Le livre
Le pèlerin entre deux mondes

Le pèlerin entre deux mondes

Auteur : Wal­ter Flex
Édi­teur : édi­tions Les Amis de la Culture Euro­péenne (2020, 2ème édi­tion française)

Pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : Par une nuit de tem­pête sur le front de Lor­raine en 1914, un étu­diant, volon­taire de guerre, grif­fonne les pre­miers vers de ce qui va deve­nir un des plus fameux chants d’Europe : « Les oies sau­vages… » (deve­nu par les vicis­si­tudes de l’histoire hymne du feu 1er REP). C’est éga­le­ment le début d’un des ouvrages alle­mands les plus popu­laires de la Pre­mière Guerre mon­diale. Dans le havre­sac des sol­dats, ce jour­nal de guerre côtoie Nietzsche, Scho­pen­hauer ou Löns. C’est que Le pèle­rin entre deux mondes est un hymne pas­sion­né à l’esprit des Wan­der­vo­gel (Oiseaux migra­teurs), mou­ve­ment de jeu­nesse qui asso­cie retour à la nature et sagesse… Que la guerre, puisqu’elle s’est impo­sée, serve de révé­la­teur à cet art de vivre, annonce d’une nou­velle com­mu­nau­té qui doit émer­ger dans l’avenir. Les appels presque mys­tiques au soleil et à l’esprit des forêts, la ten­dresse et la poé­sie qui baignent le récit de Wal­ter Flex, les évo­ca­tions d’un chris­tia­nisme viril et d’un paga­nisme com­pa­tis­sant, l’absence de haine pour l’adversaire, le cri des oies sau­vages deviennent autant d’échos des aspi­ra­tions pro­fondes du peuple. Contre les pesan­teurs et les men­songes d’une socié­té indi­vi­dua­liste et mer­can­tile, l’esprit Wan­der­vo­gel déve­loppe une péda­go­gie de la libé­ra­tion et du res­pect (« Res­ter pur et deve­nir mûr »).
Dans cette réédi­tion, la pré­sen­ta­tion et la tra­duc­tion de Phil­lipe Marcq res­ti­tuent sobre­ment la lumi­neuse poé­sie du texte ori­gi­nal. L’introduction de Robert Steu­ckers, quant à elle, évoque par­fai­te­ment l’œuvre et le contexte spi­ri­tuel d’un auteur incon­nu en France et oublié en Alle­magne. Nous la don­nons ici à lire.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 18 citations extraites du livre

Tant de lâcheté, de faiblesse...

« Rares sont ceux qui, comme nous ici au front, voient s’é­crou­ler tant de façades, rares sont ceux qui, comme nous, ont vu tant de bas­sesse, tant de lâche­té, de fai­blesse, d’é­goïsme, de vani­té, mais rares sont ceux qui, comme nous, ont vu tant de digni­té et de noblesse morale. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

En excitant la combativité de la jeunesse...

« En exci­tant la com­ba­ti­vi­té de la jeu­nesse, on la rend plus orgueilleuse et bruyante, en la pre­nant d’une main mal­adroite, on la rend laide. La jeu­nesse à l’é­tat natu­rel est tou­jours modeste, gen­tille, recon­nais­sante pour tout ce qu’on lui accorde avec cœur, mais qui­conque se mêle d’é­du­quer sans savoir éveiller le res­pect, n’a pas à s’é­ton­ner s’il n’é­veille qu’in­so­lence et cruauté. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Son christianisme était force et vie...

« Son chris­tia­nisme était force et vie. Un éveil au sen­ti­ment reli­gieux issu de la lâche­té, était à ses yeux chose lamen­table. Un silen­cieux et cor­dial mépris l’a­ni­mait à l’é­gard de la pro­li­fé­ra­tion, aus­si bien au front qu’à l’in­té­rieur, du chris­tia­nisme né de la peur et de la prière, fille de la panique, pra­ti­quée par les poltrons. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Cet homme, élancé, beau, vêtu de sa tunique grise râpée...

« Cet homme, élan­cé, beau, vêtu de sa tunique grise râpée, des­cen­dant en pèle­rin les flancs de la mon­tagne, la clar­té de ses yeux gris débor­dant d’é­clat et d’une nos­tal­gie sûre de son objet, était Zara­thus­tra des­cen­dant des hau­teurs, ou bien le Pèle­rin de Goethe. Le soleil jouait dans la fine pous­sière de craie que ses pieds et les nôtres sou­le­vaient, et la lumi­neuse roche du che­min sem­blait son­ner sous ses semelles… »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

La mort et la naissance ne me semblent pas être en opposition...

« La mort et la nais­sance ne me semblent pas être en oppo­si­tion, mais sont comme des stades supé­rieurs et infé­rieurs dans le déve­lop­pe­ment de la vie… Ceux qui sont tom­bés pour le soleil de leur terre et pour pro­té­ger la joie des géné­ra­tions futures ne veulent pas que nous les tra­his­sions par des deuils qui ne sont indices que de nos fai­blesses, des deuils qui ne pleurent que la part que nous aurions pu avoir dans les mois­sons de leur vie. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

De plus en plus abrupte, la pente de la route...

« De plus en plus abrupte, la pente de la route nous pous­sait dans l’é­ten­due de la plaine lor­raine. Fai­sant un brusque coude, elle for­çait, à mi-hau­teur, le regard à se retour­ner sou­dain et à mon­ter jus­qu’à l’é­glise de Hâton­cha­tel bai­gnant dans les feux de l’au­rore et les brumes du matin. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Pourquoi est-ce toute la beauté de la vie qui saisit...

« Pour­quoi est-ce toute la beau­té de la vie qui sai­sit, au lieu que ce soit nous qui la sai­sis­sions ? Hélas, de même que l’homme est pous­sière et rede­vien­dra pous­sière, toute beau­té est nos­tal­gie et rede­vient nos­tal­gie. Nous la pour­sui­vons jus­qu’à ce qu’elle devienne nos­tal­gie. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

L'évolution de l'humanité a atteint sa forme la plus parfaite...

« Je crois, en effet, que l’é­vo­lu­tion de l’hu­ma­ni­té a atteint sa forme la plus par­faite, pour l’in­di­vi­du comme pour son évo­lu­tion inté­rieure, dans le peuple, et que le patrio­tisme pan-huma­ni­taire repré­sente une dis­so­lu­tion qui libère une nou­velle fois l’é­goïsme per­son­nel, nor­ma­le­ment bri­dé par l’a­mour por­té au peuple, et fait reve­nir l’hu­ma­ni­té entière à l’é­goïsme dans sa forme la plus crue. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Venant de Galicie, grondait le tonnerre de nouveaux combats violents...

« Venant de Gali­cie, gron­dait le ton­nerre de nou­veaux com­bats vio­lents, et les membres gigan­tesques de l’ar­mée de Hin­den­burg, appa­rem­ment engour­dis dans un repos de fer, se mirent à s’é­ti­rer et à s’é­tendre, jus­qu’à ce que le gron­de­ment des com­bats gagne, sans crier gare, toute l’é­ten­due du front. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Nous poursuivions notre marche...

« Nous pour­sui­vions notre marche, tra­ver­sant des vil­lages vides aux cabanes noir­cies par l’âge avec des toits de chaume, feu­trés de mousse, pas­sant devant des tombes fraî­che­ment creu­sées, pas­sant devant le fan­to­ma­tique spec­tacle des cime­tières let­tons à l’a­ban­don avec leurs gigan­tesques croix de bois noires, dont les bras s’é­lèvent au-des­sus d’un rem­part de blocs de pierres bruts, tels de mys­té­rieux ossuaires, tels des lieux de sup­plices vides, aban­don­nés. Cadavres de che­vaux, car­rioles aban­don­nées, lam­beaux d’uni­formes, car­touches épar­pillées par terre jon­chaient le che­min et les champs, flan­qués de récoltes écra­sées et fou­lées aux pieds… »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés