les dieux. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, Via Roma­na, 2011

Comme je le craignais, mes nerfs furent d’abord…

« Comme je le crai­gnais, mes nerfs furent d’abord rebrous­sés au contact de cette huma­ni­té qui n’est jamais si laide que dans ces orgies de vani­té à bon mar­ché où des mil­liers d’invitations lan­cées au hasard ras­semblent pêle-mêle les ministres et les concierges, les par­ve­nus et les res­quilleurs, les célé­bri­tés éphé­mères et les ratés avides de faux sem­blant, les légi­times et les illé­gi­times, les gardes muni­ci­paux, les pick­po­ckets, les ouvreuses, tant de gens laids, mal habillés, secrè­te­ment sales, ivres de la plus fade tisane d’amour-propre. »

Pierre Drieu la Rochelle
La Comé­die de Char­le­roi, 1934, édi­tions Gal­li­mard, coll. L’Imaginaire, 1996

Mais viser l’excellence ne se confond pas avec le vulgaire…

« Mais viser l’excellence ne se confond pas avec le vul­gaire com­pé­ti­tion pour la réus­site, les hon­neurs ou l’argent. La com­pé­ti­tion n’est pas le but. Elle est le sti­mu­lant. Cette dif­fé­rence per­met de dis­tin­guer entre l’authenticité et son contraire, la fier­té, la vanité. »

Domi­nique Venner
Un samou­raï d’Occident. Le Bré­viaire des insou­mis, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2013

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés