Le livre
Les deux patries

Les deux patries

Auteur : Jean de Viguerie
Édi­teur : Domi­nique Mar­tin Morin édi­teur (2017)

Pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : Il existe bien deux patries. L’une est la terre des pères, le pays de la nais­sance et de l’é­du­ca­tion. Celle-ci a tou­jours exis­té. L’autre est récente. Elle date des Lumières et de la Révo­lu­tion. Elle repré­sente l’i­déo­lo­gie révo­lu­tion­naire. Les paroles de la Mar­seillaise expriment son idéal. La pre­mière est la France. La seconde n’est pas la France, mais la France est son sup­port et son ins­tru­ment. À cha­cune son patrio­tisme : celui de la pre­mière est fait de gra­ti­tude et de pié­té ; celui de la seconde est mar­qué par la pas­sion et par la déme­sure. Le patrio­tisme tra­di­tion­nel impose le devoir de recon­nais­sance. Le patrio­tisme révo­lu­tion­naire exige le sacri­fice d’in­nom­brables vies. On voit com­bien les deux patries et les deux patrio­tismes sont étran­gers l’un à l’autre. Pour­tant, depuis 1789, les Fran­çais n’ont ces­sé de les asso­cier, allant même jus­qu’à les confondre. Au point de voir la France dans la patrie révo­lu­tion­naire et de vouer à la douce terre natale la vio­lente pas­sion du patrio­tisme idéo­lo­gique. Seule­ment cette confu­sion ils ne l’ont pas com­mise d’eux-mêmes, mais par l’ef­fet d’une longue et habile mani­pu­la­tion. Si la patrie révo­lu­tion­naire a été sub­sti­tuée à la France, à notre pays, cela s’est fait à l’in­su des Fran­çais. La trom­pe­rie a culmi­né avec les guerres et sur­tout celle de 1914 – 1918. On a dit aux Fran­çais en 1914 : « c’est la guerre du droit », et ils l’ont cru. Avant tout ils ont cru que la guerre du droit était la guerre de la France. Alors ils ont enga­gé tout leur cou­rage et sont allés se faire tuer par cen­taines de mil­liers. On sait que ce grand mas­sacre a épui­sé la sub­stance de la France. Le pré­sent livre évoque l’his­toire des deux patries et des deux patrio­tismes. Il montre com­ment la patrie révo­lu­tion­naire a cap­té la patrie tra­di­tion­nelle, la patrie qui était la France, pour se sub­sti­tuer à elle, et fina­le­ment la détruire.

Acheter chez un libraire indépendant

Découvrez 2 citations extraites du livre

Il existe bien deux patries...

« Il existe bien deux patries. L’une est la terre des pères, le pays de la nais­sance et de l’éducation. Celle-ci a tou­jours exis­té. L’autre est récente. Elle date des Lumières et de la Révo­lu­tion. Elle repré­sente l’idéologie révo­lu­tion­naire. Les paroles de la Mar­seillaise expriment son idéal. La pre­mière est la France. La seconde n’est pas la France, mais la France est son sup­port et son instrument. »

Jean de Viguerie
Les deux patries, Domi­nique Mar­tin Morin édi­teur, 2017

La France réelle...

« On a cru de bonne foi que la patrie de la Révo­lu­tion c’était la France. On a pen­sé que l’État, même chan­gé par les ins­ti­tu­tions nou­velles, pour­rait ser­vir à nou­veau la France réelle et le bien com­mun. Ce fut une grande méprise et le début d’une confu­sion d’esprit qui dure encore aujourd’hui. »

Jean de Viguerie
Les deux patries, Domi­nique Mar­tin Morin édi­teur, 2017

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés