Thème

Citations d'un auteur italien

Citations d'un auteur italien : découvrez 42 citations de Mario Rigoni Stern, Antonio Gramsci, Julius Evola, Nicolas Machiavel, Léon XIII, Andrea Palladio

Il perd, celui qui sait ce qu’il va faire…

« Il perd, celui qui sait ce qu’il va faire s’il gagne. Il gagne, celui qui sait ce qu’il va faire s’il perd. »

Nico­las Machiavel
Le Prince (Il Prin­cipe), 1532, trad. Yves Lévy, édi­tions Gar­nier-Flam­ma­rion, 1980

Là où le sexe est mis en relief…

« Là où le sexe est mis en relief, il est natu­rel que la femme, sa dis­pen­sa­trice et son objet, prenne le pas, et c’est ce que l’on constate, à bien des égards, aujourd’­hui : à cette sorte de « démo­nie », d’intoxication sexuelle chro­nique qui est le propre de l’époque actuelle et se mani­feste de mille façons dans la vie publique et dans les mœurs, répond une gyno­cra­tie vir­tuelle, une ten­dance, sexuel­le­ment orien­tée, à la pré­émi­nence de la femme, pré­émi­nence qui, à son tour, est en rela­tion directe avec l’involution maté­ria­liste et uti­li­taire du sexe mas­cu­lin ; il en résulte que le phé­no­mène est sur­tout mani­feste dans les pays où, comme aux États-Unis, cette invo­lu­tion est par­ti­cu­liè­re­ment pous­sée, grâce au « pro­grès ». »

Julius Evo­la
Che­vau­cher le tigre (Caval­care la tigre), 1961

S’il y a jamais eu une civilisation d’esclaves…

« S’il y a jamais eu une civi­li­sa­tion d’esclaves dans les grandes lar­geurs, c’est bien la civi­li­sa­tion moderne. Aucune culture tra­di­tion­nelle n’a vu d’aussi grandes masses condam­nées à un tra­vail aveugle, auto­ma­tique et sans âme : escla­vage qui n’a même pas pour contre­par­tie la haute sta­ture et la réa­li­té tan­gible de figures de sei­gneurs et de domi­na­teurs, mais est impo­sé de façon ano­dine à tra­vers la tyran­nie du fac­teur éco­no­mique et des struc­tures d’une socié­té plus ou moins collectivisée. »

Julius Evo­la
Révolte contre le monde moderne (Rivol­ta contro il mon­do moder­no), 1934

Entre la vraie droite et la droite économique…

« Entre la vraie droite et la droite éco­no­mique, non seule­ment il n’y a pas iden­ti­té, mais il y a même oppo­si­tion précise. »

Julius Evo­la
Le fas­cisme vu de droite (Il fas­cis­mo. Sag­gio di una ana­li­si cri­ti­ca dal pun­to di vis­ta del­la Des­tra), 1964

Si un jour l’humanité revenait à des conditions plus normales…

« Si un jour l’humanité reve­nait à des condi­tions plus nor­males, peu de cultures lui sem­ble­ront aus­si sin­gu­lières que l’actuelle, dans laquelle on a cou­ru après toute forme de pou­voir et de domi­na­tion de la matière, négli­geant cepen­dant la domi­na­tion de l’esprit, des émo­tions et de la vie psy­chique en géné­ral. C’est ain­si que beau­coup de nos contem­po­rains – les soi-disant hommes d’action en pre­mière ligne – res­semblent à ces crus­ta­cés qui sont si durs et pleins d’excroissances sca­breuses sur la cara­pace et si mous et inver­té­brés à l’intérieur. »

Julius Evo­la
La Doc­trine de l’Éveil (La dotri­na del Ris­ve­glio – Sag­gio sull’ascesi bud­dis­ta), 2e édi­tion, 1965

Le dernier âge c’est l’âge du fer…

« Le der­nier âge c’est l’âge du fer ou […] l’âge sombre. […] À ces formes de déca­dence s’oppose l’idée d’un cycle pos­sible de res­tau­ra­tion appe­lé par Hésiode le cycle héroïque ou âge des héros. »

Julius Evo­la
Le Mys­tère du Graal (Il mis­te­ro del Graal e la tra­di­zione ghi­bel­li­na dell’Impero), 1937

La haute montagne peut permettre à certains d’assouvir…

« La haute mon­tagne peut per­mettre à cer­tains d’assouvir leur goût stu­pide du risque pour le risque ; elle peut per­mettre à des gens plus ou moins « entraî­nés » et incons­cients de pra­ti­quer une acti­vi­té spor­tive banale ; elle peut être le luxe que se paient des hommes à l’esprit étroit pétri­fiés par la « civi­li­sa­tion » des plaines de regar­der à la jumelle des « pano­ra­mas » tou­ris­tiques. Mais, pour d’autres, elle n’est rien de tout cela : elle est une voie de libé­ra­tion, de dépas­se­ment, d’accomplissement intérieur.

Les deux grands pôles de la vie à l’état pur, l’action et la contem­pla­tion, s’y confondent.

L’action, c’est la res­pon­sa­bi­li­té abso­lue, le fait de se sen­tir abso­lu­ment seul, de ne pou­voir comp­ter que sur sa force et son cou­rage, joints à une maî­trise de soi lucide et chirurgicale.

La contem­pla­tion, c’est l’essence même de cette expé­rience héroïque : le regard devient cir­cu­laire et solaire, il n’y a plus que le ciel et des forces pures et libres qui reflètent et figent l’immensité dans le chœur tita­nique des sommets. »

Julius Evo­la
Médi­ta­tions du haut des cimes (Medi­ta­zio­ni delle vette), 1974, trad. Bru­no Cariou, Les édi­tions du Lore, 2012

Je ne suis pas un historien qui fait des recherches dans…

« Je ne suis pas un his­to­rien qui fait des recherches dans les vieux manus­crits ou dans les docu­ments d’archives ; je me contente d’être un nar­ra­teur qui suit quelques traces de sa terre natale : de temps en temps, une lettre ou un pli m’arrivent par la poste, ou bien je trouve un livre qui me rap­pelle l’origine de la race qui vit sur ce haut pla­teau et que l’on disait cimbre’. »

Mario Rigo­ni Stern
Sen­tiers sous la neige (Sen­tie­ri soto la neve), 1998, trad. Monique Bac­cel­li, édi­tions La Fosse aux ours, 2000

Auteurs

Auteurs récemment ajoutés