L’un des secrets du monde…

« L’un des secrets du monde, c’est qu’on a quel­que­fois le devoir de faire ce qu’on n’a pas le droit de faire, le corol­laire étant qu’on n’a pas le droit de faire ce qu’on a le devoir de faire. À l’homme d’ac­tion de prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés. Et de subir ensuite les dia­tribes des irres­pon­sables. »

Vla­di­mir Vol­koff
Opé­ra­tion Bar­ba­rie, Édi­tions des Syrtes, 2001

Être homme, c’est précisément être responsable…

« Être homme, c’est pré­ci­sé­ment être res­pon­sable. C’est connaître la honte en face d’une misère qui ne sem­blait pas dépendre de soi. C’est être fier d’une vic­toire que les cama­rades ont rem­por­tée. C’est sen­tir, en posant sa pierre, que l’on contri­bue à bâtir le monde. »

Antoine de Saint-Exu­pé­ry
Terre des hommes, Le Livre de Poche, 1939, p. 59

Nous n’avons qu’une seule vie…

« Nous n’avons qu’une seule vie et il faut lui don­ner du sens. Il faut don­ner du sens à ses actes, ne jamais renier ses ori­gines mais y pui­ser la force d’aller plus loin, refu­ser le confor­misme, cher­cher l’originalité et être capable de com­prendre tout le monde, de s’adapter, d’être indul­gent, sans oublier d’être exi­geant et sur­tout ne jamais céder sur les prin­cipes. »

Ber­nard Bar­re­ra
Opé­ra­tion Ser­val, Notes de guerre – Mali 2013, édi­tions du Seuil, 2015

La nostalgie est un penchant de paresseux…

« La nos­tal­gie est un pen­chant de pares­seux. Elle auto­rise à ne pas tra­quer dans le moment pré­sent les rai­sons de s’enthousiasmer. Elle per­met de se conten­ter de feuille­ter le gri­moire du pas­sé, en pleur­ni­chant sur les âges d’or per­dus. Elle affran­chit de tout effort explo­ra­toire, consti­tue la revanche des gei­gnards. »

Syl­vain Tes­son
Pré­face à Car­nets d’aventures, La Guilde euro­péenne du raid / Presses de la Renais­sance, 2007

Tu ne trouveras le répit…

« Tu ne trou­ve­ras le répit que dans la marche for­cée et la recons­truc­tion d’un pro­jet. Oui, pars pour que les choses adviennent et changent. Pars pour connaître le bon­heur plein de se décou­vrir, chaque matin un être nou­veau. Et pars dès l’aube quand le monde est encore pur. »

Clau­dine Vin­ce­not
Confi­dences des deux rivages, édi­tions Anne Car­rière, 1999

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés