Certes, je suis seul et je m’avance inconnu…

« Certes, je suis seul et je m’avance incon­nu par­mi eux. Mais celui qui est un homme ne peut-il pas plus que cent qui sont seule­ment des tron­çons d’hommes ? »

Frie­drich Höl­der­lin
Hypé­rion ou l’Er­mite de Grèce (Hyper­ion oder Der Ere­mit in Grie­chen­land), 1797, trad. Jean-Pierre Lefebvre, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2005

Nous ne sommes pas de ceux qui ne pensent qu’au sein des livres…

« Nous ne sommes pas de ceux qui ne pensent qu’au sein des livres et dont l’idée attend pour naître les impul­sions de l’imprimé ; notre habi­tude est de pen­ser au grand air, mar­chant, sau­tant, mon­tant, dan­sant, et de pré­fé­rence sur les mon­tagnes soli­taires ou sur l’extrême bord de la mer, là où les che­mins se font médi­ta­tifs eux-mêmes. »

Frie­drich Nietzsche
Le Gai Savoir (Die fröh­liche Wis­sen­schaft, la gaya scien­za), 1882, trad. Patrick Wot­ling, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 2007

La condition par excellence de la vie…

« La condi­tion par excel­lence de la vie, de la san­té et de la force chez l’être orga­ni­sé, est l’action. C’est par l’action qu’il déve­loppe ses facul­tés, qu’il en aug­mente l’énergie, et qu’il atteint la plé­ni­tude de sa des­ti­née. »

Pierre-Joseph Prou­dhon
La guerre et la paix, 1861, édi­tions Hachette Livre – BNF, 2016

Il faut distinguer la morale de l’éthique…

« Il faut dis­tin­guer la morale de l’éthique. La morale défi­nit un mini­mum : il s’agit de se com­por­ter de manière à res­pec­ter la per­sonne d’autrui. Mais elle ne dit rien du com­ment vivre’ ni du vivre bien’, qui relève d’un choix. Ce choix de vie, cette éthique se construit en fonc­tion des valeurs que nous esti­mons suprêmes. La vie a un sens dans la mesure où l’on atteint la réa­li­sa­tion des valeurs qui, pour nous, font qu’elle mérite d’être vécue. »

Mar­cel Conche
Épi­cure en Cor­rèze, édi­tions Stock, 2014

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés