Thème

Citations sur la littérature

Le message de Jean Scot Erigène…

« Le mes­sage de Jean Scot Eri­gène, et à tra­vers lui des pen­seurs néo­pla­to­ni­ciens, n’a jamais ces­sé de tra­vailler sou­ter­rai­ne­ment la conscience occi­den­tale, des flam­boie­ments de la mys­tique rhé­nane à la grande insur­rec­tion du roman­tisme alle­mand, en pas­sant par Jacob Boehme et William Blake. Plus près de nous, c’est sa redé­cou­verte par Yeats qui, de l’aveu même du poète, don­na à la Renais­sance irlan­daise son élan et sa profondeur. »

Michel Le Bris
Jean Scot Eri­gène, dis­si­dent cel­tique en Europe, in L’Irlande ou les musiques de l’âme, Asso­cia­tion Artus, édi­tions Ouest-France, 1995

Le culte du passé, c’est le mémorial de la famille…

« Le culte du pas­sé, c’est le mémo­rial de la famille, le bla­son de la chau­mière, la gloire du foyer. C’est la source vivi­fiante où le sen­ti­ment de l’honneur se raf­fer­mit, où le cœur se retrempe. C’est, aux jours de repos, la légende qui édi­fie, le conte qui recrée, la chan­son qui fait rire. C’est, aux jours d’anxiété, la poé­sie d’Ossian qui entend la parole des siens dans le souffle des vents et voit appa­raître leur blanche figure dans les lueurs du cré­pus­cule, dans les contours des nuages. »

Xavier Mar­mier
Prose et Vers, 1890, édi­tions Hachette Livre, 2018

Dans les nuits d’angoisse…

« Dans les nuits d’angoisse, jamais les livres ne m’ont à ce point sem­blé des com­pa­gnons. Sans eux, serais-je debout ? Étrange sen­sa­tion d’entendre les élites poli­tiques se van­ter de ne plus jamais lire (la cyber girl Fleur Pel­le­rin, par exemple) et pro­mettre avec enthou­siasme, l’avènement de géné­ra­tions ultra-connec­tées. »

Syl­vain Tesson
Une très légère oscil­la­tion, jour­nal 2014 – 2017, Édi­tions des Équa­teurs, 2017

Il existe une littérature politiquement correcte…

« Il existe une lit­té­ra­ture poli­ti­que­ment cor­recte, mais je ne la lis pas beau­coup. En géné­ral, on lit quelques lignes, quelques pages et l’on com­prend que l’au­teur racole le lec­teur à coups de bons sen­ti­ments, d’indi­gna­tions comme il faut, de révoltes bien coif­fées. C’est peut-être néces­saire : on aime se voir tout beau dans le miroir des livres. »

Patrice Jean
Qu’un écri­vain puisse être en paix avec son temps me paraît vrai­ment curieux, entre­tien au Figa­ro, par Eugé­nie Bas­tié, 29 sep­tembre 2017

Le jeune être qui venait à nous était ivre de printemps…

« Le jeune être qui venait à nous était ivre de prin­temps. La tête reje­tée en arrière, il se lais­sait entiè­re­ment inon­der par les flots du soleil de mai, immo­bile en eux, il était là, les bras allon­gés en toute liber­té et les mains ouvertes. Ses lèvres s’ou­vrirent à la fer­veur des vers goe­théens, qui, libres et légers, s’en­vo­laient de ses lèvres comme s’il venait de trou­ver les mots éternels »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

Pour consolation, comme toujours, il reste les livres, vaisseaux légers…

« Pour conso­la­tion, comme tou­jours, il reste les livres, vais­seaux légers et sûrs en vue des errances à tra­vers le temps et l’es­pace, voire au-delà d’eux. Tant qu’on a encore un livre sous la main et le loi­sir de la lec­ture, une situa­tion ne peut être déses­pé­rée, ni tout à fait dépour­vue de liber­té. »

Ernst Jün­ger
La cabane dans la vigne, jour­nal 1945 – 1948, (Jahre der Okku­pa­tion), 1958, trad. Julien Her­vier, Chris­tian Bour­gois édi­teur, 2014

J’ai proposé, dans d’autres livres, une morale tragique…

« J’ai pro­po­sé, dans d’autres livres, une morale tra­gique. Une morale des sommes d’où des­cendent, vers le champ des hommes, les maîtres et les héros. Si j’ai for­ti­fié mes lec­teurs, je n’ai pas per­du mon temps. Si je leur ai arra­ché les écailles des yeux, nous serons alors au moins quelques-uns à nous regar­der sans obs­cé­ni­té, dans la foule, et quelle que soit notre race – celle des héros admi­rables qui vont, ou celle de ceux qui, plus infirmes, les suivent, ou encore celle de ceux qui regardent pas­ser la colonne avec, dans les yeux, l’admiration qui révère – oui, quelle que soit notre race, nous sau­rons qu’elle est bonne. J’ai célé­bré le che­va­lier de Dürer qui va, accom­pa­gné de la Mort et guet­té par le Diable. Der­rière lui, je vois des sou­dards qui le suivent et aux­quels il trace la route, dans la sombre forêt. Sur son pas­sage, les pay­sans saluent et se taisent. Che­va­lier et sou­dards vont vers un loin­tain où il y a la guerre. Ils ne demandent rien. Ils vont mou­rir pour toi, pay­san, pour ta forêt, tes cochons noirs, tes trois poules étiques, ta masure de chaume et tes enfants qui reniflent. Regarde-les pas­ser. Si tu les salues et si tu ne vas pas, cou­rant par tra­verses et rac­cour­cis, pré­ve­nir l’ennemi qui les attend, tu es digne d’eux. Cette digni­té, c’est tout ce qu’on te demande. »

Jean Cau
Pour­quoi la France, édi­tions de La Table Ronde, 1975

Dans les tranchées, toutes sortes d’esprits étrangers…

« Dans les tran­chées, toutes sortes d’es­prits étran­gers les uns aux autres ont bien été for­cés d’êtres bons cama­rades. Avec les livres, il n’en va pas autre­ment qu’a­vec les hommes. Ils ont beau être dif­fé­rents, il leur suf­fit d’être forts et hon­nêtes et de savoir s’af­fir­mer, cela donne la meilleure cama­ra­de­rie. »

Wal­ter Flex
Le pèle­rin entre deux mondes (Der Wan­de­rer zwi­schen bei­den Wel­ten), 1916, trad. Phi­lippe Marcq, édi­tions ACE, 2020

L’Iliade n’est pas seulement le poème de la guerre de Troie…

« L’Iliade n’est pas seule­ment le poème de la guerre de Troie, c’est celui de la des­ti­née telle que la per­ce­vaient nos ancêtres boréens, qu’ils soient grecs, celtes, ger­mains, slaves ou latins. Le Poète y dit la noblesse face au fléau de la guerre. Il dit le cou­rage des héros qui tuent et meurent. Il dit le sacri­fice des défen­seurs de leur patrie, la dou­leur des femmes, l’adieu du père à son fils qui le conti­nue­ra, l’accablement des vieillards. Il dit bien d’autres choses encore, l’ambition des chefs, leur vani­té, leurs que­relles. Il dit encore la bra­voure et la lâche­té, l’amitié, l’amour et la ten­dresse. Il dit le goût de la gloire qui tire les hommes à la hau­teur des dieux. Ce poème où règne la mort dit l’amour de la vie et aus­si l’honneur pla­cé plus haut que la vie, et qui rend plus fort que les dieux. »

Domi­nique Venner
Le Choc de l’Histoire, Via Roma­na, 2011

Homère est nouveau ce matin…

« Homère est nou­veau ce matin et rien n’est peut-être aus­si vieux que le jour­nal d’aujourd’hui. »

Charles Péguy
Notes sur M. Berg­son et la phi­lo­so­phie berg­so­nienne, Les Cahiers de la Quin­zaine, XV‑8, 1914, in Œuvres en prose com­plètes, Tome III, édi­tions Gal­li­mard, coll. Biblio­thèque de la Pléiade, 1992

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés