Un projet de l'Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

Citatio, un portail ouvert sur notre civilisation

Nous menons un travail long et exigeant afin d'assurer la qualité des milliers de citations que nous vous proposons. Tout cela a un coût que vous pouvez nous aider à supporter faisant un don.

Thème

Citations d'un auteur belge

Citations d'un auteur belge : découvrez 13 citations de Jacques Dewitte, Robert Steuckers, Christopher Gérard, Ernst Jünger, George Berkeley

Il y a non seulement la nature en dehors de l’homme…

« Comme le montre très bien Camus, il y a non seule­ment la nature en dehors de l’homme, dont l’écologie poli­tique s’est empa­rée, mais aus­si la nature en l’homme, qui n’est d’ailleurs ni bonne, ni mau­vaise. Sans ce contre­poids qu’est l’amour du monde et des hommes tels qu’ils sont, sans cette accep­ta­tion du tra­gique de l’existence humaine, la révolte s’adosse à un pro­jet de sub­ver­sion, de décons­truc­tion, ou bien de des­truc­tion, comme les tota­li­ta­rismes qui ont cher­ché à saper tous les fon­de­ments anthro­po­lo­giques des socié­tés humaines pour fabri­quer de toutes pièces un homme nou­veau, libé­ré des entraves du pas­sé. »

Jacques Dewitte
« L’esprit conser­va­teur est le sou­ci de ce qui tient ensemble le monde de manière invi­sible », Limite, 12 mai 2016

Si le mouvement écologique est une prise de conscience…

« Si le mou­ve­ment éco­lo­gique est une prise de conscience de la déme­sure tech­no­lo­gique, cette conscience devrait s’étendre aux limites inhé­rentes à la condi­tion humaine et ne pas adhé­rer aux pro­jets divers mais conver­gents, qui vou­draient s’en prendre à la condi­tion sexuée, à l’énigme de la nais­sance et à la condi­tion mor­telle, qui favo­risent le carac­tère inter­chan­geable de toute chose et de tout être. Je constate aus­si qu’une autre branche de l’écologie, qui s’exprime chez les défen­seurs de la cause ani­male”, mani­feste fré­quem­ment une véri­table haine de l’humanité. »

Jacques Dewitte
« L’esprit conser­va­teur est le sou­ci de ce qui tient ensemble le monde de manière invi­sible », Limite, 12 mai 2016

Le droit de vote est considéré comme une évidence…

« Le droit de vote est consi­dé­ré comme une évi­dence, mais on ne lui accorde pas une grande valeur, on ne com­prend pas clai­re­ment l’en­jeu et le sérieux de ce droit. Cette igno­rance géné­rale des masses laisse aux mino­ri­tés actives une large marge de manœuvre. »

Robert Steu­ckers
« Des effets per­vers de la par­ti­to­cra­tie », Nou­velles de Syner­gies euro­péennes nº 41, juillet-août 1999

L’Occident anglais et américain s’est toujours opposé…

« L’Oc­ci­dent anglais et amé­ri­cain s’est tou­jours oppo­sé à cette orga­ni­sa­tion ger­ma­no-russe des bas­sins flu­viaux centre-euro­péens, ceux du Rhin et du Danube. Car elle aurait per­mis un tra­fic pétro­lier sous­trait à leur contrôle mari­time en Médi­ter­ra­née. La pers­pec­tive de cette for­mi­dable syner­gie euro-russe était le cau­che­mar des puis­sances occi­den­tales. Elle explique bon nombre de tra­di­tions mili­ta­ro-diplo­ma­tiques anglaises et amé­ri­caines (…) »

Robert Steu­ckers
« Les impli­ca­tions géo­po­li­tiques des Accords de Munich en 1938, Allo­cu­tion de Robert Steu­ckers à la Com­mis­sion Géo­po­li­tique de la Dou­ma d’É­tat, Mos­cou, le 30 sep­tembre 1998 », Nou­velles de Syner­gies euro­péennes n°37, octobre-décembre 1998

Face à la décadence, trois genres de réaction révèlent un type d’homme…

« Face à la déca­dence, trois genres de réac­tion révèlent un type d’homme : les uns, la majo­ri­té, acceptent sans bron­cher de ne pas voir ce qui les tue et fré­missent ou ricanent si d’aventure un éveillé tente de leur ouvrir les yeux. Cynisme ou per­ver­sion, une mino­ri­té jouit des déca­dences comme s’il était pos­sible de ne pas être englou­ti par la mon­tée des eaux d’égout. Une autre mino­ri­té, les purs, refuse les fata­li­tés trom­peuses ; elle prend les armes et com­bat. »

Chris­to­pher Gérard
Pré­face au Chant des alouettes de Thi­baud Cas­sel, édi­tions Pierre-Guillaume de Roux, 2017

L’Inde part à la conquête du monde sous l’étendard écarlate de Shiva…

« Sans pose ni com­plexe, Ven­ner rejoint le cou­rant qui, de Bal­zac à Déon, main­tient et res­taure un type de pos­ture face à l’adversité, ces auteurs qui savent la pré­émi­nence du pole­mos héra­cli­téen – le conflit, père de toutes choses. Et qui refusent le déses­poir, conscients que l’histoire, dont l’ironie est féroce, sur­pren­dra tou­jours les esprits oublieux des tra­di­tions ances­trales. L’Inde part à la conquête du monde sous l’étendard écar­late de Shi­va, l’islam sous celui de Maho­met ; la Chine réap­prend Confu­cius. Quand rede­vien­drons-nous homé­riques ? »

Chris­to­pher Gérard
Quo­li­bets – Jour­nal de lec­ture, édi­tions L’Âge d’Homme, 2013

Les Dieux n’accordent aucune récompense. C’est l’éthique…

« Les Dieux n’accordent aucune récom­pense. C’est l’éthique de l’honneur qui com­mande de trans­mettre un nom sans tâche, d’être fidèle à la parole don­née et de res­pec­ter les contrats. Vio­ler ceux-ci n’est pas pécher, mais com­mettre une faute qui se paie tou­jours au prix fort. La faute suprême est celle que les Grecs nomment hybris : la déme­sure, dic­tée par l’orgueil, qui pousse l’aveugle à aller à l’encontre de l’ordre cos­mique. Les plus ter­ribles exemples d’hybris ne sont-ils pas aujourd’­hui ces tota­li­ta­rismes qui, à force de vou­loir « chan­ger l’homme », n’ont fait que l’avilir ? »

Chris­to­pher Gérard
Par­cours païen, Édi­tions L’Âge d’Homme, 2000

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés