Thème

Citations sur la lâcheté

Pourquoi si mous, si fléchissants, si mollissants ?

« Pour­quoi si mous, si flé­chis­sants, si mol­lis­sants ? Pour­quoi y a‑t‑il tant de renie­ment, tant d’abnégation dans votre cœur ? Si peu de des­ti­née dans votre regard ? […] Ô mes frères, je place au-des­sus de vous cette table nou­velle : Deve­nez durs ! »

Frie­drich Nietzsche
Le mar­teau parle in Ain­si par­lait Zara­thous­traUn livre pour tous et pour per­sonne (Also sprach Zara­thus­tra – Ein Buch für Alle und Kei­nen), 1883 – 1885, trad. Gene­viève Blan­quis, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2006

En 1808, au cours de son voyage dans l’Ouest, Napoléon…

« En 1808, au cours de son voyage dans l’Ouest, Napo­léon ren­con­tra aux Quatre-Chemins-de‑l’Oie une héroïne de la grande révolte ven­déenne. À vingt ans, elle avait com­bat­tu les Bleus pis­to­let au poing. On la pré­sen­ta à l’Empereur qui l’embrassa et la fit embras­ser par l’Impératrice. À ce moment, un homme s’avança. Napo­léon l’interrogea :
 — Et vous, mon­sieur qui saluez si bas, qui êtes-vous ?
 — Mais, répon­dit l’autre, je suis le maire de Saint-Florent, le frère de made­moi­selle Regrenil.
 — Que fai­siez-vous, inter­ro­gea l’Empereur, pen­dant que votre sœur se bat­tait si bien ?
Et le maire, se croyant habile, répondit :
 — Sire, moi, j’étais neutre.
 — Neutre ! écla­ta Napo­léon, alors vous n’êtes qu’un lâche, un jean-foutre.
Et il le chas­sa de sa vue. »

Domi­nique Venner
Le cœur rebelle, Les Belles Lettres, 1994, réédi­tion Pierre-Guillaume de Roux, 2014

L’Iliade n’est pas seulement le poème de la guerre de Troie…

« L’Iliade n’est pas seule­ment le poème de la guerre de Troie, c’est celui de la des­ti­née telle que la per­ce­vaient nos ancêtres boréens, qu’ils soient grecs, celtes, ger­mains, slaves ou latins. Le Poète y dit la noblesse face au fléau de la guerre. Il dit le cou­rage des héros qui tuent et meurent. Il dit le sacri­fice des défen­seurs de leur patrie, la dou­leur des femmes, l’adieu du père à son fils qui le conti­nue­ra, l’accablement des vieillards. Il dit bien d’autres choses encore, l’ambition des chefs, leur vani­té, leurs que­relles. Il dit encore la bra­voure et la lâche­té, l’amitié, l’amour et la ten­dresse. Il dit le goût de la gloire qui tire les hommes à la hau­teur des dieux. Ce poème où règne la mort dit l’amour de la vie et aus­si l’honneur pla­cé plus haut que la vie, et qui rend plus fort que les dieux. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, Via Roma­na, 2011

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés